Super User

Super User

Selfies labore, leggings cupidatat sunt taxidermy umami fanny pack typewriter hoodie art party voluptate. Listicle meditation paleo, drinking vinegar sint direct trade.

( Avec Patrice Talon, c'est la fin des vœux pieux).


Ce n'est plus une question théorique. Le décret pris en conseil des ministres du 10 octobre et la loi 2018 - 26 du 03 Août 2018 votée à l'Assemblée Nationale portant l'inscription à titre dérogatoire à l'État civil de 2.500.OOO béninois entrent dans leur phase active.

À cet effet Il se tient depuis le mercredi 21 et ce, jusqu'au samedi 24 novembre , sur toute l'étendue du territoire national la formation à l'endroit des personnels médicaux compétents sur la Morasse d'Acte de Naissance. C'est une formation qui fait suite à un communiqué conjoint signé de l'ANT et du CTP/ RAVIP adressé à tous les Directeurs Départements de la Santé afin de faire participer à ladite formation les agents médicaux assermentés.. C'est une opération qui marque la détermination et la volonté manifeste du régime du Nouveau Départ à faire délivrer gratuitement des actes de naissance aux personnes enregistrées dans dans les bases de données de RENA et RAVIP et ceci sur la base de la carte LEPI et la fiche de témoignages dûment signée par l'autorité locale.

Ainsi à l'issue des opérations dont la première phase vient de démarrer, grâce à Patrice Talon et son équipe, les bénéficiaires pourront être comptés par les béninois à par entière. Les oiseaux de mauvaises augures , ennemis de leurs propres frères et sœurs ont donc tiré à terre dans leurs agissements et intoxications brandissant une thèse de fraude. Nul n'est heureux seul . Et comme vous disposez déjà de vos actes de naissance , permettez à eux aussi d'en avoir afin de jouir de ce droit universellement reconnu. Au lieu de spéculer et de supputer , que nos opposants à tout , expriment leur gratitude à l'homme de vision Agbonon. Patrice Talon , c'est aussitôt dit , aussitôt fait. À l'ère du Nouveau Départ, on joint l'acte à la parole. C'est la fin des vœux pieux. Avec Agbonon, c'est le Bénin qui gagne.

ZINSOU@COM

Depuis son retrait des activités du bloc Républicain, des rumeurs enflent sur l’échiquier politique national. Certains annoncent même le divorce entre le Président de la République Patrice Talon et le Président du Parti du Renouveau Démocratique (PRD), Me Adrien Houngbédji. Malheureusement pour ces oiseaux de mauvaise augure, le parti arc-en-ciel reste et demeure toujours encré dans le régime de la rupture aux côté du Président Patrice Talon.

On se rappelle qu’au lendemain de cette décision de suspension du PRD au Bloc Républicain, un communiqué signé du Secrétaire Général du PRD, a sanctionné ce départ du PRD du Bloc Républicain. A travers ce communiqué (voir ci-dessous), il est aisé de comprendre que le PRD réaffirme son appartenance d’une part au Bloc de la Majorité Parlementaire (BMP) à l’Assemblée Nationale et également son soutien franc et indéfectible au Président de la République, Patrice Talon. Pour ceux qui clamaient déjà le PRD dans l’opposition se trompe de combat et d’époque. Le PRD a été clair dans son communiqué

 …En attendant des clarifications, le PRD a décidé de suspendre sa participation à la création du nouveau parti. Le PRD soutient l’action du gouvernement du Président Talon et est membre du Bloc de la Majorité Parlementaire (BMP)… .

Autrement dit, ce soutien franc aux actions du gouvernement et du Chef de l’Etat n’est plus à démontrer. Par contre certains détracteurs du PRD trouvent que le Président Adrien Houngbédji, à travers cette décision d’abandonner le Bloc Républicain, met en difficulté les relations avec le Chef de l’Etat. Erreur ! Le PRD a décidé de faire cavalier seul, non pas pour lâcher le chantre de la rupture, mais à cause de ses anciens alliés politiques du Bloc Républicain qui veulent la « mort » et le « suicide » du Parti du Renouveau Démocratique (PRD).

