Super User

Super User

Selfies labore, leggings cupidatat sunt taxidermy umami fanny pack typewriter hoodie art party voluptate. Listicle meditation paleo, drinking vinegar sint direct trade.

En attendant les débats en plénière au Parlement pour finaliser le prochain code électoral dont le rapport a été voté en commission mardi dernier, les commentaires vont bon train de l'opinion. Pour couper aux intoxications et partager l'esprit du législateur avec les populations, le rapporteur de la commission des lois, l'honorable Orden Alladatin était ce matin du jeudi 09 août 2018 sur l'émission Actu matin de Canal 3. Selon le législateur, il faut trouver le moyen d'assainir l'environnement politique. Plus de candidatures fantaisistes et adieu les individus politiquement forts si cette loi passait. Lire ci-dessous l'intégralité de ses propos sur Canal 3.

Hermann OBINTI

.... En tant que rapporteur de la commission des lois , je vous dirai ce que je pense et les motivations qui sous-tendent ces choix. Ce que l'on vise, c'est le regroupement des forces politiques, il faut pouvoir contenir la flopée de candidatures fantaisistes qu'on a toujours connues par le passé. Il faut qu'on ait des partis forts et non des individus et des hommes forts. Pour y parvenir, il faut par des mécanismes qui relèvent de la discipline propre du politique mais aussi que l'arsenal juridique contraigne quelque part les hommes à atteindre les objectifs. Et c'est pour ça que nous avions estimé que par rapport à la caution qui est déposée et qui je le rappelle est remboursable quand vous atteignez un certain seuil, qu'il fallait la doser. Si vous êtes une candidature sérieuse, soit vous êtes porté par des populations ou des groupes politiques et ils s'arrangeront pour vous trouver cette caution estimée à 250 millions qui est remboursable.
La charte sur les partis politiques a indiqué par ailleurs que les personnes morales ne peuvent pas financer les campagnes électorales.
Ce dont il est question, c'est le parti politique qui dépose une caution qui est remboursable. Le plafond au niveau de la campagne électorale pour les présidentielles a été fixé à 5 milliards .Il faut diminuer le rôle de l'argent en politique. La caution c'est ce que vous déposez en garantie et quand vous êtes un candidat sérieux avec un certain score à la fin, on vous rembourse cette caution. Cette caution est payée au trésor public et vous déposez la quittance au niveau de votre candidature.
Il y'a aucun article qui concerne spécifiquement les anciens présidents de la République. On a cité dans le lot des personnes qui ne peuvent pas être candidats à moins de renoncer à certains avantages. L'article concerne les conditions d'inéligibilité et vous avez dans cet article les membres des forces de sécurité publique et assimilés, les membres des forces armées, les membres des institutions, les anciens présidents de la République. Quand vous prenez par exemple les membres des forces de sécurité publique et assimilés, il faut qu'ils aient démissionné un (01) an avant les élections. Quand vous prenez l'ancien président de la République, il faut que un (01) an avant, il ait renoncé à sa retraite avec les avantages qui y sont liés. À côté il y'a aussi les présidents des institutions qui sont visés. Ils bénéficient d'un certain nombre d'avantages liés à la retraite après avoir servi le pays. Quand vous décidez de ne pas accéder à cette retraite, vous devez renoncer à ces avantages. Au sein de la commission, il y'a même certains qui ont pensé que les anciens présidents doivent rester à la retraite . Ce qu'on a mis là est déjà un consensus. Dans ce qu'on a voté au sein de la commission et sous réserve des discussions en plénière, le débat est clair, imaginez un ancien chef d'État ou ancien président d'institution jouissant de ses avantages et qui doit battre campagne sur le terrain face à d'autres . Le président TALON ou encore le Président DJOGBENOU seront tous le moment venu des anciens présidents, donc ne cristallisons pas le débat . La loi prévoit pour aujourd'hui et pour l'avenir. Toutes ces questions seront revues de toutes les façons à la plénière.

