Super User

Super User

Selfies labore, leggings cupidatat sunt taxidermy umami fanny pack typewriter hoodie art party voluptate. Listicle meditation paleo, drinking vinegar sint direct trade.

Comme une traînée de poudre, la décision du Parti du renouveau démocratique (PRD) d'aller aux élections législatives de 2019 en cavalier solitaire a répandu tous les couloirs de l'opinion publique depuis la dernière plénière du Bloc Républicain. C'est la sortie politique du leader charismatique des Tchoco-Tchoco, Me Adrien Houngbédji dans l'après-midi de ce dimanche 18 novembre 2018 dans la cité historique d'Allada plus précisément à Sékou aux côtés de Bernard Houngnibo et de ses lieutenants qui a fixé les uns et les autres. Pour couper court aux rumeurs et intoxications, le PRD a rendu public un communiqué en date du lundi 19 novembre 2018 qui retrace la chronologie des faits et informe sur les vraies raisons du départ du PRD du Bloc Républicain. Entre le PRD et ses alliés politiques du Bloc Républicain en gestation, la mayonnaise n'a pas pris. Les concessions et les deals n'ont pas abouti. Du moins le PRD ne s'est pas senti rassuré par le développement des derniers agissements de ses alliés qui l'insécurisent. Mariage oui, mais il faut un minimum de sécurité pour éviter un cataclysme plus tard. C'est pourquoi le PRD a préféré se retirer tout en se référant à la médiation du patron de la mouvance présidentielle dont il reste, l'un des soutiens forts. À bien y analyser, ce sont les alliés du PRD qui l'ont poussé à partir. Pour quelles raisons? À cause de son hégémonie politique ? Ou parce qu'il gène des intérêts ? Pourtant... Lire ci-dessous l'intégralité du communiqué du PRD en date du lundi 19 novembre 2018...


COMMUNIQUÉ DU PRD

(Suite à sa décision de suspendre sa participation aux travaux préparatoires du Congrès du Bloc Républicain)

Pour une bonne information de ses militants, le PRD tient à faire un rappel des faits suivant leur ordre chronologique :

1- A la demande expresse du Chef de l’Etat, les partis membres du BMP (Bloc de la Majorité Parlementaire) se sont répartis en 3 groupes : l’un autour de l’Union fait la Nation, l’autre autour des responsables politiques du Nord (Dynamique Unitaire), et le 3ème autour du PRD.
Suite à cette directive, le PRD a commencé à remplir les formalités pour se conformer à la nouvelle charte, et pour réunir les personnes désireuses de travailler sous sa bannière.

2- Alors que ces formalités allaient bon train, il est apparu aux yeux de certains que la répartition en 3 groupes dont l’un a une forte prédominance nordique, rappelait l’ancienne division du pays qui a tant nui a l’unité nationale. Sous la pression amicale du Chef de l’Etat, le PRD a accepté de fusionner avec Dynamique Unitaire, dans le souci de l’unité nationale.

3- Toutefois, avant d’accepter cette proposition, le PRD a exigé
a) que son logo soit maintenu dans le logo du nouveau parti ;
b) que son positionnement géographique électoral soit respecté lors des choix des candidats aux élections législatives ;
c) que ses militants puissent se constituer en courant au sein du nouveau parti ;
d) et enfin que les termes de l’accord fassent l’objet d’un protocole d’accord écrit, ainsi que l’exigent les statuts du parti (article 85 et 86). En contre partie, le PRD a consenti à ne pas revendiquer le leadership du nouveau parti.

4- Pourquoi le logo ? Parce que le PRD a une histoire ; c’est un parti enraciné. Le logo est son signe d’identification par ses électeurs depuis des lustres. Aux yeux des Béninois en général, le PRD est un parti de paix et de tolérance: le logo est son image.
La décision de maintenir le logo dans son intégralité a été définitivement validée en plénière devant le Chef de l’Etat. A cette occasion le PRD a rendu public un communiqué pour remercier et prendre date.
Or, à chacune des réunions qui ont suivi, une partie de l’assistance a voulu remettre en cause la décision prise devant le Chef de l’Etat.
Pour tenir compte de la persistance de cette tendance, un autre projet de logo a été élaboré et soumis à une réunion de concertation le mercredi 14 novembre. Ce projet n’était plus le ‘’logo intégral du PRD’’. Mais dans un souci de compromis, le PRD l’a accepté.
Il a donc été validé à cette réunion. Il devait être soumis à la plénière du samedi 17 novembre 2018. Il ne l’a pas été. Ci dessous photo du logo validé à la réunion de concertation du 14 novembre.