Le Parti arc-en-ciel a été clair lors de son récent congrès à Avrankou, où son leader charismatique, Adrien Houngbédji clamait haut et fort que le PRD ne disparaitra pas et que les attributs du Parti demeureront. Il a insisté particulièrement sur le logo du PRD qui demeurera dans le logo du grand Bloc en gestation. Malheureusement, les fruits n’ont plus tenu la promesse des fleurs à cause des intérêts politiques et égoistes de ses ex alliés du Bloc Républicain. Ce qu’il faut désormais retenir jusqu’à nouvel ordre est que le PRD fera cavalier seul mais soutien de façon continue et indéfectible les actions du Président Patrice Talon et de son gouvernement.

Ismaël KEKO

Le pont n'est pas rompu. Entre Me Adrien Houngbédji et le Président Patrice Talon, c'est toujours la lune de miel. Selon des indiscrétions, les échanges se poursuivent à l'abri des bruits des forces obscures. Et ceci, selon les termes du dernier communiqué publié par la Direction exécutif Nationale du Parti du renouveau démocratique (PRD).

 En attendant les clarifications, le PRD a décidé de suspendre sa participation à la création du nouveau parti.
Le PRD soutient l’action du Gouvernement du Président Talon, et est membre du Bloc de la Majorité Parlementaire. Le PRD est un parti de tolérance et de dialogue. Il reste ouvert à la médiation du Chef de l’Etat sur les points de divergence .

Voilà donc qui est clair et qui prouve que ce qui unit le Chef de l'Etat et le Président Adrien Houngbédji est plus fort que ce qui pourrait les diviser.

Depuis que Me Adrien Houngbédji et le PRD ont décidé de suspendre leur participation au processus de création du Parti républicain, ils n'ont posé aucun acte qui les met en porte à faux avec leur engagement à soutenir le Président Talon. Mais dans le camp de ceux qui ont mal à tête quand Talon est avec Houngbédji, qu'est-ce qu'on n'a pas lu sur les réseaux sociaux ? Des injures stériles, des réactions qui n'ont apporté aucune contradiction à ce que dénonce le Président Adrien Houngbédji dans le communiqué rendu public le 19 novembre 2018 par la Direction exécutive nationale du PRD.

Plutôt que de prendre en raillerie ce que dénonce le Président Houngbédji, il est bon que ses alliés politiques du bloc républicain viennent dire leur part de vérité. Ainsi, chacun pourra se faire son opinion. En tout cas, il y a longtemps que le PRD a décidé de créer son bloc. Mais la pression politique amicale faite sur lui par le Président Patrice Talon l'a amené à rejoindre la dynamique unitaire, la coalition Bénin en route, l'UND...pour lancer le processus de création du bloc républicain. Malheureusement, les choses ne se sont pas déroulées sur des bases claires. Et l'a si bien mentionné le communiqué du PRD, participer à la création d’un parti sur la base de malentendus, serait suicidaire. Le PRD n’a formulé aucune exigence nouvelle. Il demande simplement le respect des engagements pris et leur concrétisation par un document écrit. Est-ce que ceci a été fait ? Non ! Ne demandons donc pas à un homme politique qui a sacrifié dans d'années de sa vie pour construire un idéal comme le PRD le passe en pertes et profits sans garantie.

De toutes les façons, rien n'est fini entre Talon et Houngbédji. Au sein du bloc de la majorité présidentielle, certains députés le savent et le confessent. Lorsque vous les approcher, il regrettent déjà le fait que le PRD ait temporairement suspendu ses activités dans le groupe républicain. Ils jurent qu'ils feront tout pour que le pont soit vite rétabli. Cela ne devrait pas étonner lorsqu'on regarde ce que pèse le parti arc-en-ciel sur l'échiquier politique national.

 Incontestablement, le PRD est une force politique sur laquelle nous comptons fortement pour les prochaines élections législatives ,

a d'ailleurs confié une source proche du Président Patrice Talon.

 Nous allons travailler à colmater les brèches. C'est une question de vie ou de mort pour la mouvance présidentielle car si nous allons aux élections législatives sans le PRD nous risquons de ne pas atteindre nos objectifs ,

a confié une autre personne très proche du bloc républicain.