Transcription assurée par Roméo AKLOZO

Le code électoral amendé en Commission parlementaire fait actuellement polémique. Sur l’émission Actu Matin de ce jeudi 9 août, le Rapporteur de la Commission des lois, de l’administration et des droits de l’homme de l’Assemblée nationale, Orden ALLADATIN, a tenu à préciser :

Je ne dirai pas, ici, ce que je pense personnellement. J’ai eu le temps de le dire en commission. Mais sur ce plateau, je vous dirai ce qui a été retenu et les motivations de ces choix

A propos du cautionnement des candidats, le député a informé :

Ce que nous visons, c’est le regroupement des forces politiques afin de contenir la flopée de candidatures fantaisistes qu’on a toujours connue, par le passé. Ce que nous visons, c’est d’avoir des institutions fortes et non des individus forts



Seulement, il peut arriver qu’on ait des candidatures sérieuses mais qui n’auront pas la caution exigée. Là-dessus, Orden ALLADATIN a expliqué :

Si vous êtes une candidature sérieuse, c’est dire que des groupes politiques s’arrangeront pour payer cette caution qui est remboursable…Depuis 1960, on a laissé ouvert sans prévoir des mécanismes qui contraignent et nous avons vu les résultats.

L’invité de Canal 3 a fait savoir qu’il n’y a pas que les anciens chefs d’Etat qui soient visés par les conditions d’inéligibilité. Il y a, aussi, par exemple, les présidents d’institutions, les forces de sécurité et autres.

Au sein de la Commission, il y a certains députés qui pensent que les anciens présidents qui sont à la retraite doivent rester à la retraite et ne doivent pas se présenter. Ce qu’on a mis dans le Code est un consensus.


Le président de la République à qui on a donné un certain nombre d’avantages et qui décide de ne pas aller à la retraite. Le débat est clair,

a commenté le député Orden ALLADATIN. Autrement dit, refuser d’aller à la retraite, c’est renoncer à ses avantages.

La cristallisation sur les anciens présidents n’est pas bonne,

a-t-il répété, plusieurs fois en soutenant que "toutes ces questions seront débattues en plénière". Est-ce à dessein que les anciens présidents sont visés? A suivre le député, loin s’en faut.

Le Président Patrice TALON sera aussi, un jour ancien Président de la République. Le Président de la Cour Constitutionnelle, Joseph DJOGBENOU, sera tôt ou tard, un ancien président d’institution,

a-t-il dit pour tranquilliser. «Ne cristallisons pas le débat sur deux hommes»

Justin AMOUSSOU

nstallation et Maintenance Informatique (IMI) et Génie Civil-Bâtiments et Travaux Publics (GC-BTP). Ce sont les deux spécialités qui sont à l’honneur pour la 2ème édition de l’Olympiade de la filière des sciences et techniques industrielles. La phase nationale de cette compétition aura lieu le jeudi 9 août, au Lycée Technique de Pobè. Au total, 23 candidats, soit 14 en IMI et 9 en GC-BTP. Selon le Chargé de l’organisation de cette Olympiade, M. Victor TOWADE, les finalistes seront soumis à une épreuve pratique d’une durée de 4 heures environ par candidat pour la spécialité IMI et de 8 heures maximum pour le GC-BTP.

A la première édition de ce concours, ce sont les spécialités Electrotechnique et Mécanique Automobile qui avaient été valorisées. En clair, l’organisation de cette Olympiade de la filière des Sciences et Techniques Industrielles permet, entre autres, de faire la promotion des différentes filières de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. «Le gouvernement a l’intention de faire de ce sous-secteur le pilier de l’économie nationale», avait rassuré, le Ministre Mahougnon KAKPO, à la remise des prix de la première édition, le mardi 19 décembre 2017, à Bohicon.

Le Ministre avait aussi promis : «Il y aura désormais un arrimage effectif entre l’enseignement et la formation techniques et professionnels et le marché de l’emploi.» Et chaque jour que Dieu fait, tout se met progressivement en place. En attendant le verdict du jury de cette 2ème édition le vendredi 10 août suivi de la remise des récompenses, l’esprit de créativité et de compétitivité sera encore stimulé entre les différents établissements de l’enseignement technique et de la formation professionnelle en compétition. Qui remportera le premier prix? Suspense.

Justin AMOUSSOU

... Il faut reconnaître à Patrice Talon, le mérite et le courage d'assainir le secteur de la santé en mettant fin à la pagaille observée jusque là. Ainsi dans notre pays, les médecins sont désormais obligés de choisir entre leurs cabinets privés de soins et l'hôpital public.

