Budget 2017: Plus de 50% d'augmentation pour accompagner les réformes de l'Enseignement supérieur

Le budget 2017 du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique connait une hausse de 50,6% par rapport à 2016. Cette augmentation selon la Ministre Odile  Atanasso de passage devant la Commission budgétaire de l'Assemblée nationale ce lundi 21 novembre 2016, "...est due à l’augmentation des investissements qui seront faits au niveau de toutes les universités et par rapport à la création de la cité internationale de l’innovation et du savoir qui est une cité à l’image de ce qui se passe aux Etats Unis avec la Silicone Valley qui allie la formation d’élites, la recherche, le développement et l’incubation ; c'est-à-dire la formation des jeunes à l’entreprenariat..".

Au-delà de ce projet phare du gouvernement, il est envisagé pour 2017, la construction des infrastructures pour les anciennes universités à savoir l’Université d’Abomey-Calavi et l’Université de Parakou sans oublier les deux nouvelles Universités thématiques qui seront également équipées. La mésintelligence née entre le Gouvernement et les députés à propos de la nouvelle carte universitaire peut-elle être considérée comme surmontée? Odile Atanasso répond par l'affirmative: "... Ce soir, ça a été des échanges conviviaux avec les députés à l’Assemblée nationale. Nous avons partagé ensemble la préoccupation nationale ; c'est-à-dire  la formation des cadres de qualité que nous avons voulu transparaître à travers le resserrement de la carte universitaire de manière à ce que l’Etat puisse faire la politique de ses moyens. Avec les députés, nous avons compris ce qui était derrière cette préoccupation ; une préoccupation qui traduit la volonté de doter les universités d’infrastructures et d’équipements. Il n’y a pas de souci par rapport à la carte universitaire. Beaucoup de députés sont revenus sur la question des établissements privés d’enseignement supérieur. Comment allons-nous faire pour que les enfants qui vont dans ses établissements aient une formation de qualité. Ils ont apprécié les réformes qui sont en cours par rapport aux établissements privés d’enseignement supérieur et des réformes par rapport aux inscriptions des enfants après le Baccalauréat sans oublier celles qui seront mises en place dans les établissements publics d’enseignement supérieur. Je peux rassurer le peuple béninois que nous allons nous battre pour que la génération de nos enfants, de nos jeunes, de nos sœurs puisse avoir une formation supérieure de qualité aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé… »

Vidéo du jour

Plus d'Infos

Criminalité à Hêvié/ Adovié : Une jeune fille assassinée

Criminalité à H...

Une victime de plus dans la force crimin...

Huguette AMOUSSOU, la compétence et le professionnalisme au service du Port de Cotonou

Huguette AMOUSS...

Port Autonome de Cotonou : six (06) mois...

SUR LE NOUVEAU CODE FONCIER

SUR LE NOUVEAU ...

Certificat de Propriété Foncière (CPF) r...

Que dira le Président Patrice Talon à la tribune des Nations Unies à New-York ?

Que dira le Pré...

A la tête d’une forte délégation , le Pr...

Nos Articles

Ebola : l’irresponsabilité des dirigeants africains

Ebola : l’irres...

      L’Organisation Mondiale de la S...

Bénin : de la fonction présidentielle infantilisée

Bénin : de la f...

Le blogueur béninois Jules Djossou Bonou...

Duel entre Yayi Boni et le Bénin

Duel entre Yayi...

La farce commence à ne plus être drôle. ...

Burkina, Bénin: Prémices du printemps africain...

Burkina, Bénin:...

      Le Burkina Faso a donné ce mard...