En attendant que les différentes médiations n'aboutissent, Me Adrien Houngbédji et les militants du PRD sont déjà à l'assaut du terrain. Objectif, mobiliser les militants à la base pour drainer pour le compte de la mouvance présidentielle le maximum de députés à l'Assemblée Nationale à l'issue des législatives de 2019. En tout cas, ce sera un plus pour l'ensemble du bloc de la majorité présidentielle. Comme quoi, en politique c'est la loi de l'addition, de la multiplication et jamais de la soustraction.

El-Hadj Affissou Anonrin

Depuis le jeudi 22 novembre 2018, beaucoup d’internautes fustigent le comportement du PRD et lui reprochent d’avoir pourtant abandonné son logo en 2011 au profit du logo de l’Alliance UN, mais refuse aujourd’hui, de faire la même chose au profit du logo du bloc républicain.
La réalité, c’est que le contexte n’est pas le même et les objectifs à atteindre ne le sont pas non plus.
Ce que ceux qui font de ces commentaires tendancieux, qui à la limite, frisent de l’intoxication doivent savoir c’est que :
D’abord, le logo de l’Alliance Union fait la Nation a été conçu et réalisé par le PRD.
Mieux, en 2011, le PRD n’a pas exigé de logo parce qu’en ce moment précis, il n’était pas question que le PRD disparaisse. Les partis qui se sont regroupés au sein de l’Union fait la Nation y étaient sur la base d’’une alliance et non d’une fusion de partis. Et lorsqu’il s’était agit d’aller à la fusion, le PRD avait bel et bien posé des conditions.

Le PRD avait souhaité par exemple que les différentes composantes de l’UN se donnent deux ans de round d’observation et de cohabitation avant toute fusion. Les responsables du PRD avaient proposé que chaque entité aille travailler sa base pour qu’après les communales de 2013 (finalement reportées à 2015), nous puissions connaître le potentiel ou le poids politique de chacun des partis et par la suite, construire une union solide sur cette base, avec des critères de représentativité bien définis. Malheureusement, le PRD n’a pas été compris. Nos alliés d’alors voulaient que nous aillions tout de suite à la fusion.
Ce qui est certain, c’est que 8 ans après, nous en sommes toujours là. Le parti Union fait la Nation est toujours en création.
Aujourd’hui par contre, le schéma est totalement différent. Des textes ont été votés et obligent les partis politiques à s’y conformer. Donc il faut y aller tout de suite.
Le PRD adhère totalement à cette vision du chef de l’Etat, pour avoir été l’un des premiers à souhaiter cette réforme du système partisan béninois. Le PRD appelle de tous ses vœux aux grands regroupements politiques avec surtout comme appui un financement public.

Le PRD est prêt à même disparaitre pour un autre grand regroupement, mais sur des bases saines, sur un minimum de compromis de part et d’autre et non un nivellement par le bas.
Le PRD n’a rien fait de mal que d’exiger que les règles du jeu soient définies et matérialisées afin d’éviter toute sorte de quiproquo
Comment voulez-vous allez à la guerre en laissant le commandement de la troupe à des enfants de 5 ans, 2 ans, un an, pendant que des expérimentés de 25 ans et 30 ans sont présents ?
Le PRD ne veut pas d’un regroupement de circonstance. Le PRD ne veut pas d’un club électoral qui disparaîtra après une élection ou à la fin du mandat présidentiel, mais d’un grand ensemble capable de résister au temps, un regroupement politique qui peut continuer d’exister au-delà du pouvoir Talon.
Le PRD a été acteur et témoin de plusieurs regroupements par le passé qui n’ont pas résistés au temps. Fort de toutes ses expériences, le parti arc-en-ciel reste ouvert à des unions bâties sur du roc et non sur du sable mouvant.

Blandine Olamidé

L'un des hommes politiques qui aura marqué l'histoire politique de notre pays reste incontestablement Me Adrien Houngbedji. L'une des marques de fabrique de ce grand homme d'Etat aura été sa vision prospective des choses. Au lieu que les détracteurs du PRD réfléchissent par leur intelligence pour analyser les décisions prises par ce parti , leur haine aveuglante les pousse à jeter du discrédit sur l'homme pour plus tard lui donner raison.

