Super User

Super User

Selfies labore, leggings cupidatat sunt taxidermy umami fanny pack typewriter hoodie art party voluptate. Listicle meditation paleo, drinking vinegar sint direct trade.

A peine revenus de Banjul que les Écureuils U20 ont déjà repris le chemin des entraînements. Le coach Houandinou ne compte rien laisser au hasard, ni se fait surprendre par le temps. Il compte bien remonter la pente dimanche prochain et obtenir la qualification pour le tour suivant des éliminatoires de la CAN U20.

Battu dimanche dernier à Banjul par le score de 2-1 par les Scorpions de la Gambie, l’équipe U20 du Bénin est revenu ce lundi dans l’après midi. Moins de 24 heures après leur arrivée, ils ont déjà repris les entraînements ce mardi matin. Cette première séance s’est faite sans ballon au stade Général Mathieu Kérékou. Les joueurs ont eut droit d’abord à une séance de dégraissage puis à des exercices de condition physique. La bonne nouvelle est que l’équipe au grand complet. Odo Chabi Bio qui souffrait d’une blessure s’est entraîné normalement avec le groupe, tandis que Dogue, écarté du groupe ayant fait le voyage sur Banjul pour des raisons purement administratives a également rejoint la troupe. Pour rappel, le match retour est prévu pour le week-end du 18 au 20 Mai prochain à Cotonou. La rencontre compte pour le second tour des éliminatoires de la CAN U20 Niger 2019. Actuellement le groupe est au campement dans un hôtel de la place.

L’heure n’est pas du tout au repos au niveau des Écureuils U20. Après la défaite du dimanche dernier, le staff technique dirigé par Valère Houandinou, compte bien renverser la vapeur à Cotonou. Pour y arriver, il a renoué avec les entraînements ce mardi matin au stade GMK de Cotonou. Comme quoi, qui voyage loin ménage sa monture, même si le Bénin à une drôle de manière à lui de ménager sa monture.

Didier Deschamps a livré ce jeudi sa pré-liste pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018. Le sélectionneur français a opté pour un groupe de 23 joueurs qui se rassemblera à Clairefontaine dès mardi pour entamer la préparation des Bleus pour l'épreuve suprême, tandis que 11 réservistes devront se tenir prêt en cas de coup dur.

Rappel : les listes ne seront officielles que le 4 juin lorsqu'elles seront annoncées par la FIFA

Florian Thauvin, Nabil Fekir et Steven Nzonzi sont retenus tandis qu'Adrien Rabiot, Alexandre Lacazette et Anthony Martial se retrouvent sur la liste des suppléant. Dimitri Payet, blessé hier lors de la finale de la Ligue Europa, est forfait.

L'équipe de France affrontera l'Australie (16 juin), le Pérou (21 juin) et le Danemark (26 juin) dans le Groupe C.

La liste

Gardiens (3) : Hugo Lloris (Tottenham/ANG), Steve Mandanda (OM), Alphonse Areola (PSG).

Défénseurs (8) : Djibril Sidibé (Monaco), Benjamin Pavard (Stuttgart/ALL), Samuel Umtiti (FC Barcelone), Raphaël Varane (Real Madrid), Presnel Kimpembe (PSG), Adil Rami (OM), Benjamin Mendy (Man. City/ANG), Lucas Hernandez (Atlético de Madrid/ESP).

Milieux (5) : Paul Pogba (Man. United/ANG), Corentin Tolisso (Bayern Munich/ALL), Blaise Matuidi (Juventus Turin/ITA), Ngolo Kanté (Chelsea/ANG), Steven Nzonzi (Séville FC/ESP)

Attaquants (7) : Antoine Griezmann (Atlético de Madrid/ESP), Olivier Giroud (Chelsea/ANG), Kylian Mbappé (PSG), Ousmane Dembélé (FC Barcelone/ESP), Florian Thauvin (OM), Nabil Fekir (Lyon), Thomas Lemar (Monaco).

