Faites grève seulement, messieurs les enseignants...Internet est là !!!

Au-delà du caractère provocateur du titre de cette chronique, c’est tout le système d’enseignement du Bénin qui est en procès, surtout en ces périodes de grève des enseignants. Ces derniers n’ont certainement transgressé aucune règle en exigeant le respect des engagements pris par leur employeur vis-à-vis d’eux.

La quiétude sociale ne saurait être le prétexte pour faire prospérer le mensonge au sommet de l’Etat, les tricheries et la fraude. Le boycott des cours dans ces conditions ne peut que renforcer la démocratie et l’Etat de droit. Indépendamment des bisbilles entre organisations syndicales et gouvernement sur fond de corruption et de dessous de table. Sans oublier les éventuelles influences négatives de certaines chapelles politiques accusées de manipuler des mouvements de grève à des buts électoralistes. Tant pis si les écoles tournent au ralenti et que les apprenants semblent être livrés à eux-mêmes. Ce n’est donc pas le cadre d’épanouissement et d’éducation par excellence qu’est l’école qui est remis en cause.

Néanmoins, il faudrait bien un jour cogiter sur les conséquences réelles de ces passages à vide dans les établissements scolaires. Il est vrai que c’est sur la base de l’enseignement dispensé dans les écoles que s’évaluent les normes et la hiérarchisation sociale au sein de l’establishment en fonction des diplômes obtenus, des niveaux d’études, voire des niveaux de responsabilité dans l’administration. L’enseignement, au Bénin, tire sa source, essentiellement, de livres dépassés. Le socle de tous les programmes d’enseignement reste donc le livre. Avec pour point angulaire la grammaire et le vocabulaire français, presque jamais la vie réelle. Des documents souvent dépassés quant à leur pertinence et leur applicabilité. Comme au bon vieux temps où l’intelligence s’appréciait par rapport à la capacité à manier la langue française. Or, de nos jours, l’intelligence n’est plus grammaticalement mandibulaire mais plutôt "digitale" en liaison avec les technologies de l’information et de la communication (Réseaux sociaux, internat, télévision, ordinateurs).
Les jeunes sont plus dans la réalité de leur vécu quotidien grâce à facebook ou à whatsap qu’aux cours magistraux de leurs professeurs. Le jeune de Adjohoun ou de Dangbo est constamment abreuvé de citations philosophiques de penseurs grecs ou latins alors qu’il ne connaît presque rien des vestiges de sa vallée de l’Ouémé natal. Socrate lui-même disait : "connais-toi toi-même". Il eut fallu donc ériger des instituts, des universités et des écoles pour y enseigner exclusivement les millions d’attractions et de ressources dont regorgent le fleuve Ouémé et sa riche vallée avant de penser à faire enseigner aux petits enfants les richesses du Rhin ou du Mississippi. Pendant ce temps, avec des applications sommaires, le paysan de Tcheti peut facilement communiquer avec son ami de Adjarra via whatsap ou facebook.
Plus caricaturale, un jeune homme apprend de Google, en 1 heure, plus que ce qu’il n’a pu acquérir de ses enseignants durant tout un cursus scolaire. On peut même retourner la question autrement en se demandant ce qu’un enseignant totalement ignorant de l’outil internet (et ils sont les plus nombreux) peut apporter d’utile à ses élèves en dehors de les aider à glaner des parchemins. Les dernières actualités montrent d’ailleurs les limites des diplômes par rapport au savoir faire. En dehors de la petite minorité appelée à des fonctions purement administratives, la grande masse des nouveaux acteurs du développement se recrutent dans la génération réseaux sociaux. Les grèves ont donc l’avantage de propulser plus de jeunes vers la télé, l’Internet, les réseaux sociaux en général. Et contrairement aux idées reçus, ces gadgets servent plus à s’instruire et à se former qu’à se pervertir. Quoi qu’on dise, ils viennent palier les limites du système d’enseignement en total déphasage avec les réalités de notre siècle, celui des tic. Que qu’on dise, l’avenir des enfants est moins sombre tant qu’il y a l’Internet, malgré les grèves.
Internet pour combler les lacunes de l’enseignement ???

 

Vidéo du jour

Plus d'Infos

Criminalité à Hêvié/ Adovié : Une jeune fille assassinée

Criminalité à H...

Une victime de plus dans la force crimin...

Huguette AMOUSSOU, la compétence et le professionnalisme au service du Port de Cotonou

Huguette AMOUSS...

Port Autonome de Cotonou : six (06) mois...

SUR LE NOUVEAU CODE FONCIER

SUR LE NOUVEAU ...

Certificat de Propriété Foncière (CPF) r...

Que dira le Président Patrice Talon à la tribune des Nations Unies à New-York ?

Que dira le Pré...

A la tête d’une forte délégation , le Pr...

Nos Articles

Ebola : l’irresponsabilité des dirigeants africains

Ebola : l’irres...

      L’Organisation Mondiale de la S...

Bénin : de la fonction présidentielle infantilisée

Bénin : de la f...

Le blogueur béninois Jules Djossou Bonou...

Duel entre Yayi Boni et le Bénin

Duel entre Yayi...

La farce commence à ne plus être drôle. ...

Burkina, Bénin: Prémices du printemps africain...

Burkina, Bénin:...

      Le Burkina Faso a donné ce mard...