Comme le dirait l'autre " ces imbéciles heureux " finissent toujours par dire: Adrien nous avait pourtant avertis, il l'avait dit , ou prédit" La décision qui suscite des vagues aujourd'hui est celle liée au retrait du PRD du Bloc Républicain en gestation. Alors qu'on a vu il y a quelques jours des personnalités former leur propre bloc sans être vilipendées, c'est la nouvelle position du PRD qui suscite des polémiques. Sans lire ou chercher à comprendre les raisons du choix de ce parti évoquées dans son communiqué de presse, les analphabètes des temps modernes se sont mis dans toutes sortes de fantasmes et d'elucubrations. Tenez le PRD, a été le seul parti politique qui a tenté des alliances avec d'autres partis dans toutes les régions du pays.

Le premier parti avec lequel cette aventure a été tentée fut le PNDD ,un parti du septemtrion. C'était pour les élections législatives de 1991. Après, ce fut l'Alliance avec le FARD-Alafia qui choisit de soutenir contre toute attente le général Mathieu Kerekou au détriment de Me Adrien Houngbeji en 1996. Au second tour de ce scrutin, les militants prd avaient rejeté tout soutien du parti au candidat Nicephore Soglo qui, une année plus tôt n'avait pas eu du mal à écarter Adrien Houngbedji du perchoir au profit de Bruno Aloussou. Comment celui qui m'a évincé du pouvoir à l'Assemblée il y a quelques mois peut penser que je puisse le soutenir ? Mais visiblement, les Soglo ne se sont jamais remis de leur échec dont ils accusent le leader des Tchocco Tchocco alors qu'ils ont oublié que la véritable cause de leur échec fut eux-mêmes à qui la classe politique reprochait l'arrogance, le régionalisme. Ils ont oublié ce discours de l'ouverture du sixième sommet de la francophonie au Novotel où je ne sais où. Jusque-là le PRD et son Président n'ont jamais trahi un accord bien au contraire . Personne n'a encore le courage de le démontrer avec preuves. Si Soglo devrait s'en prendre à quelqu'un en ce moment ,ce n'est certainement pas à Adrien mais plutôt à celui qu'il a aidé et installé comme Président de l'Assemblée. Mais le non respect des clauses du contrat de gouvernance a poussé le PRD à claquer la porte du gouvernement bien qu'il ait été le plus grand artisan de la victoire du caméléon. Et c'est cela la marque des grands D'ailleurs quelqu'un n'a t-il pas dit " quand on refuse, on dit non " Seulement, en 99 le PRD et la RB ont conclu une alliance qui a conduit le Président Adrien houngbedji à la tête de notre parlement pour une deuxième fois. Même pour les néophytes en politique, le retour de l'ascenseur serait le soutien du candidat Houngbedji au candidat Soglo au second tour de l'élection présidentielle de 2001. C'est au nom de cette alliance, en respectant ces accords que Adrien Houngbedji a renoncé à aller au second en soutien à son allié Soglo qui s'était déjà désisté.

Mais les mécréants détracteurs du PRD n'ont jamais fait cas de cet acte de haute portée en matière de fidélité politique. Mais à l'avènement de Yayi alors que le PRD et son Président sont restés constants dans l'opposition malgré les appels de pieds de Yayi, les soglo et leur RB allaient et revenaient allègrement , passaient de l'opposition à la mouvance. Qui n'a pas été surpris par cette main tendue dont a parlé Lyady et qui leur a permis de placer des militants dans le bureau de l'Assemblée et au gouvernement ? Pourquoi en ces moments là, il n'y avait pas eu polémique ? Laisser le PRD vivre et respirer . Si le PRD soutient le régime en place ,ce n'est pas un fait inédit. Beaucoup étaient avec Zinsou et sont aujourd'hui avec Talon. Beaucoup étaient avec Ajavon et jurent aujourd'hui par Talon. Si le PRD ne croyait pas au système partisan et à cette réforme, il n'y aurait pas eu des réunions du bureau politique et de la DEN dont les décisions ont été entérinées par le Conseil National et le Congrès Extraordinaire. Une chose est sûre. Vous êtes coutumiers des faits. Bientôt vous diriez Adrien Houngbedji avait raison. Sachez que les vrais militants PRD sont en phase avec leur Président et vos réflexions sans fondement n'entacheront pas notre appartenance à la mouvance et n'envenimeront pas les relations entre les deux personnalités au sommet de l'État.
Prenez soin de vous chaque jour est une vie.Quand c'est triste surtout quand c'est triste gardez le sourire.