Les 11 suppléants : Wissam Ben Yedder, Kingsley Coman, Benoit Costil, Mathieu Debuchy, Lucas Digne, Alexandre Lacazette, Anthony Martial, Adrien Rabiot, Mamadou Sakho, Moussa Sissoko, Kurt Zouma.

Hervé Renard a retenu 23 joueurs et trois réservistes pour Russie 2018
Ayoub El Kaabi, révélation du CHAN 2018, est l’un des trois "locaux"
Les listes ne seront officielles que lorsqu'elles auront été annoncées par la FIFA, le 4 juin
Fin du suspense - en attendant la divulgation de la liste officielle par la FIFA - autour de l’identité des joueurs appelés à représenter le Maroc à la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. Le sélectionneur Hervé Renard a annoncé ce 17 mai une sélection de 23 joueurs et trois réservistes.

L’absence de Sofiane Boufal, l’un des joueurs des plus talentueux de l’effectif et qui avait pris part aux qualifications, n’est qu’une demi-surprise, puisque l’attaquant n’a quasiment plus de temps de jeu en club depuis des mois. Le premier bénéficiaire de la situation est peut-être Ayoud El Kaabi, qui avait été la révélation du CHAN 2018, remporté par les Lions de l’Atlas. Le buteur est l’un des trois seuls joueurs de la liste à évoluer au pays, avec le gardien Ahmad Reda Tagnaouti et le défenseur Badr Benoun.

Les cadres de la sélection seront bien présents, à l’image du défenseur et capitaine Mehdi Benatia, de l’expérimenté milieu de terrain M’barek Boussoufa, ou des attaquants Mehdi Carcela et Hakim Ziyech.

En Russie, le Maroc a été versé dans le Groupe B, aux côtés du Portugal, de l’Espagne et de la RI Iran.

 

La liste provisoire :

Gardiens : Mounir El Kajoui (Numancia, Espagne), Yassine Bounou (Girona, Espagne), Ahmad Reda Tagnaouti (IRT)

Défenseurs : Mehdi Benatia (Juventus, Italie), Romain Saiss (Wolverhampton, Angleterre), Manuel Da Costa (Basaksehir, Turquie), Badr Benoun (RCA), Nabil Dirar (Fenerbahçe, Turquie), Achraf Hakimi (Real Madrid, Espagne), Hamza Mendyl (LOSC, France)

Milieux : M’barek Boussoufa (Al Jazira, EAU), Karim El Ahmadi (Feyenoord, Pays-Bas), Youssef Ait Bennasser (Caen, France), Sofyan Amrabat (Feyenoord, Pays-Bas), Younès Belhanda (Galatasaray, Turquie), Fayçal Fajr (Getafe, Espagne), Amine Harit (Schalke 04, Allemagne).

Attaquants : Khalid Boutaïb (Malatyaspor, Turquie), Aziz Bouhaddouz (Saint Pauli, Allemagne), Ayoub El Kaabi (RSB), Nordin Amrabat (Leganés, Espagne), Mehdi Carcela (Standard de Liège, Belgique), Hakim Ziyech (Ajax Amsterdam, Pays-Bas)

Réservistes : Youssef En-Nesyri (Malaga, Espagne), Mazraoui Noussair (Ajax Amsterdam), Oualid El Hajjam (Amiens, France)

Remarque : Les listes de 23 joueurs retenus par les sélectionneurs ne seront officielles que lorsqu'elles auront été communiquées à et annoncées par la FIFA, le 4 juin 2018.

Aliou Cissé a annoncé une liste de 23 joueurs retenus pour Russie 2018
Moussa Sow et Keita Baldé accompagnent Sadio Mané en attaque
Les listes ne seront officielles que lorsqu'elles auront été annoncées par la FIFA, le 4 juin
La Coupe du Monde de la FIFA 2018™ débutera dans quelques semaines et le sélectionneur du Sénégal Aliou Cissé a annoncé ce 17 mai une liste de 23 joueurs qu’il compte emmener en Russie.