Le projet de logo accepté par le PRD et validé à la réunion du 14 Novembre.

Au total, le PRD n’a eu aucune exigence nouvelle ; au contraire il a fait des concessions. Il demande le respect des engagements pris.

5- Le positionnement géographique électoral : Il a été convenu entre les partis que leurs positionnements géographiques respectifs seront respectés, c’est-à-dire que chacun positionnera les candidats de son fief. Ce fut même le 1er point d’accord. Il ne fut l’objet d’aucune contestation.
Or, à la séance plénière du 17 novembre, il a été suggéré que le nouveau parti sera dirigé collégialement par 17 personnes, dont seulement 4 PRD, et que les décisions seront prises par consensus ou à la majorité des 2/3. Quatre sur dix sept ne forment pas le tiers des dirigeants. Cela signifie en clair que le PRD sera minoritaire dans les instances dirigeantes et que les candidats aux élections seront désignés par les 2/3 c’est-à-dire contre le PRD.
Il s’agit donc d’une perspective certaine de violation de la règle de respect des positionnements géographiques.
Au total et là encore, le PRD n’a exprimé aucune exigence nouvelle. Au contraire, il a été confronté à une volonté manifeste de ne pas respecter les positionnements géographiques.

6- A quelques jours du congrès, on constate que les accords se font et se défont, sans qu’aucun document écrit ne vienne les corroborer. Il y a là une source d’instabilité et de désordre.
C’est pourquoi en respect des dispositions des articles 85 et 86 de ses statuts, le PRD a demandé qu’un protocole d’accord écrit atteste de ce qui a été convenu.

7- Les courants à l’intérieur du parti : En vue de la préparation de la fusion, il a été demandé à chaque parti de se conformer aux exigences de ses statuts, pour éviter que les décisions soient ultérieurement contestées.
Les statuts du PRD (article 86) disent qu’en cas de fusion, les membres du parti constitueront des courants à l’intérieur du nouveau parti.
Or, l’organigramme proposé au PRD n’offre pas cette possibilité.

Participer à la création d’un parti sur la base de malentendus, serait suicidaire.
Au total, le PRD n’a formulé aucune exigence nouvelle. Il demande simplement le respect des engagements pris et leur concrétisation par un document écrit.
Les clarifications demandées par le PRD sur ces différents points, visent à apaiser le malaise grandissant dans ses rangs.
En attendant ces clarifications, le PRD a décidé de suspendre sa participation à la création du nouveau parti.
Le PRD soutient l’action du Gouvernement du Président Talon, et est membre du Bloc de la Majorité Parlementaire.
Le PRD est un parti de tolérance et de dialogue. Il reste ouvert à la médiation du Chef de l’Etat sur les points de divergence.

Le Secrétaire Général du Parti
Falilou AKADIRI

La gestion des déchets dans les Communes du Grand Nokoué a été pendant des décennies un casse-tête pour les conseils communaux. Les dispositifs en essai ont toujours fini par montrer leurs limites. Conscients donc de l’enjeu de cette situation qui annihile les efforts consentis aussi bien par le pouvoir central que par les Collectivités locales pour le rayonnement de ces villes, le président Patrice TALON et ses Ministres ont pris du recul pour analyser les dispositifs et autres mesures essayés jusque-là afin de trouver l’approche pertinente qui convient. Sur la question, le Ministre du Cadre de vie et du développement a expliqué ce lundi la formule que le Gouvernement a enfin trouvée pour conduire le projet de gestion des déchets au Bénin.

… Le Gouvernement a décidé de créer une Société de droit public qui va mobiliser les différents prestataires ; Société dans laquelle l’Etat est actionnaire en partenariat avec les cinq (05) Collectivités locales du Grand Nokoué. Et ce sont ces Collectivités qui vont recruter les prestataires pour la collecte, pour la gestion des lieux d’enfouissement et elles vont régler à terme, la question des unités de valorisation.

C’est dire que la gestion des déchets connaitra un nouvel essor dans ces cinq communes en 2019 avec l’implication bien sûr, des compétences et de la main d’œuvre béninoises.