À l'heure où s'annoncent des transformations majeures sur la scène politique nationale en pleine recomposition, il me plaît de jeter à nouveau un regard sur le plus grand parti politique reconnu au Bénin, le PRD dont la contribution à l'enracinement de la démocratie au Bénin n'est plus à démontrer.

Le PRD est un atout pour la démocratie au Bénin : par son dynamisme, par sa capacité de mobilisation, par son aptitude à résister à l’oppresseur, par son exemplarité dans la gouvernance, par les valeurs de tolérance et de paix qu’il incarne aux yeux des Béninois et des Béninoises. Il est aussi un atout pour l’unité nationale. Depuis sa naissance à ce jour, son ambition a toujours été de devenir un parti national autour des idées de liberté et de respect de l’état de droit, autour de la bonne gouvernance et de la solidarité.

Disposant aujourd'hui, d'un vaste réseau de militants fidèles sur toute l'étendue du territoire national, le PRD croit à l’unité nationale et reste ouvert à tous les mouvements et partis politiques qui désirent cheminer avec lui.

Pour rappel, le PRD a développé et entretenu un lien fort avec les populations à la base. Pour beaucoup de béninois, le PRD est une religion et à l'image de la croix pour les chrétiens, le logo arc-en-ciel est symbole d'identité pour les "adeptes" du PRD car depuis sa naissance, le PRD a fait du chemin et compte aller encore plus loin avec les partis et mouvements qui s'annoncent en ratissant large dans les 24 Circonscriptions Électorales que comptent le pays.

Je voudrais aussi me permettre de relever certains points que d'autres semblent ignorer du PRD, de son organisation et de ses structures. Jusqu'à preuve de contraire, le PRD demeure le premier parti politique du Bénin. Son organisation sur le terrain s'est toujours montrée efficace. La preuve , tout le temps que le PRD a passé dans l'opposition, que n'a t-on pas fait pour le détruire ? Quels stratagèmes machiavéliques n'a -t-on pas orchestrés pour le déstabiliser ? Je voudrais vous rappeler que la création du MADEP , de Anfani, du PRD dit Nouvelle Génération et que sais-je encore était inscrit dans ce cadre . Que n'a-t-on pas fait au temps du Président Yayi Boni pour faire disparaitre ce parti? Et malgré tout ,Il est là. Et vous devez le savoir .Il est là grâce au charisme de son Président. La force du PRD, c'est son organisation mais c'est aussi et surtout son Président. Un homme épris de paix et de justice, un homme qui sait se mettre au dessus de la mêlée.

Je voudrais pour finir notifier à ceux qui disent que le PRD est allé en bloc avec trop d'exigences, qu'il me paraît une élucubration si non que, je puis affirmer que le petit militant à la base que je suis, ce regroupement avec Dynamique unitaire sera contre-productif pour mon PRD . Et pourquoi voulez-vous aussi que le PRD ,un parti qui existe depuis 1989 laisse ses attributs au profit d'un regroupement qui vient à peine de naître. Sachons donc que le PRD aura plus à perdre qu'à gagner dans ce regroupement.

 Le bloc PRD réitère son appartenance à la mouvance présidentielle, nous soutenons le gouvernement de la rupture et nous avons le sens de la loyauté, nous ferons avec le Président Patrice Talon comme il nous le demande.