Peu de surprises dans cette sélection, puisque l’ancien défenseur, lui-même membre de l’équipe qui a atteint les quarts de finale de l’édition 2002, s’est appuyé sur l’essentiel de l’effectif qui a brillé pendant les qualifications.

On suivra notamment sur la scène mondiale les performances du buteur Sadio Mané, l’un des meilleurs joueurs africains d’Europe, et qui disputera dans quelques jours la fiale de la Ligue des champions de l’UEFA avec Liverpool. En attaque, il sera épaulé par le joueur de l’AS Monaco Keita Baldé, ainsi que par Moussa Sow, qui brille en Turquie. En revanche, Demba Ba n’a pas réussi son pari de convaincre le sélectionneur de ‘inclure dans la liste, malgré sa bonne forme actuelle.

On note également l’absence du défenseur de Caen Adama Mbengue, qui ne s’est toujours pas remis d’une pubalgie. Le poste de latéral gauche pourrait donc revenir à Saliou Ciss, de Valenciennes, tandis que le défenseur central Kara Mbodji est revenu à temps de sa blessure qui l’a privé d’une partie de la saison à Anderlecht.

En Russie, le Sénégal évoluera dans le Groupe H en compagnie de la Colombie, du Japon et de la Pologne.

 

La liste provisoire :

Gardiens : Abdoulaye Diallo (Rennes, France), Khadim Ndiaye (Horoya, Guinée), Alfred Gomis (Spal, Italie)

Défenseurs : Lamine Gassama (Alanyaspor, Turquie), Moussa Wague (Eupen, Belgique), Saliou Ciss (Valenciennes, France), Youssouf Sabaly (Bordeaux, France), Kalidou Koulibaly (Naples, Italie), Salif Sané (Hanovre, Allemagne), Cheikhou Kouyate (West Ham, Angleterre), Kara Mbodji (Anderlecht, Belgique)

Milieux : Idrissa Gueye (Eveerton, Angleterre), Cheikh Ndoye (Birmimgham, Angleterre), Alfred Ndiaye (Wolverhampton, Angleterre), Pape A. Ndiaye (Stoke City, Angleterre)

Attaquants : Moussa Sow (Bursaspor, Turquie), Moussa Konate (Amiens, France), Diafra Sakho (Rennes, France), Sadio Mane (Liverpool, Angleterre), Ismaila Sarr (Rennes, France), Mame Biram Diouf (Stoke, Angleterre), Mbaye Niang (Torino, Italie), Keita Balde (Monaco, France)

Remarque : Les listes de 23 joueurs retenus par les sélectionneurs ne seront officielles que lorsqu'elles auront été communiquées à et annoncées par la FIFA, le 4 juin 2018.

COUPE DU MONDE - Eder et Nani sont les grands absents de la liste des 23 Portugais qui disputeront le Mondial dévoilée jeudi soir, où figurent toutefois les jeunes attaquants André Silva et Gonçalo Guedes aux côtés de l'incontournable Cristiano Ronaldo.


Fernando Santos a tranché. Le sélectionneur du Portugal a décidé de ne pas amener avec lui en Russie Nani et Eder, buteur décisif lors de la finale de l'Euro contre la France. Autre vainqueur en 2016, le milieu André Gomes est également absent du groupe retenu, alors qu'il figurait dans la présélection de 35 joueurs du sélectionneur Fernando Santos. Le milieu récupérateur du FC Porto Danilo Pereira, forfait en raison d'une blessure, sera une autre grosse absence chez les champions d'Europe en titre.

Comme lui, Renato Sanches, qui a connu deux saisons blanches après avoir été élu meilleur jeune de l'Euro 2016, et Fabio Coentrao, qui s'est auto-exclu du Mondial au bout d'une saison "très épuisante", n'étaient même pas dans le groupe élargi.

