un dossier de corruption rattrape l’ex D-Cous Christelle Houndonougbo.

L’ancienne patronne de la Direction du Centre des œuvres universitaires et Sociales (D-cous), Christelle Houndonougbo est de nouveau au cœur d’un scandale qui pourrait la conduire encore une fois en prison. Accusée d’homicide involontaire sur sa domestique et mise en prison en décembre 2012 puis libérée en mars 2013, Christelle Houndonougbo a été nommée le 12 août 2015 à la tête de la direction du Centre des œuvres universitaires et sociales de l’Université d‘Abomey-Calavi (D-Cous / UAC) où elle est impliquée dans plusieurs affaires de passations irrégulières de marché.

Selon nos enquêtes, elle serait impliquée dans plusieurs affaires de corruption, d’abus de pouvoir, de rançonnement et bien d’autres. En sommes, des affaires scandaleuses, qui auraient précipité son départ à la tête de la Dcous par le gouvernement du nouveau départ suite à des plaintes de certains opérateurs économiques dont l’un d’entre eux se serait fait rançonné d’une somme d’environ 100 millions dans le dossier d’achat et de maintenance de bus estudiantins. L’essentiel de cette somme ayant servi à financer les campagnes électorales du candidat Lionel Zinsou.

De plus, ces affaires portent préjudices non seulement aux opérateurs économiques mais aussi et surtout aux étudiants. En effet, Christelle Houndonougbo, de connivence avec le l’ex Directeur des Ressources Financières et du Matérielles du ministère de l’enseignement supérieur Monsieur Awo Kayodé Evariste, auraient fait d’importantes acquisitions de matériels et consommables de qualité douteuse au profit des étudiants. Selon nos sources, l’ancienne D-cous Christelle Houndonougbo aurait exigé aux opérateurs économiques de livrer des matériels de qualité douteuse que celle inscrit dans les contrats de passation de marché ou les bons de commande afin de percevoir une plus grosse commission auprès des opérateurs économiques et mettant ainsi la vie des étudiants, l’avenir de toute une nation, en danger.

Connue pour ses pratiques mafieuses et peu orthodoxes, Christelle Houndonougbo et les personnes impliquées dans ces différentes affaires seront bientôt devant la justice pour répondre de leurs actes contraires aux lois de la république. La rupture, c’est aussi de mettre ceux qu’il faut à la place qu’il faut et Christelle Houndonougbo est en passe de retrouver sa place dans l’une des prisons du pays.

Par Ignace SOSSOU

Vidéo du jour

Plus d'Infos

Révision de la Constitution: « transmission du projet dans quelques jours » au Parlement

Révision de la ...

Lors de sa rencontre avec les têtes cour...

BENIN: Lutte contre la vente des faux médicaments,Sogéma soutient le gouvernement

BENIN: Lutte co...

La Société générale des marchés auton...

La voie de Vodjè  bloquée par des milliers casiers de bière

La voie de Vodj...

Des milliers de bouteilles remplies de ...

Rencontre avec les chefs traditionnels : voici le message du chef de l’Etat face aux difficultés de la population

Rencontre avec ...

Au cours de la rencontre à cœur ouver...

Nos Articles

Ebola : l’irresponsabilité des dirigeants africains

Ebola : l’irres...

      L’Organisation Mondiale de la S...

Bénin : de la fonction présidentielle infantilisée

Bénin : de la f...

Le blogueur béninois Jules Djossou Bonou...

Duel entre Yayi Boni et le Bénin

Duel entre Yayi...

La farce commence à ne plus être drôle. ...

Burkina, Bénin: Prémices du printemps africain...

Burkina, Bénin:...

      Le Burkina Faso a donné ce mard...