DJIM-ESPOIR@COM

Adrien Houngbédji n'est certainement pas un ange. On peut lui reprocher beaucoup de choses mais jamais de se préférer, de privilégier le Prd, son Prd et ses intérêts face à Agbonnon qui lui aussi, ne vise que ses propres intérêts en obligeant tous ses soutiens à se fondre dans les deux camps de concentration pour adultes consentants dont il est le promoteur.

Être allié politique de Agbonnon ne signifie pas qu'on doit tout accepter même si on voit ses intérêts saborder par ce dernier.

Beaucoup s'obligent à avaler la couleuvre des blocs malgré le danger qui plane sur leur avenir politique. Les 249 millions et les 10%/ont justement été pensés et taillés pour les dissuader '' les soutiens du Pag '' d'aller en aventure.

Mais tous feront comme le Prd et l'Udbn avant lui, s'ils avaient les moyens de prendre leur indépendance.

Avec le socle d'électorat dont il dispose, le Prd va facilement attirer tous les leaders de mouvements et partis qui étaient en doute par rapport aux positionnements dans les deux camps de concentration pour adultes consentants qui portent le cachet du chef. C'est dire que certains vont quitter les camps pour rejoindre le Prd.

Aussi, Il ne faut pas oublier que la mandature actuelle est finissante et Adrien Houngbédji sait bien qu'il ne sera plus PAN et donc n'a plus rien à perdre fondamentalement.

Agbonnon est peut-être très intelligent mais Adrien Houngbédji est loin d'être bête pour se planter une dague en plein coeur en signant la mort de son parti, de sa famille, du Prd.

Frédéric Adounvo

Salomon CHABI, prétendu président du parti Nouvelle Alliance pour le Développement ( NAD) est désormais un général sans troupe, c'est du moins ce qu'il convient de retenir de la déclaration faite ce samedi 18 novembre 2018 à OUESSE par les jeunes et miltants dudit parti.

Dans sa déclaration, Félicien HOUNDJIFFO président des jeunes de l'Alliance ÉCLAIREUR, membre et porte parole du parti NAD s'est d'abord indigné contre la sortie médiatique scandaleuse et completement calomnieuse du sieur Salomon CHABI sur la chaîne de télévision SIKKA TV qu'il a qualifiée de tapageuse et non avenue avant de clarifier la position qui est désormais celle des militants du parti vis à vis de cet imposteur qui est venu à la politique juste pour son ventre et non pour le développement de sa localité.

( Lisez l'intégralité de sa déclaration ci après)


Mesdames et messieurs, militants NAD, membres de l'Alliance ÉCLAIREUR.
Honorables invités, en vos rangs et qualités respectifs.

Chers JEUNES.

C'est avec consternation et une grande amertume que nous militants du parti de la Nouvelle Alliance, pour le développement(NAD), avions suivi le président CHABI sur la chaîne de télévision SIKKA TV.
Monsieur Salomon CHABI, Président de la
NAD, en réponse à votre lettre ouverte adressée au député Edmond AGOUA et suite à votre intervention hasardeuse et erronée sur Sikka Tv, nous jeunes et militants du parti NAD, Membres de l'Alliance ÉCLAIREUR étions vraiment peinés pour vous en ce sens que nous nous sommes mis à nous poser moult questions sur votre état de santé pour savoir si vous allez vraiment bien
Si vous estimez que vous vous portez à merveille et que vous n'auriez pas peut-être cogné votre tête contre les collines de IKEMON votre arrondissement natal alors laissez nous vous poser quelques questions auxquelles vous nous ferez l'honneur de répondre.
En tant que porte parole comme vous prétendez l'être, pourquoi aviez vous de façon solitaire proclamé le soutien de la NAD au candidat Lionel ZINSOU au détriment du choix qui avait été imposé par les mouvement et Partis politique membres de l'Alliance aux présidentielles de 2016?

Pourquoi donc n'aviez vous pas respecté la discipline du groupe comme tous les autres mouvements et partis politiques membres de l'Alliance?

la NAD s'est en fait désolidarisée de l'Alliance ÉCLAIREUR depuis 2016', comme vous l'avez vous même souvent martelé, peut être de façon officieuse!
Monsieur SALOMON CHABI vos diverses réactions depuis le congrès extraordinaire de OUESSE qui a sonné le glas de notre Alliance et consacré son adhésion acceptée de tous à l'Union progressiste relèvent de l'aveuglement et de la pure intoxication et vous serez ainsi une ramification de cette opposition qui végète dans le dénigrement et dans toute sorte de tachycardie mal inspirée.
De par vos agissements insensés, vous venez ainsi de claquer les portes verrouillées de la bêtise et vous avez tendu vos mains aux déchus. Pour le peu d'honneur qui vous reste et que vous devez préserver, ne cherchez donc plus à ouvrir cette porte des déviances morales.
Nous vous croyions toujours au dessus des miasmes morbides, de cette obsession délirante qui s'emparent des politiciens de votre acabit à la veille de toute élection électorale. Mais hélas on savait pas qu'on était en face d'un obsédé de grande facture.

