KIC 8462852, l’étoile la plus mystérieuse de la galaxie ?

L'œil humain, avec le cerveau qui va derrière, constitue un merveilleux outil pour détecter structures et formes dans l'informe – pensez à ce dragon que vous avez aperçu dans un nuage... C'est pour exploiter cette capacité qu'est né le projet Planet Hunters (Chasseurs de planètes en français).

L'idée de cette expérience de science citoyenne consiste à présenter à tous ceux qui voudront bien mettre leurs yeux à son service les données (des nuages de points) recueillies par le télescope spatial Kepler de la NASA. Cet instrument lancé en 2009 a pour but de découvrir des planètes extrasolaires par la méthode dite du transit, dont le principe est le suivant : si Kepler a la chance d'être situé dans le plan sur lequel une exoplanète tourne autour de son soleil, celle-ci, en transitant devant son étoile, fera baisser légèrement la luminosité de celle-ci. Ce qui se traduira par des canyons réguliers dans le nuage de points. Les bénévoles de Planet Hunters, qui traquent ces vallées, ont ainsi déjà découvert près d'une centaine de ces planètes dans le petit coin de ciel que Kepler scrute, à cheval entre les constellations du Cygne et de la Lyre, entre les étoiles Deneb et Véga. Mais ils ont aussi détecté autre chose, des chutes étranges dans la lumière que nous recevons de l'étoile KIC 8462852.

Situé à quelque 1 500 années-lumière de nous, cet astre est invisible à l'œil nu. La plupart du temps, il n'a rien que de très banal, le flux lumineux qui nous en parvient étant relativement constant. Pourtant, ce n'est pas toujours le cas, comme le révèle une étude pas encore publiée mais soumise aux Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, dans laquelle une équipe internationale a épluché quatre années d'observation de cette étoile par Kepler. Cet article, co-signé par des astronomes professionnels mais aussi par les amateurs de Planet Hunters qui ont donné l'alerte sur le cas intrigant de KIC 8462852, explique que celle-ci fait preuve de chutes de luminosité qui sont à la fois brutales (jusqu'à une baisse de 22 % du flux), parfois durables et totalement imprévisibles.

Comme le résume Tabetha Boyajian, du département d'astronomie de l'université Yale (New Haven, Connecticut) et premier auteur de l'étude, "nous n'avions jamais vu quelque chose qui ressemble à cette étoile". Dans l'immense base de données de Kepler, aucun autre des 150 000 astres présents ne se comportait de la sorte sans bonne raison. "C'était vraiment bizarre, poursuit Tabetha Boyajian. Nous avons pensé que cela pouvait être dû à des données de mauvaise qualité ou à un mouvement du télescope spatial, mais après vérification, tout allait bien." Puisque était exclue l'hypothèse qu'un problème dû à l'instrument soit à l'origine de ces chutes de luminosité, il fallu se rendre à l'évidence : quelque chose – qui n'était pas une planète – s'interposait entre l'étoile et nous. Mais quoi ?

Les étoiles variables étant chose courante en astronomie, l'étude passe donc en revue tous les scénarios possibles. On voit ainsi défiler l'idée d'un disque de poussières comme celui qui entoure les étoiles jeunes, à peine formées, l'idée d'une étoile obscurcie par un nuage de particules de carbone – comme les étoiles variables dites du type R Coronae Borealis –, l'idée d'une collision catastrophique dans une potentielle ceinture d'astéroïdes ou encore l'idée d'une collision majeure entre planètes, comme celle qui a donné naissance à la Lune. Aucune de ces possibilités ne tient en fait la route, notamment parce que toutes ces poussières capables de réduire la luminosité de KIC 8462852 laisseraient des signatures bien spécifiques (notamment dans l'infra-rouge), qui sont totalement absentes. Le seul scénario qui résiste à l'analyse critique met en scène une intense pluie cométaire, due à la déstabilisation d'un hypothétique réservoir de comètes par l'influence gravitationnelle d'une étoile proche.

On aurait pu en rester là. Mais comme l'explique The Atlantic dans un article intitulé "L'étoile la plus mystérieuse de notre galaxie", Jason Wright, astronome à l'université de Pennsylvanie, a quant à lui songé à une explication non-naturelle : que ces chutes de luminosité puissent être dues à... des mégastructures artificielles, comme par exemple un réseau de panneaux solaires géants destinés à capter l'énergie de l'étoile et mis en orbite autour d'elle par une civilisation extraterrestre avancée. Ainsi qu'il l'a raconté à The Atlantic, quand Tabetha Boyajian lui a montré les données de Kepler concernant KIC 8462852, Jason Wright a été "fasciné" tant les courbes lui semblaient folles : "Les extraterrestres devraient toujours être la toute dernière hypothèse à considérer, dit-il, mais là cela ressemblait à ce que vous attendez qu'une civilisation extraterrestre construise." L'astronome prépare donc un article sur le sujet et, avec Tabetha Boyajian, s'apprête à demander du temps d'observation à un grand radiotélescope pour "écouter" KIC 8462852 à la recherche de signaux radio artificiels, qui signeraient la présence d'une civilisation technologique extraterrestre...

Source: lemonde.fr

Vidéo du jour

Plus d'Infos

Révision de la Constitution: « transmission du projet dans quelques jours » au Parlement

Révision de la ...

Lors de sa rencontre avec les têtes cour...

BENIN: Lutte contre la vente des faux médicaments,Sogéma soutient le gouvernement

BENIN: Lutte co...

La Société générale des marchés auton...

La voie de Vodjè  bloquée par des milliers casiers de bière

La voie de Vodj...

Des milliers de bouteilles remplies de ...

Rencontre avec les chefs traditionnels : voici le message du chef de l’Etat face aux difficultés de la population

Rencontre avec ...

Au cours de la rencontre à cœur ouver...

Nos Articles

Ebola : l’irresponsabilité des dirigeants africains

Ebola : l’irres...

      L’Organisation Mondiale de la S...

Bénin : de la fonction présidentielle infantilisée

Bénin : de la f...

Le blogueur béninois Jules Djossou Bonou...

Duel entre Yayi Boni et le Bénin

Duel entre Yayi...

La farce commence à ne plus être drôle. ...

Burkina, Bénin: Prémices du printemps africain...

Burkina, Bénin:...

      Le Burkina Faso a donné ce mard...