Peuple Béninois, Ensemble, avançons maintenant avec le Bloc PRD

Tchoco-tchoco...
HAF

Depuis quelques jours, c'est la décision du retrait du Parti du renouveau démocratique (PRD) de Me Adrien Houngbédji du Bloc Républicain en création qui fait le choux gras de l'actualité au 229. Une décision entérinée par un communiqué signé du Sg Falilou Akadiri en date du lundi 19 novembre 2018 qui renseigne largement et profondément sur les tenants et aboutissants de cette nouvelle option de la famille arc-en-ciel d'aller aux élections législatives de 2019 seule mais surtout d'animer la vie politique nationale en gardant toute son autonomie. Dans l'opinion publique, ce retrait suscite moult commentaires selon que l'on soit du PRD, de la mouvance ou de l'opposition au régime du Nouveau départ. Pour sa part, le chef quartier et président de la sous section PRD de l'ex commune de Houèzounmé dans le 1er arrondissement de Porto-Novo, Lucien Adjibi accueille cette décision avec grande joie.

 C'est un véritable soulagement pour les militantes et militants du PRD à la base. Car ceux-ci non seulement étaient craintifs mais ne savaient pas comment se feront les positionnements sur les listes électorales avec les alliés du PRD dans le Bloc Républicain.,

a laissé entendre Lucien Adjibi dans l'après midi de ce mercredi 21 novembre 2018 au cours d'un échange avec la presse de la capitale. Poursuivant ses impressions, il a insisté sur le travail qui doit être abattu pour continuer par faire du PRD, un parti politique enraciné dans l'Oueme... À cet effet, il a invité les uns et les autres au calme et à resserrer davantage les rangs pour de spectaculaires victoires au soir des législatives de 2019.

...Nous devons expliquer à la base le contenu du communiqué du PRD en date du lundi 19 novembre 2018 et surtout changer de fusil d'épaule pour quadriller le terrain et faire du PRD, la première force politique de soutien à Talon,

a-t-il conclu.

Hermann OBINTI

Depuis quelques heures, des personnes mal intentionnées annoncent le divorce entre le président Patrice Talon et le Parti du renouveau démocratique (PRD) de Me Adrien Houngbédji depuis le départ de la famille arc-en-ciel du Bloc Républicain en création.

Pour les plus acerbes,  c'est déjà le déclin du premier parti politique de l'ère du renouveau démocratique. En quittant l'un des blocs politiques adoubés par le chantre du Nouveau départ pour évoluer à son propre compte, les détracteurs du PRD estiment que le  président  Adrien Houngbédji met en difficulté les relations entre lui et le président Patrice Talon.

Erreur. Pour soutenir, il va falloir exister. Et si les discussions visent essentiellement à faire disparaître totalement le PRD, il faut assurer ses arrières. Donc le PRD même en évoluant en cavalier solitaire, soutient les actions du chef de l'État jusqu'à la fin de son mandat. En bon analyste politique, le PRD n'est pas bien vu dans la mouvance. Cependant au fil du temps, il est devenu un allié fidèle au président Patrice Talon avec le soutien à ses réformes. Avec ses ministres au Gouvernement et les réalisations du Programme d'Action du gouvernement (PAG) au profit de son électorat, le PRD s'en sort bien. D'ailleurs son option de militer dans la mouvance ne date pas d'aujourd'hui mais de son conseil national tenu à Ifangni. Jusqu'à la fin, le PRD restera dans la mouvance au grand bonheur des populations. Au besoin, il suscitera la candidature de Patrice Talon en 2021 persuadé de la réussite de son mandat.

Il fut un moment où la 5e circonscription était la chasse gardée du Prd à travers le doyen Ismaël Tidjani Serpos qui a été élu plusieurs fois député à l'Assemblée nationale. Le doyen a pris sa retraite politique. Et, le Prd est resté absent pendant les dernières joutes électorales. Mais ça c'était avant. De nouveau, le vent a soufflé, le Prd a est allé à nouveau à la conquête de son fief. C'est le président Adrien Houngbédji lui-même qui est allé introduire le nouvel homme fort qui va représenter le Prd dans cette circonscription. Bernard Houngnibo sera désormais et avec les bénédictions de Adrien Houngbédji celui qui va remobiliser la 5e circonscription pour le Parti du renouveau démocratique.

Qui est Bernard Houngnibo ?