Il importe au vu de tout ce qui est dit de vous notifier que la quasi totalité des militants de la NAD que vous continuez de comptabiliser comme militants après vos dérives politiques légendaires et les jérémiades auxquelles vous vous êtes employées la semaine écoulée, ont rebroussé chemin surtout après votre fameuse déclaration solitaire de soutien au candidat Lionel .
Vos anciens militants de la commune de OUESSE par ma voix m'envoient vous annoncer que vous êtes desormais un général sans troupe et que le grade de général vous est même déjà retiré pour indiscipline et traitrise.
Par ailleurs nous nombreux militants dans cette salle refusons d'être à nouveau votre bétail électoral et fustigeons violemment et de façon constante votre lettre ouverte adressée au député AGOUA, votre sortie médiatique ratée ainsi que l'asthénie politique savamment orchestrée dans la masse.
Nous savons qu'après 2019 , on ne vous verra à Nouveau qu'en 2021 pour une Nouvelle déclaration d'adhésion ou de soutien ainsi se résume votre manière d'animer la vie politique.

Ainsi voudrions nous vous informer que ceux que vous continuez d'appeler vos militants de la NAD ont fait librement l'option comme tous les autres militants de l'Alliance ÉCLAIREUR de l'Union Progressiste et nous sommes des progressistes derrière notre leader politique de la dixième depuis bientôt trois semaines et notre marche est résolument irréversible.

C'est pourquoi nous voudrions saisir cette occasion pour dire avec respect et amour un grand merci à un homme, ce baobab, le seul vrai leader politique de la dixième circonscription électorale.
Je voudrais nommer l'honorable Edmond AGOUA qui nous a toujours indiqué la voie à suivre sur laquelle on n'a jamais trébuché et qui s'est toujours sacrifié pour maintenir l'ordre et la cohésion au sein de sa famille politique.

Ensemble donc avec lui et dans l'Union Progressiste nous sommes convaincu que nous sortirons OUESSE, SAVE ET GLAZOUE des sentiers battus


Vive la réforme du système partisan
Vive l'Union Progressiste
Vive la jeunesse de OUESSE pour que
Vive le député Edmond AGOUA
Je vous remercie

Bashola MOUSTAPHA Afrique média

Peut-on juger le PRD sans l'avoir écouté ? Le devoir échoit au juge de privilégier l'écoute du prévu avant de prononcer sa sentence. Mais comme le PRD n'est pas une entité personnelle que l'on peut appeler et faire asseoir pour l'écouter, c'est son communiqué d'explication de la situation et des raisons de son retrait qui fait ici office de sa plaidoirie.

Et suivant la chronologie des étapes tendant à la matérialisation de cette exigence de la charte des partis , ce vœu aussi cher au président de la république qu'à tous les Béninois, le communiqué du parti arc-en-ciel dit en quelque sorte ceci : c'est à la demande expresse du Chef de l’Etat que les partis membres du BMP se sont répartis en 3 groupes : l’un autour de l’Union fait la Nation, l’autre autour des responsables politiques du Nord (Dynamique Unitaire), et le 3ème autour du PRD.

C'est donc suite à cette directive que PRD a commencé à remplir les formalités pour se conformer à la nouvelle charte, et pour réunir les personnes, partis désireux de travailler sous sa bannière.

Mais puisque cette répartition en trois entité dont l'une, avouons-le, pourrait être taxée d'obédience trop nordique, les réflexions pour une cohésion qui nous éloigne des vieux démons de la division, a poussé le PRD à accepter de fusionner avec la "Dynamique unitaire" pour former avec les autres venus les rejoindre, ce qui sera appelé le bloc républicain.

Toutefois, avant d'accepter de faire ce sacrifice salutaire pour les ciments de la cohésion sociale pour matérialiser le rêve du président de la république, le PRD a fait quatre types d'exigence :

  • que son logo soit maintenu dans le logo du nouveau parti ;
  • que son positionnement géographique électoral soit respecté lors des choix des candidats aux élections législatives ;
  • que ses militants puissent se constituer en courant au sein du nouveau parti ;
  • et enfin que les termes de l’accord fassent l’objet d’un protocole d’accord écrit, ainsi que l’exigent les statuts du parti (article 85 et 86).