Pour Patrice Talon, les médecins qui ont la possibilité d'aller exercer ponctuellement dans le privé ont délaissé leur sacerdoce. Ils consacrent l'essentiel de leur temps, de leur énergie et de leur volonté à exercer dans le privé. Ils ne donnent donc plus la contrepartie de leurs salaires payés avec les impôts du contribuable béninois.

Il a également dénoncé les malhonnêtes réseaux qui se sont installés dans la plupart des hôpitaux publics pour détourner les malades vers les centres de soins privés. De plus, beaucoup de médecins surfacturent les malades. Les patients font l'objet à tous les niveaux d'escroquerie.

Cette décision issue du Conseil des Ministres du 25 Juillet dernier, dénote de la volonté et de l'engagement du Président Talon à assainir le secteur de la santé de notre pays. Talon vient mettre définitivement fin à cette gangrène qui ne date pas d'aujourd'hui. Les médecins commerçants peuvent maintenant vider les lieux au profit des médecins vertueux prêts à servir la nation.

Ainsi déclare l'évangile Talon, verset 25, chapitre 8-2018... Le Bénin sauvé, libéré, et revelé !

Les vacances de fin d'année scolaire sont les périodes les plus indiquées partout ailleurs pour égayer la jeunesse autour du ludique. Ces moments de détente sont depuis quatre ans saisis par le vice-Président du PRD Germain Wanvoégbè pour organiser des compétitions sportives autour du cuir rond

La commune d'Adjarra a connu la 4ème édition du tournoi inter-arrondissement qui a été lancé le samedi 04 Août dernier. Les six arrondissements de la commune prennent part à cette compétition qui selon le promoteur et mécène de la jeunesse, Germain Wanvoégbè, visent trois objectifs focaux

Primo, éviter à la jeunesse de cotoyer les vices en ces temps de repos en l'occupant autour des loisirs sains
Ségundo, détecter les talents qui sommeillent chez les jeunes, les former afin de constituer une équipe communale compétitive
Tertio, offrir comme à son habitude, des équipements sportifs aux 6 arrondissments dans le soucis de susciter l'amour du sport à la base et en l'occurrence du football.

Précisons que le lancement de ce tournoi a rallié tous les fils et filles de la commune d'adjarra sans distinction aucune. Par ailleurs, contrairement a ce que pensent cetains, le VP Prd Germain Wanvoégbè ne circonscrit pas ses activités uniquement à sa commune natale Adjarra. En effet, l'homme est aussi populaire à Adjarra qu'à Akpakpa qui a bercé son enfance. Et où il a également forgé une grande et très bonne renommée. En témoigne ses nombreux soutiens aux initiatives des jeunes et femmes.

Affectueusement appelé <<Belair>> , Germain Wanvoégbè ne se fait pas prier avant d'épanouir ses frères d'Akpakpa. C'est ainsi qu'il promeut le tournoi inter-quartier, la plus grande compétition de football de cette cité dortoir dont la 4ème édition a été lancée le samedi dernier sur le terrain de sport de kpondéhou. Ici, il faut souligner que deux sélections y participent.

Les juniors et les séniors. Les plus grands jouent les samedi et dimanche tandisque les juniors compétissent mercredi et jeudi. Comme Adjarra L'objectif est le même, Encadrer la jeunesse béninoise, car trop souvent abandonnée sans repère. C'est ce à quoi s'attèle le VP Prd Germain Wanvoégbè pour l'aider à relever de grands défis

Le Maire de la ville de Porto-Novo a reçu plusieurs délégations pour échanger sur les questions de développement de la ville. Il s'agit entre autres :
1- Groupement Louis-Berger et SETEM BENIN : dans le cadre de la mise en œuvre d'une mission d'étude technique, économique, environnementale, sociale et de sécurité routière des travaux de l'aménagement et de bitumage de la liaison autoroutière entre le carrefour Sèmè et Porto-Novo (10 km environs) avec la construction d'un troisième pont sur la lagune de Porto-Novo ; une délégation de SETEM BENIN a rencontré le Maire en vue d'une présentation des objectifs du projet qui se déroulera à Porto-Novo ;