Un homme fort, qui a du charisme, de l'ambition, un visionnaire mais aussi et surtout un passionné qui possède le sens de la générosité et l'esprit de sacrifice. Il est rare de trouver des hommes pareils c'est vrai, mais quand on a les sens aussi bien entraînés comme ceux d'un certain Adrien Houngbedji, on ne tarde pas à reconnaître le plus blanc torchon entre deux d'une blancheur tout à fait identique. Et bien, il est tout trouvé. Bernard Houngnibo sera désormais l'arbre auquel devront se greffer les tchocos-tchocos de la cinquième circonscription électorale pour les victoires politiques futures. Cet officier de douane très connu pour ses nombreux actes de philanthropie est politiquement engagé depuis de nombreuses années. Grand soutien des initiatives de jeunes en matière sociale et politique, il a toujours encouragé la jeunesse à oeuvrer pour le progrès par l'abnégation au travaille. Il est un soutien de première heure du président Patrice Talon dont il défend les idéaux depuis sa prise du pouvoir en Avril 2016. Bernard Houngnibo attendait juste le bon moment et surtout la bonne formation politique pour engager un combat plus actif et apporter sa contribution en tant que acteur politique au développement de son pays. Le PRD veut donc compter sur cet homme dont l'intégrité et la droiture ne sont plus à démontrer. Si il a une chose à démontrer à présent, c'est qu'il est bien en mesure de conduire sous la bannière du PRD, la cinquième circonscription électorale vers de verts pâturages.


En attendant les batailles électorales à venir, nous souhaitons bonne chance à celui qui désormais bouleverse les calculs politiciens dans la cinquième circonscription électorale du Bénin.


Comlan Hugues SOSSOUKPE

Les réalisations du gouvernement de 2016 à 2018 dans le secteur de l'énergie passées à la loupe. Le Ministre de l'énergie s'est prêté à l'exercice sur le plateau de la chaîne de télévision privée Canal3 Benin ce dimanche 18 novembre 2018. Le spécialiste des questions d'énergie invité de l'émission "Zone Franche" de Canal 3 Bénin, a fait un tour d'horizon bien riche des grands chantiers entrepris par le gouvernement dans ce secteur.

Le secteur énergétique occupe 10% des projets inscrits au Programme d'Actions du Gouvernement (PAG), a rappelé le Ministre Jean-Claude HOUSSOU avant de poursuivre avec les réformes structurelles qui ont permis de résorber la question du délestage dans tout le pays, notamment avec la remise en marche de toutes les centrales électriques.

... Pour que l'objectif fixé par le Chef de l'Etat qui est de rendre l'énergie disponible pour toutes les populations fin 2016 soit atteint, des négociations ont été menées et ont permis de bénéficier d'une puissance de 60 mégawatts de la part de la CEB. De même, en mai 2016, un avis d'appel d'offres international a été lancé pour l'installation d'une centrale thermique de 120 mégawatts. Le Chef de l'Etat a également donné des instructions pour que les problèmes d'indemnisation en ce qui concerne le central de Maria Gleta qui aujourd'hui est à un taux d'exécution de 70% soient réglés. Dans la même dynamique, le financement d'une seconde centrale de 120 mégawatts est entrain d'être bouclé.

peut-on retenir des explications du Ministre de l'énergie.

À long terme, le gouvernement du Président TALON prévoit d'ici 2020 des dispositions pour avoir une quantité énergétique de plus de 400 mégawatts sur le territoire.

Il y a également eu sous le Président TALON, l'annulation de la dette de la SBEE vis-à-vis de l'Etat et la mise en place des compteurs prépayés dans tous les services de l'administration publique afin de prévenir à l'avenir ces cas de dette. La réforme du Code béninois de l'électricité passera bientôt au Parlement.

Ces actions de l'Exécutif, faut-il le souligner, ont permis de créer plus de 1000 emplois et aux entreprises surtout celles industrielles d'accroitre leur productivité.

DJIM-ESPOIR@COM

Latest Tweets

Construction WordPress Theme new release on ThemeForest #wordpresswebsite #builder #construction #Theme #business… https://t.co/Io448v2QA2
RT @hanahamrouni7: This young man defended humanity spontaneously, there was no other way for him though to make an end for extremism and r…
RT @LatuffCartoons: Let's call things by their proper name. What we had in #Christchurch New Zeland is an act of WHITE SUPREMACY TERRORISM!…
Follow Themewinter on Twitter