En contre partie de ses requêtes, le PRD a consenti à ne pas revendiquer le leadership du nouveau parti.

Aussitôt, un projet de logo a été fait et accepté par le PRD puis validé à la réunion du 14 Novembre. Donc le PRD n'avait plus d'autres exigences que de souhaiter des uns et des autres que tout se passe suivant le processus établi.

Et même après avoir été soumis à la portion congrue de 04 représentants dans les 17 qui sont sensés conduire les instances du nouveau parti, le PRD n'a pas objecté d'avaler cette couleuvre qui paraissait déjà trop grosse pour son œsophage.

Mais à quelques jours du congrès, selon le PRD, on constate que les accords se font et se défont, sans qu’aucun document écrit ne vienne les corroborer. Et c'est pour éviter cette situation, suivant en cela les dispositions des articles 85 et 86 de ses statuts, que le PRD a demandé qu’un protocole d’accord écrit atteste de ce qui a été convenu.

Malheureusement ce préalable n'aurait pas reçu un écho favorable auprès des partenaires du PRD. Dès lors, le PRD a estimé suicidaire pour le nouveau parti et même pour le PRD de participer à la création d’un parti sur la base de malentendus aussi profonds.

Donc il fallait prendre ses responsabilités à temps pour ne pas nuire au projet du partenaire Patrice Talon à qui le PRD a et continue de jurer fidélité, loyauté dans la réussite de son projet de société comme le témoignent les faits et gestes de ses députés membres du BMP.

Mais la politique au Bénin rime avec mensonges, et comportements obséquieux pour plaire tout en nuisant au partenaire. Alors le PRD a deux choix : accepter de ruser tout en sachant que la cohabitation va réserver de suites fâcheuses pour le nouveau parti à très court terme, ou se retirer pour mieux porter les espoirs du partenaire Talon pour la suite de la réussite de son PAG.

Et pour paraphraser Marguerite Yourcenar dans "Alexis ou le traité du vain combat" (1929); quand au Bénin on s'est tant menti et qu'on a tant souffert du mensonge, il n'y a vraiment pas grand risque à essayer si la SINCÉRITÉ guérit.

Alors, le PRD a choisi d'emprunter ce sentier obscur plein d'embûches, de faux jugements et de mauvaises interprétations mais empreint de courage d'où jaillira à coup sûr, une clarté d'Aurore pour montrer à chacun et à tous que rien ne vaut le courage de bien faire les choses quitte à être mal compris dans un premier temps.

L'essentiel pour le président Adrien Houngbedji étant de tout faire pour rester fidèle dans la droite ligne tracée au départ avec son jeune frère, le président Patrice Talon.

À touts ceux qui voyaient en Takou le pourfendeur du PRD, sachez qu'il sait aussi dire les choses telles qu'elles sont même si c'est pour ouvrir les tripes de l'Arc- en-ciel pour faire toucher du doigt à chacun, ce qui est.

J'ai dit ce que mon jugement d'observateur me suggère et je suis déjà loin de cette politique béninoise trop compliquée pour mes neurones d'enfant gâté qui aime plutôt le bling-bling que de vibrer de grosses pensées, plat favori de vous autres intellectuels béninois. 

Une forte délégation de la Direction exécutive du Parti du Renouveau démocratique (Prd) est allée installer ce samedi 17 Novembre 2018, les structures horizontales et verticales du parti des communes de Dangbo, d’Adjohoun et de Bonou. C’est à travers une cérémonie empreinte de solennités qui a eu lieu au Ceg d’Adjohoun en présence des membres du Haut conseil des sages, des vice-présidents, des cadres et militants du parti.