2- Académie de Wushu NEI DAN : dans le souci de faire jouir la population de Porto-Novo et de ses environs des bienfaits du Wushu, les arts martiaux de combat et d'entraînement du corps, une délégation de l'académie conduite par Monsieur Bassitou TADJOU a exposé au Maire, sa vision de disposer d'un espace d'entraînement les mercredis et les dimanches de 16 heures à 18 heures et les samedis de 7 à 9 heures, pour faire bénéficier aux porto-noviens des bienfaits et avantages de la pratique du Wushu. L'autorité a instruit ses services compétents pour la mise à disposition d'un espace pour les besoins de l'académie ;

3- Organisation de la deuxième édition du programme dénommé «Spéciale Détente» : prévu pour se tenir du 23 Août au 1er Septembre 2018, sur l'esplanade de la Maison des jeunes de Porto-Novo (Djègan-kpèvi), cette compétition se tournera autour de six jeux-concours à savoir : l'art oratoire (littérature), le Scrabble, la Belotte, le Baby-foot, le Play station 3 (Football vidéo) et le jeu de dames. Les organisateurs sous le couvert de l'ONG CDAID (Centre de Documentation et d'Action aux Initiatives de Développement) ont discuté de long en large avec le Maire sur ce projet dont l'un des objectifs phares est d'offrir aux jeunes une occasion de détente et susciter en leur sein une saine émulation ;

4- Délégation de l'église protestante méthodiste de Dowa : créée depuis 1865, la communauté méthodiste célèbre la dédicace de son temple "Bethel" de Dowa couplée de son 154 ème anniversaire le 2 février 2019. Dans ce cadre préparatif, les travaux de construction du temple s'élevant à 40 450 515 FCFA se font grâce aux fidèles de l'église et quelques soutiens. La délégation conduite par Monsieur Geoffroy Wusa, a présenté les étapes d'avancement du projet de construction du temple et sollicite l'appui du Maire et de son conseil pour un accompagnement éventuel ;

5- Visite de courtoisie des "Houédoutô" (sages) de la dynastie de Tê-Agbalin ;

6- Délégation de l'AMAF, une ONG qui étend ses actions dans le domaine de l'éducation et de l'environnement.

Les 43 chefs villages PRD sur les 55 que regroupe la commune de Sèmé-Podji, sont venus féliciter leur responsable politique ce matin à sa résidence de fonction, pour tant de chantiers qu'il a ouvert. Ils en ont profité pour faire le point de l'état des militants sur le terrain. En effet, selon eux, la troupe est bien galvanisée et le moral est au top. Au détour des échanges, il ont saisi l'occasion pour réaffirmer leur soutien et celui de leurs militants aux idéaux du parti arc-en-ciel et à leur président de section, le Maire Charlemagne Honfo.

Prenant ainsi la parole, il a remercié à son tour, ces chefs villages pour cette démarche militante avant de faire observer à ces derniers, les différentes métamorphoses qui s'opèrent dans la commune. Ces changements qui pour lui, sont aussi le fruit de leur engagement citoyen pour la cause communale. Le No1 de Sèmé-Podji leur a dit toute sa satisfaction pour leur fidélité au parti. Il n'a pas oublié de les inviter à ne pas aller se fourvoyer après les diseurs de bonnes nouvelles subites.

Ces aventuriers sillonnent déjà vos différents villages avec leurs messages de ruse pour détourner les populations de l'essentiel. Votre devoir, est de vous unir dans la solidarité, la foi, et la fidélité au parti. Seul gage, pour le développement et la continuité dans l'action

a lancé Charlemagne Honfo.

Par ailleurs, il les a envoyés en mission pour ratisser le plus large possible. Sur ce, un bureau communal de quinze (15) membres des chefs villages PRD a été installé. Il a pour président, Sébastien Sagbohan, chef village d'Ekpè Houéchindaxomé, Joseph Hounsou Oussou, secrétaire général, chef village de Djèrègbé centre et André Ayaba comme trésorier général, chef village de Lokokoukoumè.

