Huguette AMOUSSOU, la compétence et le professionnalisme au service du Port de Cotonou

Port Autonome de Cotonou : six (06) mois après sa nomination, Huguette Amélie AMOUSSOU donne la preuve que le président Patrice TALON a eu raison de faire l’option de la compétence et du professionnalisme plutôt que celle politique ou partisane.

Nommée le 23 mai 2016 Directrice Générale par intérim du Port Autonome de Cotonou (PAC), l’ex Directrice des Affaires Juridiques et du contentieux se sent comme un poisson dans l’eau vu le doigté avec lequel elle conduit les affaires. Parée d’une vingtaine d’années de pratiques portuaires accumulées au fil des ans, elle restitue fort heureusement tout le bien qu’on pensait d’elle en tant sentinelle et bouclier anti-risques de l’entreprise.

 

Au détour d’une tournée européenne pour la promotion du Port de Cotonou, elle bifurque par la capitale française et jette l’ancre dans le somptueux studio de l’émission « les Rendez-vous de Paris », qu’elle embellit de sa silhouette le temps d’une interview. Elle a donc été l’invitée de l’émission n°4 du prestigieux magazine et succède ainsi à d’illustres personnalités telles que : le Professeur Alpha CONDE président de la République de GUINEE, Monsieur Daniel Kablan DUCAN, premier ministre de la Côte d’Ivoire etc. Ce faisant, elle sonne le glas de l’histoire en étant le tout premier compatriote à intervenir dans l’émission dite « des personnalités qui font l’Afrique d’aujourd’hui ». Elle a donc saisi l’occasion de cette offensive pour livrer son agenda à la tête PAC : la cartographie des difficultés du Port de Cotonou dont elle coordonne les activités en tant qu’Autorité Portuaire et les orientations qu’elle propose pour la relance des activités.

Le commerce international en général et le transport maritime en particulier sont tributaires de la gestion du temps. Fin professionnel du domaine, la nouvelle Directrice Générale par intérim du PAC fait de son leitmotiv, le « gain du temps ». Pour ce faire, elle ouvre quatre (04) axes stratégiques d’orientation qui meublent sa feuille de route. L’objectif étant bien évidemment de rendre plus compétitif le port de Cotonou et d’en faire l’un des plus grands et plus modernes ports de la sous-région. Il s’agit de :

- Augmenter la capacité d’accueil ;

- assurer la célérité dans le traitement des navires ;

- optimiser continuellement la sécurité dans les eaux maritimes et sur la plate-forme portuaire ;

- assurer la fluidité et la sûreté du transport sur les corridors des pays que dessert le port de Cotonou.

Cette vision réaliste, rencontre fort heureusement l’adhésion du gouvernement qui a offert des moyens supplémentaires pour la sécurisation effective des corridors. Au plan de l’augmentation de la capacité d’accueil, des travaux confortatifs réalisés, permettent d’accueillir des navires de nouvelle génération de type -13.5m de tirant d’eau. Cette avancée offre au Port de Cotonou de jouer le rôle de port de transbordement pour les petits ports qui l’environnent.

L’équation du port étant selon madame Huguette Amélie AMOUSSOU, « gain de temps = productivité », elle est obsédée par le souci permanent de booster la célérité dans les opérations d’assistance aux navires et l’élargissement de l’espace de traitement des conteneurs. Le domaine portuaire stricto sensu n’étant pas élastique, elle opte pour une gestion rationnelle et intelligente dudit domaine d’où l’externalisation des activités de dépotage des conteneurs sur les terminaux d’Allada et de Zongo pour assurer le désengorgement du Port.