Le pari Ruben Dias
Eder, auteur du but en prolongation qui a offert au Portugal le titre de champion d'Europe lors de la finale de l'Euro 2016 face à la France, n'a marqué que quatre buts en 28 matches cette saison avec le Lokomotiv Moscou. Nani, troisième joueur le plus capé de l'histoire du Portugal après Cristiano Ronaldo et Luis Figo, avec 112 rencontres, n'a disputé à 31 ans que 24 matches cette saison avec la Lazio Rome.

Pour rajeunir sa charnière centrale, Fernando Santos a offert sa toute première convocation à la révélation du Benfica Lisbonne Ruben Dias (21 ans), laissant de côté le défenseur de l'Olympique de Marseille Rolando. Versé dans le groupe B du Mondial 2018, qui se jouera en Russie du 14 juin au 15 juillet, le Portugal affrontera l'Espagne, le Maroc puis l'Iran. D'ici là, la Selecçao disputera des matches de préparation contre la Tunisie, la Belgique et l'Algérie.

 

La liste des 23 Portugais
Gardiens de but (3) : Anthony Lopes (Olympique Lyonnais/FRA), Beto (Goztepe/TUR), Rui Patricio (Sporting)

Défenseurs (8) : Bruno Alves (Glasgow Rangers/SCO), Cedric Soares (Southampton/ENG), José Fonte (Dalian Yifang/CHN), Mario Rui (Naples/ITA), Pepe (Besiktas/TUR), Raphael Guerreiro (Borussia Dortmund/ALL), Ricardo Pereira (FC Porto), Ruben Dias (Benfica).

Milieux de terrain (7) : Adrien Silva (Leicester City/ENG), Bruno Fernandes (Sporting), Joao Mario (West Ham/ENG), Joao Moutinho (AS Monaco/FRA), Manuel Fernandes (Lokomotiv Moscou/RUS), William Carvalho (Sporting), Bernardo Silva (Manchester City/ENG)

Attaquants (5) : André Silva (AC Milan/ITA), Cristiano Ronaldo (Real Madrid/ESP), Gelson Martins (Sporting), Gonçalo Guedes (Valence/ESP), Ricardo Quaresma (Besiktas/TUR)

Le président du parti Restaurer l'Espoir a choisi la commémoration du troisième anniversaire de son arrestation manquée pour commenter "désert de compétences". Une expression utilisée en avril 2016 par le chef de l'Etat, Patrice Talon, pour qualifier le Bénin.

"Je suis Jeune. Je suis Béninois. Je suis Compétent." Tel est le crédo auquel le parti "Restaurer l'Espoir" appelle la jeunesse béninoise. Selon ce parti dirigé par Candide Azannaï, ancien ministre délégué chargé de la défense nationale du président Talon, il est inconcevable qu'on traite tout un pays de "désert de compétence". Candide Azannaï, fait allusion à des propos tenus par le chef d'Etat béninois lors e sa première visite en France, fin avril 2016.

Candide Azannaï se sépare de Talon, mais ne divorce pas

Le parti Restaurer l’Espoir a tenu le samedi 3 Juin 2017 son 3ème congrès ordinaire au Palais des Congrès de Cotonou. A l’issue des travaux, d’importantes décisions ont été prises. Outre le changement du logo du parti, désormais une carte du Bénin en trois dimensions sur un fond jaune, les congressistes ont décidé de reconduire à la présidence du parti l’ancien ministre de la défense Candide Azannai.