(LE PRÉSIDENT ADRIEN HOUNGBÉDJI DONNE UN CACHET SPÉCIAL À LA FÊTE, DIMANCHE PROCHAIN À DOWA )

La fête identitaire de la communauté Toli dite « Tolikounkanxwé » démarre dans quelques heures dans la ville capitale et plus précisément au Collège d’Enseignement Général (CEG) de DOWA dans le 5è arrondissement de Porto-Novo. À cet effet, les petits plats sont mis dans les grands pour donner un cachet particulier à cette fête à Porto-Novo. Le Parti du Renouveau Démocratique (PRD) n’est pas resté en marge de l’organisation de ces festivités. C’est dans ce cadre qu’une délégation du PRD composée du 2è Adjoint au Maire de la ville de Porto-Novo, Dr François AHLONSOU, des Vice-présidents du PRD Éméric Joël ALLAGBE, Alfred DJIDOSSI, du Délégué à la Direction Exécutive Nationale (DEN) du Parti et actuel DST de Porto-Novo, Évariste ADJAGBA, est descendue hier sur le site du CEG DOWA afin de procéder à l'identification du site pouvant accueillir les militantes et militants pour la grande réjouissance populaire. Durant toute la soirée d’hier, des consignes et directives ont été données, des espaces devant accueillir la foule de militants qui va se déplacer à cette occasion ont été identifiés par les membres de la délégation du PRD. La grande surprise de cette Fête identitaire de Tolikounkanxwé est que, le Président du PRD, Me Adrien HOUNGBEDJI, pour montrer son attachement et son soutien à cette communauté Toli à travers la Fête de Tolikounkanxwé, offre un Géant concert le Dimanche prochain, date de réjouissance populaire de la Fête, avec la prestation des artistes de renom qui vont égayer le public. Pour rehausser l’évènement, une forte délégation du PRD est attendue et sera composée des hauts responsables du Parti, des militantes et militants de la communauté Toli.

Ismail KEKO

Lire les grandes innovations

La Commission chargée des Lois du Parlement a adopté, ce mardi 7 août, la proposition de loi portant Code électoral au Bénin avec de grandes innovations surtout en ce qui concerne la caution à payer par les candidats à certaines élections politiques. Les regards sont tournés vers la plénière des députés qui décidera définitivement du sort de ce texte.

Les candidats aux élections législative et présidentielle mettront désormais davantage la main à la poche que par le passé par rapport au cautionnement à payer pour ces consultations électorales politiques. C’est du moins ce qui ressort des travaux de la Commission chargée des Lois de l’Assemblée nationale qui a étudié et adopté, ce mardi 7 août, la proposition de loi portant Code électoral en République du Bénin. Les candidats seront appelés à payer les montants retenus si les innovations apportées au nouveau texte telles qu’adoptées arrivaient à être entérinées par la plénière des députés.

En effet, de sources de cette Commission technique parlementaire, tout candidat à l’élection présidentielle au Bénin devra verser au Trésor public un cautionnement de 250 millions F Cfa contre 15 millions F Cfa dans la loi n°2013-06 portant Code électoral en République du Bénin, actuellement en vigueur. En plus de cette caution, le candidat devra fournir le quitus fiscal qui donne la preuve qu’il est en règle vis-à-vis du fisc au Bénin.
Le cautionnement en ce qui concerne les législatives est porté de 8,3 millions F Cfa à 200 millions Cfa pour chaque liste de candidatures. Mieux, ne peuvent enlever de sièges de député que les listes ayant obtenu 15 % au moins du suffrage national exprimé. Cette dernière condition, si elle est définitivement retenue, va contraindre les formations politiques à former de grands blocs nationaux et sonner le glas des micro-partis régionaux et ethniques.
Par ailleurs, la proposition de loi adoptée hier par la commission chargée des Lois prévoit que tout ancien président de la République qui se présente aux élections législatives perd son statut d’ex-chef d’Etat.
Plusieurs autres dispositions de l’ancienne loi sont gardées intactes. C’est le cas par exemple de la caution à payer par les candidats aux élections municipales, communales et locales. Elle reste inchangée. Le montant est toujours maintenu à 20 000 francs Cfa par candidat aux élections municipales et communales et 2 000 francs Cfa pour les locales, informent les mêmes sources. Aussi, les députés membres de la Commission en charge des Lois ont décidé de maintenir le statu quo pour la Commission électorale nationale autonome (Céna). Elle est toujours composée de cinq membres désignés par l’Assemblée nationale à raison de deux personnalités représentant la majorité parlementaire et deux autres de la minorité parlementaire et puis un représentant des magistrats au titre du cinquième membre. Idem pour le Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos-Lépi) dont d’aucuns avaient annoncé la suppression dans la proposition de loi portant Code électoral. Mais l’organe en charge de l’actualisation annuelle du fichier électoral a résisté aux réformes portées par le nouveau Code électoral fort de 397 articles contre 470 pour la loi en vigueur.
Le texte a été adopté ce mardi 07 août 2018, à l’unanimité des députés membres de cette Commission technique à l’exception des honorables Guy Mitokpè et Léon Dègni de l’Opposition parlementaire qui se seraient abstenus.
L’étape de la Commission chargée des Lois n’est que la première. Il reste la phase la plus décisive, celle de la plénière des députés qui pourra décider soit d’entériner ou d’amender ces différentes dispositions innovantes. Cette séance plénière ne va pas tarder à se tenir. De sources proches du Parlement, une session extraordinaire est envisagée. Elle pourrait s’ouvrir la semaine prochaine pour le vote définitif du nouveau Code électoral qui balisera un tant soit peu le terrain pour l’organisation des législatives de 2019.