Les tractations politiques dans le cadre des élections législatives de 2019 se poursuivent sur le terrain et le parti de Me Adrien Houngbédji s’active pour renforcer ses cellules de base, machines de mobilisation par excellence des militants et de conquête de nouveaux adhérents. Le ministre Serge Ahissou semble avoir bien compris cet enjeu en instruisant tôt les chefs des sections communales de la Vallée de l’Ouémé au regard de l’immensité de la tâche qui les incombe. Et de la tête du parti, le leader charismatique Me Adrien Houngbédji a dépêché ce samedi, le contre-amiral Dénis Gbèssèmèhlan et le maire Michel Bahou accompagnés des Vice-présidents Joêl Allagbé, Médard Sessinou et d’autres cadres pour investir officiellement Serge Ahissou et ses lieutenants politiques dans leur nouvelle fonction à la tête des structures Prd de la Vallée. C’est donc ce contexte qu’est intervenue la cérémonie de ce samedi, dira David Godonou Houinsa, le président de la section communale d’Adjohoun. Une cérémonie qui fait suite à la mise en place des cellules de village et des arrondissements dont les bureaux ont été retoffés il y a quelques semaines à l'effet de remporter la bataille des prochaines élections au Bénin. Il s’est également réjoui de la forte mobilisation des cadres du parti qui vient le réconforter les leaders devant des militants. A sa suite, Raphaêl Dègbédji de la section Prd de la Vallée de l’Ouémé va marteler que le parti arc-en-ciel dans la 20ème circonscription électorale repose sur des bases solides soutenues par les cadres de concertation des jeunes, des femmes et des sages réunis au sein des structures horizontales et verticales. Pour Philéas Martial Patinvoh représentant le ministre Ahissou, la machine de mobilisation vient d’être huilée à travers cette installation qui vise à responsabiliser devant tous, chaque membre des structures de bases. Il a de ce fait, invité les uns et les autres à poursuivre sans relâche, le travail d’explication de l’idéologie et la vision politiques du Prd aux militants de leurs communes respectives afin de conquérir d’autres citoyens. Et comme on pouvait s’y attendre, le directeur de cabinet a souligné quelques actions du gouvernement et les projets en vue pour la région et qui méritent d’être soutenus par les populations.

Face aux militants très enthousiasmés, le haut conseiller des sages Dénis Gbèssèmèhlan a dopé le moral de toute l’assistance. Il est revenu sur la position franche du Prd face à la réforme du système partisan qui aboutit progressivement à la mise en place de deux grands blocs pour le compte de la mouvance présidentielle. Il s’est dit très séduit par la mobilisation des militants, des jeunes, des femmes, des sages et notables et la présence remarquable des rois de la Vallée de l’Ouémé aux côtés de leur fils, Serge Ahissou. Après avoir reçu l’engagement renouvelé des militants, le chef de la délégation entouré des autres membres a remis officiellement le bâton de pèlerin aux responsables communaux avec quelques conseils pour une bonne gestion de la bergerie ; et la promesse de rendre compte fidèlement du travail que mènent le ministre Ahissou et ses ténors politiques dans la Vallée de l’Ouémé.

L'élaboration du projet de budget de l'État exercice 2019 vient de démontrer encore que le social à l'ère de la rupture est effectif et continue de l'être contrairement à ce que véhiculent certains dans leurs agissements.
Ainsi, à travers le projet de ce budget de finance exercice 2019, le gouvernement du Président Talon a fortement misé sur des mesures sociales afin d'améliorer les conditions de vie des populations. Et comme il l'avait démarré depuis quelques années, le Président Patrice Talon n'entend pas freiner cet élan social qu'il a pris afin de permettre à la population béninoise de toucher du doigt le côté social de l'homme. Entre autres mesures sociales, l'on peut noter :

  • La construction des centres de santé, le renforcement du plateau technique de matériels adéquats et performants afin de donner des soins de qualité à la population béninoise,
  • La taxe professionnelle synthétique pour les micros et petites entreprises passe de 400.000f cfa à 150.000f cfa,
  • Le paiement des rappels pour les retraités découlant de la revalorisation au titre des années 2011 - 2012,
  • Le maintien de la gratuité de la scolarité des filles élargie aux formations techniques et professionnelles jusqu'à la classe de troisième,
  • Le paiement des arriérés de salaires aux agents de la fonction publique,
  • La reconduction de l'exonération des droits de taxes douanières et de la TVA sur les autocars, autobus destinés au transport commun,
  • Vaste recrutement d'agents dans les différentes structures de l'État,
  • La poursuite de la construction des routes, salles de classes,
  • Le renforcement du personnel enseignant à travers un vaste recrutement,
  • Les acquéreurs de parcelles payeront désormais 1% aux mairies. 