Mais ce congrès aura aussi et surtout été l’occasion pour Azannaï et les siens de faire un état des lieux sans concessions du régime en place afin de se repositionner sur l’échiquier politique national. Il n’est en effet un secret pour personne que Azannai et Talon ne filent plus le parfait amour. Dans son discours lors de ce congrès, l’ancien proche parmi les proches du chef de l’Etat a fustigé la manière cavalière dont sont conduites les affaires publiques. « Il est des principes de l’intérêt général que l’Etat ne peut être réduit à une association d’individus ayant en vue leur intérêt particulier » a dit notamment l’ancien ministre de la défense de Talon. Il enfoncera le clou en déclarant que « la politique ne peut se mener sur le terrain de l’immoralité, des comportements et des égos surdimensionnés qui menacent, intimident, terrorisent et usent de la corruption ». De toute évidence, Azannai Candide prend de plus en plus ses distances avec le régime de la Rupture. Il pense vraisemblablement que les fruits ne tiennent pas encore la promesse des fleurs. C’est pourquoi le président de Restaurer l’Espoir se demande « à quoi servirait la politique si elle consistait seulement à promettre au peuple des lendemains qui changent et à repousser continuellement la réalisation de cette promesse ? ». Mais il garde visiblement de l’espoir pour des lendemains meilleurs. C’est assurément pour cette raison que son parti ne rompt pas défensivement les amarres avec Talon. Mais il a suspendu toute collaboration avec le régime de la Rupture. Manifestement, Azannai et les siens pensent que Talon peut toujours “restaurer l’espoir“. Et le président de la République a encore quatre ans pour y parvenir.

Dans un communiqué signé par l’honorable Rosine Vieyra Soglo, Présidente Fondatrice et l’ancien président de la république du Bénin, Nicéphore Dieudonné Soglo, le bureau Politique National de la « Renaissance du Bénin » ou du moins, celui dirigé par les Soglo a fait « l’amer constat ». Il s’agit d’un communiqué qui dénonce et fustige la gestion du régime Talon.

« Le Bureau Politique National a fait l’amer constat que, après trois décennies depuis l’historique Conférence des Forces Vives de la Nation et depuis bientôt deux ans de l’avènement du régime dit de la « Rupture », les béninois découvrent que la fatalité est loin d’être vaincue » peut-on lire dans le communiqué. Après avoir rappelé la crise sociopolitique que traverse le parti, le bureau Politique National de la « Renaissance du Bénin » a fait le décryptage de l’actualité nationale du Bénin.

A en croire le communiqué, le Parti la « Renaissance du Bénin » traverse une crise depuis la dernière élection présidentielle. « Elle s’est traduite par le départ de certains membres du parti, qui se sont donnés comme mission de travailler à la destruction de notre commune la « RB » a rappelé le Bureau Politique National. Selon lui, au lieu de laver le linge sale en famille, comme c’est la tradition, « ceux-ci avec le concours du pouvoir, ont tenté d’arracher illégalement le Parti à son Président légitime, Monsieur Léhady Vinagnon Soglo ».

 

Du décryptage de l’actualité nationale…
Dans son communiqué rendu publique le vendredi 19 janvier 2018, le bureau politique de la RB est revenu sur l’actualité nationale marquée par la mise en œuvre du recensement administratif à vocation d’identification de la population (ravip), la crise sociale , la Consolidation de la Démocratie, en raffermissant les bases de l’État de Droit ; du Redressement de l’économie, par une politique d’assainissement et de croissance en vue du développement et, du renforcement des Solidarités, par un juste partage des fruits de l’effort commun et une attention particulière pour les couches sociales les plus défavorisées.

Avant de présenter ses vœux les plus affectueux aux militantes et militants, sympathisantes et sympathisants et ainsi qu’au vaillant peuple, le Bureau Politique National estime qu’il faut faire respecter le droit de grève consacré par la constitution. C’est pourquoi, il félicite la cour Constitutionnelle pour sa juste décision en appelant au respect des acquis démocratiques et apporte tout son soutien aux valeureux travailleurs de toutes les catégories socio professionnelles dans leurs luttes pour de meilleures conditions de vie de travail, et invite le gouvernement à valoriser le dialogue social.