https://visages-du-benin.com/2018/08/08/en-attendant-debats-et-amendements-de-la-pleniere-le-nouveau-code-electoral-adopte-en-commission/

Thibaud C. NAGNONHOU /La Nation

Pour une neuvième fois successive, les descendants des dynasties royales « Houaénou Djaka » du Bénin, du Nigéria et de la Diaspora ont tenu ce samedi, 04 août 2018 à Gouako-Kotoclomè dans la commune d’Akpro-Missérété, leur réunion tournante et d’échange. Devant une foule très impressionnante constituée des filles et fils des sept dynasties royales royales massivement mobilisés pour la circonstance, au pied de l’arbre historique , communément appelé « », l’occasion a été offerte à M. Michel Minankpon Bahou, dignitaire de la dynastie royale Djaka Houngannou Dozè, de rappeler à toutes fins utiles, les raisons qui sous-tendent leur initiative.

Nos réunions tournantes ortent essentiellement trois objectifs. Primo, elles s’inscrivent dans le cadre des perspectives pour l’intronisation du roi des Houaénou Djaka. C’est pourquoi nous avons initié des rencontres par dynasties surtout sur les sites historiques qui fondent le royaume de Toli-Holou Djaka. C’est pour cela que nous nous sommes réunis ici, sur le site des Djaka Houngannou au pied de l’arbre scientifiquement appelé Fagara connu sous le nom « Hèountin » qui existe ici depuis des millénaires. Notre démarche marque notre détermination à nous affairer pour l’intronisation du roi des Tolinu Djaka. A travers ces réunions, nous avons lancé une solidarité de cotisation pour pouvoir achever les travaux de la rénovation du palais royal des Houaénou Djaka sis à Aholouko. Aussi, nos rencontres périodiques visent à projeter une fête de retrouvailles des filles et fils des sept dynasties Houaénou Djaka

a expliqué le dignitaire, Michel Minankpon Bahou, actuel maire de la commune d’AkproèMissérété. Considérant que la mission qui les attend est d’envergure nationale et internationale en ce sens qu’elle devra permettre de favoriser le brassage entre les descendants Houaénou Djaka d’une part puis aider d’autre part, à la culture et au renfort du tissu de fraternité et d’amour qui existe entre ces derniers, des appels ont été donc lancés pour une forte mobilisation de tous les Houaénou autour de l’initiative. C’est ce qu’a souhaité le dignitaire, Michel Minankpon Bahou quand il rassurait de ce que les objectifs fixés seront atteints si chacun d’eux accordait du prix à l’événement et s’engage véritablement. Le message est le même du côté du président des sept dynasties royales des Houaénou Djaka, M. Donatien qui appelle les filles et fils Houaénou à se mobiliser massivement à chaque réunion afin que le pari de la réussite soit gagné. A noter que la prochaine séance d’échange se tiendra le samedi 18 août prochain à Agonmè, arrondissement d’Atchoukpa dans la commune d’Avrankou.

Sylvain TANDJIEKPON

Ad Sidebar

Latest Tweets

SeoBin | Marketing Agency HTML Template updated with 2 new home https://t.co/mxLG1wKFPc https://t.co/w4arzHoAVx
RT @dhh: MailChimp is an inspiration! $300M+/year in revenues, profitable, based in Atlanta, NO VC. Wonderful. 🐒❤️ https://t.co/qmj0MNAQOo
Barrister - Responsive Law Business @joomla Template setup guide! https://t.co/GwqHcdxyDi https://t.co/qzEEldYie3
Follow Themewinter on Twitter