Au plan administratif, la Directrice Générale, nantie de sa longue expérience de commandant en chef du management juridique du PAC, a une maîtrise abyssale des problèmes de la maison et les risques de tous genres auxquels elle est quotidiennement confrontée. Elle a ainsi basé sa gestion sur le respect des textes et procédures ainsi que la gouvernance par l’exemple. A sa prise de fonction, elle a alors initié une campagne de sensibilisation sur ces principes. Selon elle, la chose la plus simple est de se référer en toute circonstance aux textes. Cela à l’avantage de fixer tous les acteurs de la chaîne décisionnelle sur les éléments de repères connus d’avance. Cette démarche précautionneuse apparaît comme une forteresse contre les pièges des décisions au pif ou induite par l’humeur. Ainsi, pour donner corps à ces nouvelles mesures, elle a symboliquement placé son premier Comité de Direction (CODIR) sur la thématique : la problématique de la responsabilité non pas pour donner des leçons de vertu mais plutôt pour fonder les principes et valeurs devant régir la collaboration dans la convivialité et la bonne ambiance. Elle place une foi inébranlable dans les valeurs familiales c’est pourquoi, elle n’a de cesse de travailler à créer une ambiance de famille au sein de son équipe de travail. Pour pérenniser l’ambiance de famille, il était donc opportun de fixer les règles de conduite dès le départ.

La gouvernance par l’exemple est un principe qui colle à la peau de cette dame. C’est un secret de Polichinelle, qu’elle est toujours disponible à faire tout ce qu’elle commande à ses collaborateurs. C’est un patron qui rédige volontiers des fois ses documents, fait ses recherches documentaires elle-même. Elle est souvent la première à la montée et la descente des couleurs et est sans aucun doute incorruptible sur les valeurs d’engagement et de ponctualité.

Après seulement six (06) mois de gestion, des résultats sautent aux yeux, presque dans l’anonymat elle impacte le quotidien du PAC. J’en veux pour preuve le récent (juin 2016) passage des gardes côtes américains qui ont certifié que le code ISPS était effectivement d’application et attesté que le Port de Cotonou est sûr et sécurisé contrairement à leurs précédents passages au cours desquels des recommandations étaient toujours formulées à la charge du PAC.

A ses détracteurs, qui alimentent à tort la polémique sur le caractère intérimaire de sa nomination, elle ne s’en émeut guère et répond par l’abnégation et la détermination au travail.

Ne sachant pas s’économiser, elle vient de se lancer à une vitesse de croisière et à besoin des pleins pouvoirs pour l’atteinte desdits objectifs. Vivement qu’advienne sa titularisation car elle donnerait à la dame de fer, plus de légitimité et un confort décisionnel pouvant induire des réformes plus approfondies en vue de permettre au PAC de jouer plus efficacement son rôle de poumon de l’économie nationale. Le Ministre HEHOMEY et la Haute Autorité, ont donc un pas de plus à faire, car madame AMOUSSOU en plus de ses qualités professionnelles jamais démenties, est une personne sincère et loyale. Mieux, elle est comme par hasard Xwla , originaire de Grand – Popo, ville historiquement maritime par excellence, qui aurait pu offrir son cadre pour le premier Port en eau profonde au profit du Bénin et du Togo, vers la fin de l’exploitation de ce qu’il convient d’appeler l’ancêtre de l’actuel Port : le wharf de Cotonou.



Augustin Cokou SOSSOU

Vidéo du jour

Plus d'Infos

Révision de la Constitution: « transmission du projet dans quelques jours » au Parlement

Révision de la ...

Lors de sa rencontre avec les têtes cour...

BENIN: Lutte contre la vente des faux médicaments,Sogéma soutient le gouvernement

BENIN: Lutte co...

La Société générale des marchés auton...

La voie de Vodjè  bloquée par des milliers casiers de bière

La voie de Vodj...

Des milliers de bouteilles remplies de ...

Rencontre avec les chefs traditionnels : voici le message du chef de l’Etat face aux difficultés de la population

Rencontre avec ...

Au cours de la rencontre à cœur ouver...

Nos Articles

Ebola : l’irresponsabilité des dirigeants africains

Ebola : l’irres...

      L’Organisation Mondiale de la S...

Bénin : de la fonction présidentielle infantilisée

Bénin : de la f...

Le blogueur béninois Jules Djossou Bonou...

Duel entre Yayi Boni et le Bénin

Duel entre Yayi...

La farce commence à ne plus être drôle. ...

Burkina, Bénin: Prémices du printemps africain...

Burkina, Bénin:...

      Le Burkina Faso a donné ce mard...