Il convient de noter que cette liste n'est pas exhaustive et beaucoup d'autres actions purement sociales seront mises en œuvres dans quelques mois. Tout ceci montre clairement que le gouvernement du Président Patrice Talon est à l'écoute de son peuple et œuvre inlassablement pour alléger leurs peines. A travers ce budget, la population béninoise a compris elle-même que le Président Talon est celui qui prend des engagements, qui les planifie et les rend effectifs. Une mérite qu'on se doit de reconnaître à ce Président qui n'est jamais fatigué quand il s'agit des questions liées au développement de sa nation.

albarika.com

Dans une lettre ouverte à l'endroit du président de l'Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, le Directeur de publication du journal NASIARA, Chabi Yiro a clairement accusé la deuxième personnalité de l'État, de favoriser le vote de certaines lois dites scélérates et d'enterrer ce faisant la démocratie. Dans une autre lettre, Hugues Elphège PATINVOH, l'attaché de presse du président Adrien Houngbédji et Vice président du Parti du renouveau démocratique (PRD) lui a répondu de la plus belle manière. Lire ci-dessous l'intégralité de ladite lettre qui vient éclairer l'opinion publique sur les pouvoirs de l'autorité parlementaire.

Hugues Elphège PATINVOH
Attaché de presse du président de l’Assemblée nationale
Militant PRD

A vous monsieur Chabi Yiro, DP du journal NASIARA

Cher confrère, loin de vous dénier votre liberté d'expression et d'opinion, je voudrais quand même m'interroger sur les réelles motivations de votre lettre ou interpellation à l'endroit du président de l'Assemblée nationale.
Vous deviez savoir que les institutions de notre pays sont régies par des textes. Par rapport au contenu de votre lettre, je vous renvoie donc, à la constitution du 11 décembre 1990 et au règlement intérieur de l'Assemblée nationale. Le président de l'Assemblée nationale, représente certes l'institution parlementaire, mais n'est pas au dessus de ses collègues députés. Aucun texte de notre pays n'autorise le président de l'Assemblée nationale à empêcher une majorité parlementaire de voter une loi. Le président du parlement, s'il est consulté, peut donner son avis, avis qui peut être pris en compte ou non, sur le contenu d'un projet ou d'une proposition de loi. Mais encore une fois, le président du parlement, quelque soit sa bonne foi, n'a aucun droit sur le pouvoir d'amendement d'un député ou d'un groupe de députés.

On ne peut donc, faire porter au président de l'Assemblée nationale la responsabilité d'une loi qui serait « scélérat ou anti-démocratique ». Le reste relève de la politique politicienne ou carrément d'une volonté de nuire. Dire qu'il s'agit d'une vengeance du président Adrien Houngbedji, n'est rien d’autre que la calomnie et de l’affirmation gratuite. L’attachement du président Adrien Houngbedji au respect des lois de la république est connu de tous les béninois ; ce qui est une caractéristique des hommes d’Etat.

  • A propos de la réforme du système partisan
    Parlant de la réforme du système partisan en cours au Bénin, Me. Adrien Houngbédji a été pendant longtemps l’un des instigateurs d’une telle réforme. Il l’a souhaité de tous ses vœux, à plusieurs reprises. Fort heureusement, il a trouvé une oreille attentive de la part de l’actuel pouvoir exécutif, même si le processus reste à parfaire avec l’imminence du vote d’une loi sur le financement public des partis politiques au Bénin.
    Le PRD et le président Adrien Houngbédji assument tout ce qui est fait à travers ces réformes avec l’espoir que les imperfections seront corrigées au fur et à mesure et avec le temps.
  • Parlant de l’opposition du PRD et de son président aux régimes successifs dans le passé

A ce sujet, justement, le président Adrien Houngbédji ne s'est jamais réfugié ou caché derrière une posture du président de l'Assemblée nationale pour faire de l'opposition par délégation ou par procuration. Cela a toujours été une opposition à la gouvernance. Il est toujours allé au devant de la scène politique et s'est battu par tous les moyens légaux contre l'autocratie, l'arbitraire et la dictature.

Le PRD soutient aujourd’hui le régime Talon à cause de la pertinence des réformes en cours, avec pour objectif de réduire la misère et la pauvreté des populations, d’assurer une bonne gouvernance et permettre au Bénin d’amorcer un réel développement.

J’ai pris la responsabilité de vous répondre en tant que confrère, Attaché de presse du Président de l’Assemblée nationale et membre du PRD. A ce titre, je me dois de rectifier certains de vos propos qui sont loin de la réalité.