A l’occasion de la rencontre de remobilisation des militants et sympathisants de la RB à la salle Majestic de Cadjèhoum
Béninoises, Béninois,
Fiers Militants et Militantes de la Renaissance du Bénin,
Chers Sympathisants,
Depuis quelques temps, l’opinion nationale et internationale, observe la crise provoquée au sein de la Renaissance du Bénin notre parti, par des agents de l’étranger dont certains sont facilement reconnaissables.
Je vous avais déclaré, à la veille des élections présidentielles de 2016, que la Françafrique nous laissait le choix entre la peste et le choléra ; ce qui risquait de faire le lit de Boko Haram. Mais, entre deux maux, il fallait choisir le moindre. Certes, il n’y a que Dieu qui ne se trompe pas. Mais même Jésus, le Fils de Dieu, a été trahi par Judas. Et notre Judas à nous, a reçu pour mission, et il l’a déclaré, urbi et orbi, de détruire notre pays en commençant : par les députés, puis les maires, les conseillers municipaux, les hommes d’affaires (à coup de redressements fiscaux énormes, sauvages, violents, dignes de Gargantua) et les partis politiques, par la corruption. Nous voilà prévenu, par l’homme qui traitait le régime de YAYI Boni, d’Etat voyou.
Pourquoi notre parti ? Vous avez tous la réponse : la Renaissance du Bénin (RB) est le plus grand parti nationaliste de notre pays depuis la balkanisation de l’AOF et de l’AEF en 1960. Et ses résultats spectaculaires, en moins de cinq (5) ans, tant dans les domaines économiques, financiers et culturels ont valu à son chef, le surnom mérité ‘’d’Hercule’’.
Mais nos travaux ont été, hélas, stoppés en 1996 par les pires ennemis de l’Afrique qui avaient achetés la conscience des mêmes mercenaires qui sévissent toujours parmi nous. Et vous les connaissez. Mais restons sereins. Car Dieu existe, Dieu est vérité, Dieu est justice. Et qui tue par l’épée, périra par l’épée.
Quelques précisions toutefois :
En 2002, au fameux congrès d’Allada, des mercenaires stipendiés par des forces nationales et étrangères hostiles ont prononcé l’exclusion du parti de sa Présidente Fondatrice : Madame Rosine VIEYRA SOGLO, Une femme et quelle femme ! Une formidable amazone digne héritière de celles qui ont fait la fierté de notre patrie le Dahomey. La suite, vous la connaissez. Débusqués, les mercenaires ont été chassés de notre maison commune.
La crise d’aujourd’hui est une piraterie de la même espèce. Elle est initiée par celui qu’on appelle au siège d’une grande société près des Champs Elysées et dont je tairai le nom, le Corrupteur Né. Car, comme le dit Thomas SANKARA, il n’y a pas de corrompu sans corrupteur. La réunion illégale d’un pseudo bureau politique en mai 2017 a accouché en juin 2017 à l’hôtel SUN CITY d’Abomey, d’un prétendu congrès, de prétendus dirigeants sans titre ni droit, car le linge sale, nous le savons tous, se lave toujours en famille.
La Renaissance du Bénin est une et indivisible, sous la direction ferme et éclairée de la Présidente Fondatrice et de son Président d’Honneur que je suis depuis plus d’un quart de siècle. C’est comme si, à l’ANC, l’on voulait mettre de côté Nelson et Winnie MANDELA.
La naissance du parti remonte au contrat de renaissance avec le peuple béninois entre hier et demain, sous mon quinquennat qui a produit les fameux travaux d’Hercule, mon surnom à cette époque, symbolisé par le logo du parti : un pays en chantier sur lequel se lève le soleil de la renaissance de notre patrie, la renaissance de l’Afrique au Sud du Sahara.
