Yayi prend fait et cause pour le Groupe Bolloré

Le Chef de l’Etat a rendu visite aux Cheminots la semaine dernière. C’était la visite officielle de la Haute Autorité dans cette société après la décision de la Cour d’Appel de Cotonou qui condamne le Groupe Bolloré à cesser ses travaux dans le secteur des rails en République du Bénin sous peine d’astreinte combinatoire.

Mais hélas au mépris des règles de droit, et du principe de la séparation des pouvoirs, le Docteur Boni Yayi a pris fait et cause pour le Groupe Bolloré. Au nom d’un pseudo accord international qui le lie avec le Niger , Boni Yayi en fin de mandat compte poursuivre la modernisation des rails.


Au cours de sa récente visite aux travailleurs de l’Ocbn , Boni Yayi a été ferme dans son message. « Nous allons poursuivre la modernité de nos rails avec l’assistance technique de notre partenaire. Ces rails seront modernisés dans l’intérêt supérieur de nos Etats… ». Une manière pour lui de ne pas reconnaître la récente décision de la Cour d’Appel de Cotonou qui ordonne au Groupe Bolloré la cessation de tous travaux dans le cadre de la réhabilitation du chemin de fer Cotonou-Niamey.
Dans une démarche purement électoraliste le Chef de l’Etat a fait entendre à ses interlocuteurs que durant cinq ans rien n’a bougé à l’Ocbn et que c’est dans le cadre que d’un accord international qu’il a signé avec le Niger que le partenaire stratégique a été désigné. C’est pourquoi il se doit de continuer la modernisation des rails sinon ce serait la mort du Port de Cotonou.


Ce sont là des contre-vérités de la Haute Autorité tant sur la forme que sur le fond
Désignation Unilatréal du partenaire stratégique
Aucun accord, aucun document écrit fut-il du Conseil de l’Entente ou de l’Uemoa n’imposait le partenaire stratégique dans le cadre de la boucle ferroviaire Abidjan-Ouaga-Niamey-Cotonou d’une manière générale et de ligne ferroviaire Cotonou-Niamey en particulier.
C’est le 07 novembre 2013, que réunis à Cotonou, les Chefs du Bénin et du Niger ont imposé le partenaire technique au promoteur et concessionnaire exclusive dudit projet. Dans le mémorandum de Cotonou, il a été dit que les deux chefs d’Etat ont décidé de création d’une multinationale au capital de de 70 milliards dont 40% au partenaire stratégique , 20% aux privés nigeriens , 20% aux privés Béninois puis 10% à l’Etat du Bénin et 10% à l’Etat du Niger.

Ce qui a été retenu lors de la réunion de l’Uemoa

Le jeudi 06 septembre 2012, le Ministre d’Etat nigérien, ministre du Plan, de l’Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire, M. Amadou Boubacar Cissé a présidé la cérémonie d’ouverture des travaux de la réunion de concertation sur le projet de la Boucle ferroviaire Cotonou-Niamey-Ouagadougou-Abidjan au Palais des Congrès de Niamey. On pouvait noter la présence des délégations des pays concernés au niveau ministériel. Cette réunion de concertation a vu aussi la participation des partenaires financiers, de l’Union Africaine, de la CEDEAO, de l’UEMOA, de la BOAD, de la BID, de la Banque mondiale et de l’Agence Française de Développement (AFD).La Boucle ferroviaire se décompose en deux liaisons principales. La liaison Est couvrant l’axe Cotonou-Parakou-Dosso-Niamey et la liaison Ouest pour l’axe Abidjan-Ouagadougou-Kaya-Niamey (avec une bretelle Dori-Assongo). La longueur totale de la boucle est de 2970 Km dont 1176 Km de construction neuve et 1794 Km de réseau existant à réhabiliter.Tous les pays concernés se sont engagés, au plan politique, de conjuguer leurs efforts avec les acteurs privés et financiers pour l’achèvement de toutes les études en cours d’ici la fin de l’année 2012, afin de passer à la réalisation physique du projet au plus tard en janvier 2014. Au cours de cette réunion aucun partenaire technique n’a été désigné pour l’ensemble de la sous-région. Mieux les efforts du Bénin à travers le Groupe PETROLIN ont été salués de tous.

Fausse accusation
Lorsque le Chef de l’Etat dit qu’en cinq ans rien n’a bougé , il ne dit pas à ses interlocuteurs les raisons profondes de ce blocage. Il convient de rappeler que c’est suite à un appel d’offre bi-étatique que le Groupe PETROLIN a été déclaré adjudicataire et concessionnaire exclusif du projet de réhabilitation et de construction de la ligne ferroviaire Cotonou-Niamey.


Les documents relatifs à ce droit ont été notifiés au Groupe PETROLIN. Tout était prêt pour la signature de la convention de mise en concession de l’Ocbn Malheureusement sur un coup de tête, l’Etat du Bénin a décidé de bloquer les vivres destinés au Niger au moment où ce pays était frappé par la crise alimentaire de 2009.
Cette situation a porté un coup aux relations entre les deux Etats jusqu’à ce que le coup d’Etat contre le président Tandja n’intervienne. C’est ce qui justifie le non démarrage des travaux par le Groupe PETROLIN.


A y voir de près, à qui incombe alors le non démarrage des travaux dont parle Boni Yayi ?

Nous y reviendrons

Vidéo du jour

Plus d'Infos

Criminalité à Hêvié/ Adovié : Une jeune fille assassinée

Criminalité à H...

Une victime de plus dans la force crimin...

Huguette AMOUSSOU, la compétence et le professionnalisme au service du Port de Cotonou

Huguette AMOUSS...

Port Autonome de Cotonou : six (06) mois...

SUR LE NOUVEAU CODE FONCIER

SUR LE NOUVEAU ...

Certificat de Propriété Foncière (CPF) r...

Que dira le Président Patrice Talon à la tribune des Nations Unies à New-York ?

Que dira le Pré...

A la tête d’une forte délégation , le Pr...

Nos Articles

Ebola : l’irresponsabilité des dirigeants africains

Ebola : l’irres...

      L’Organisation Mondiale de la S...

Bénin : de la fonction présidentielle infantilisée

Bénin : de la f...

Le blogueur béninois Jules Djossou Bonou...

Duel entre Yayi Boni et le Bénin

Duel entre Yayi...

La farce commence à ne plus être drôle. ...

Burkina, Bénin: Prémices du printemps africain...

Burkina, Bénin:...

      Le Burkina Faso a donné ce mard...