La peine que vivent les fonctionnaires de l'Etat n'a jamais laissé indifférent le Gouvernement du Président Patrice TALON.
Sur instruction de ce dernier, la patronne du département ministériel en charge du travail et de la fonction publique conduit sereinement une série de réformes qui visent à moderniser la gestion du personnel de l'Etat et bloquer l'entrée frauduleuse dans la fonction publique après y avoir détecté et enlevé les agents furtifs.

Adidjatou MATHYS de passage ce jeudi au Parlement, a rassuré les députés des outils mis en place depuis le recrutement dans la fonction publique jusqu'à la gestion de la carrière des agents admis à faire valoir leur droit à la retraite.

C'est un système informatisé bien sécurisé, dira-t-elle, qui a été mis en place pour gérer désormais les dossiers de carrière en toute transparente, même si elle reconnaît que son département ne communique pas suffisamment autour de certaines activités.

 Le ministère de la fonction publique ressemblait à un marché où les agents de l’Etat quittaient les différents départements du pays à la recherche de leurs actes. Aujourd’hui, nous avons fait un travail qui nous permet de mettre les actes en ligne. Et il y a une Plateforme de consultation de ces actes. Ça permet aux agents d’économiser les frais de voyage et d’éviter la corruption et de se consacrer beaucoup plus au travail 

a déclaré la Ministre du travail et de la fonction publique avant d'annoncer la poursuite de ces réformes pour soulager dès 2019, les pensionnaires béninois.

Au sujet de l'arrêt des recrutements dans la fonction publique, la Ministre MATHYS clarifie :

... Il y a un travail qu’on est en train de faire : C’est l’audit des effectifs. Aujourd’hui, nous avons plus de 80.000 agents de l’Etat dont les 2/3 sont des agents contractuels de l’Etat. On se demande le service dans lequel 50 agents travaillent, est-ce que ce service a réellement besoin de 50 agents ? Nous faisons un travail à ce niveau afin de faire éventuellement le redéploiement et voir le reliquat à recruter. 

Prince Germ DJIMIDO

(Le CA Liady Mansourou aux commandes)

 

Même si le parti de l'arc-en-ciel a accepté de se fusionner à d'autres partis et mouvements de la mouvance pour la création du parti de la Dynamique Républicaine, cette formation politique continue inlassablement de travailler pour renforcer ses structures verticales et horizontales à la base. En effet, après leur élection de façon consensuelle, les membres de la sous-section du parti du renouveau démocratique (PRD) de Honvié ont été officiellement installés à la faveur d'une cérémonie symbolique qui a eu pour cadre la salle de réunion de l'arrondissement ce mercredi 14 novembre 2018.

C'était sous les regards bienveillants du premier adjoint au maire d'Adjarra, M. Mikaïla Moussa en sa qualité de membre de la coordination communale des Tchoco-Tchoco dans la commune avec la présence de 32 membres sur les 39 régulièrement concernés par ladite installation. A cette rencontre, l'occasion a été donnée au président de la sous-section du PRD de l'arrondissement de Honvié en la personne de Liady Kolawolé Mansourou de rappeler que le renouvellement des structures de base du parti s'inscrit dans le cadre de la mise en application des décisions du dernier congrès ordinaire tenu par le parti à Porto-Novo dans le souci de revitaliser et de dynamiser le parti afin de le rendre plus intègre et apte pour les prochaines consultations électorales.

Les grands défis de la sous section PRD de Honvié sont entre autres, de ressouder les liens de fraternité qui existent entre les membres de la famille prd de l'arrondissement de Honvié et promettre de ratisser large pour les prochaines élections législatives 2019 au profit du bloc républicain auquel appartiennent les Tchoco-Tchoco que nous sommes

a déclaré le CA, Liady Mansourou en sa qualité de président de ladite structure.

Notre détermination est sans faille aux côtés du président Adrien Houngbédji

a-t-il poursuivi. Une fois installé, le bureau de la sous-section PRD de Honvié prend déjà l'engagement de se mettre en ordre de bataille pour l'atteinte des objectifs fixés à cet effet.

Sylvain TANDJIEKPON

Latest Tweets

BiziPress Multipurpose Joomla Template updated to @Joomla 3.9.1 https://t.co/rWvwVNH5nr https://t.co/NMWeHyeeMQ
Vinazine - Joomla News Magazine Template updated with RTL and Boxed Layout. https://t.co/f5w59DraSF https://t.co/2L5pXfiOCy
RT @Kontar81: Breaking news ✌✌ https://t.co/o2vQGROBdS
Follow Themewinter on Twitter