Les fossoyeurs s’agitent bruyamment depuis peu, font même de la provocation, au mépris de la loi et surtout des règles qui fondent une cohabitation pacifique, suivant le principe sacro-saint du vivre ensemble. C’est cela, une famille. La sagesse recommande que lorsque vous avez eu la possibilité de jouir de façon paisible et tranquille d’une maison qui vous a accordé l’asile, il est totalement indécent de se lever et partir avec les clés qui donnent l’accès à cette maison, en prétextant d’un droit de propriété sur l’immeuble au détriment des légitimes bâtisseurs encore présents dans la maison. Faut-il encore, à titre d’exemple, rappeler que certains d’entre eux, au moment du contrat de renaissance avec le peuple, étaient encore sur les bancs de l’école. D’autres, sont venus bien après, en provenance de l’Union Démocratique des forces du Progrès (UDFP) en vue de bénéficier des avantages qu’offrait le parti. D’autres encore, plus récemment, transfuges de l’Union du Bénin du Futur (UBF) sont venus chercher la protection du parti et des positionnements au détriment des plus méritants.
Toutefois, je m’abstiens de parler pour l’instant de cette réunion et de ses effets qui constitue des actes de couardise et de haute trahison envers mon épouse, la Fondatrice du parti et moi-même le Président d’Honneur. Pas plus que je ne voudrais citer nommément, les uns et les autres, dont la plupart, faut-il le rappeler ne doivent leur position qu’au parti qui leur a fait confiance toutes les fois qu’il s’agit de les positionner pour des postes tels que :
Président de la Cour Suprême, Ministres, Députés, Maires, Adjoint au Maire, Chef d’Arrondissement, Conseillers Communaux, Municipaux et locaux, Représentants dans les institutions nationales ou internationales ou dans toutes les administrations d’Etat, les Collectivités Territoriales, des positions les plus enviées et les plus convoitées.
Qu’ils soient en désaccord aujourd’hui avec le parti, oui, qu’ils veuillent quitter le parti et créer leur propre formation politique, oui, mais qu’ils veuillent prioritairement jeter l’opprobre sur la Présidente Fondatrice du Parti et moi-même le Président d’Honneur, c’est triste indécent et révoltant. A cet effet, je voudrais faire observer, que la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres.
Quant à Vous, militantes et militants (hommes, femmes, jeunes, sages, notables, têtes couronnées) de toutes les régions de notre cher pays, de toutes les régions chère patrie, de toutes les communautés linguistiques, de toutes les confessions religieuses, représentants vos bases respectives à cette rencontre, c’est vous le Parti. Vous êtes la Renaissance du Bénin ! Et il vous revient maintenant de lutter pour conserver notre héritage commun contre vents et marées.
Nous devons ensemble nous ceindre les reins et rebâtir notre maison commune pour gagner les batailles à venir, seule ou en alliance. La rencontre de ce jour constitue le départ, pour la relance des activités du Parti. Je vous exhorte donc à vous y atteler avec courage, abnégation et esprit de suite.
Militantes, militants et chers sympathisants,
Notre parti a résisté à toutes les manœuvres de déstabilisation et je vous assure que la présente crise n’est qu’un feu de paille pour un plus grand rayonnement de notre Parti, de notre foi commune en notre patrie, pour l’union, à laquelle nous invite le roi GUEZO, pour la renaissance de notre pays et celle de toute l’Afrique au Sud du Sahara. Retenons pour finir, qu’il ne s’agit que d’une crise de croissance.
Restons vigilants. Retroussons nos manches pour des victoires encore plus grandes. Car, disait Aimé CESAIRE, ‘’les colonisations passent, les nations ne sommeillent qu’un temps et les peuples demeurent’’.
Vive la Renaissance du Benin
Vive le Benin
Je vous remercie.
Fait à Cotonou, le jeudi 17 Mai 2O18

C'est un secret de polichinelle. Les relations entre la famille Soglo et le président Patrice Talon sont rompues depuis plusieurs mois. Désormais on connait les motifs de cette rupture. Réagissant sur l'article publié par Jeune Afrique sur lui, l'ex-Chef de l'Etat béninois Nicéphore Soglo a en effet évoqué les raisons du divorce de sa famille d'avec celui qu'il avait à prendre le pouvoir lors de la présidentielle de mars 2016.

 

J’ai hérité en 1990 d’un régime militaro-marxiste créé de toutes pièces par la Françafrique, sous l’égide d’un ministre des Finances du nom de Bertin Borna et d’un colonel spécialiste des coups d’État, en la personne de Maurice Kouandété. L’affaire, éventée par le conseil présidentiel alors dirigé par le président Ahomadegbé, échut au commandant Mathieu Kérékou, qui, pour garder le pouvoir, se réfugia dans le camp soviétique en lui apportant le port et l’aéroport de Cotonou et un terrain d’aviation à Cana pour approvisionner le contingent cubain commis à la garde du régime, d’Agostinho Neto à Luanda. C’était l’époque de la guerre froide : communisme contre capitalisme.

Revenu à l’Ouest en 1990 en piteux état (faillite de toutes les banques et des 120 entreprises d’État, suivie du licenciement de 10 000 fonctionnaires, sans oublier les camps de concentration de Ségbana, PCO, Petit Palais, etc.), le transfuge Kérékou fut contraint par le président Mitterrand de convoquer toutes les forces vives de la nation, ce qui déboucha sur la célèbre Conférence souveraine des forces vives de la nation.

Séisme pour le système colonial
Ce séisme a ébranlé un temps le système colonial, avec le fameux discours de La Baule. Et en tant que président, je fis notamment venir à mon cabinet de jeunes cadres, dont Boni Yayi, et j’ai nationalisé la CFDT (l’empire français du coton au Bénin et en Afrique francophone) confiée à une dizaine de jeunes hommes d’affaires, dont Patrice Talon, chargés de fournir au monde paysan des engrais et insecticides.

Or, en 2006, selon des informations indiscutables, le triumvirat Yayi-Talon-Zinsou fut chargé de remplacer Kérékou vieillissant, incapable de juguler les crimes commis au Nigeria par une bande de malfaiteurs commandée par un certain Tidjani Amani bien introduit dans les cercles du pouvoir au Bénin.

Play Video

Et chacun sait, depuis la Rome antique, que les triumvirats (Pompée-Cicéron-César ou Pompée-Crassus-César ou Antoine-Lépide-Octave) débouchent sur des combats fratricides impitoyables. Et notre pays hélas, n’échappe pas à cette règle. Avec l’utilisation sélective de la lutte contre la corruption par des incendiaires qui crient au feu. On se croirait au Zaïre de Mobutu (voir Pierre Péan, L’Argent Noir, p. 140).

Précisons que la fierté de la Renaissance du Bénin, c’est de n’avoir jamais fait allégeance à aucune puissance financière tant nationale qu’étrangère. C’est de notoriété publique.

Soutenir les décisions de la Cour constitutionnelle
Enfin, et c’est aussi un secret de polichinelle : c’est le rejet par l’Assemblée nationale, dont Maître Rosine Vieyra Soglo est la doyenne et une figure de proue, du projet de révision de la Constitution qui accordait au chef de l’État des pouvoirs exorbitants, ainsi qu’une impunité inacceptable à lui-même et à ses ministres, et digne du Chili du célèbre général Augusto Pinochet, qui explique le divorce entre la famille Soglo et celui à qui j’avais mis le pied à l’étrier, comme à tant d’autres citoyens de notre pays pendant un quinquennat au cours duquel j’ai hérité du surnom d’ « Hercule » pour les nombreux travaux que j’ai engagés.

Et ma présence à Djeffa n’avait pour objet que de soutenir les décisions de la Cour constitutionnelle superbement ignorées par le pouvoir qui avait chargé le COS-LEPI [Conseil d’orientation et de supervision – Liste électorale permanente informatisée, ndlr] d’organiser les futures élections législatives. Et chacun sait que les élections figurent parmi les sources de contestation et de désordre en Afrique. Toute autre interprétation, ne serait que musique de bouche, comme on dit chez nous.

Ad Sidebar

Latest Tweets

RT @belindamaiden: Wishing @Kontar81 a very HAPPY BIRTHDAY! The best birthday present would be some positive action from @JustinTrudeau & @…
New - Consulting, Finance & Business Joomla Template on #Themeforest https://t.co/rWvwVNptYR https://t.co/QWtDx8hIi2
Finance & Insurance WordPress Theme Sale on #themeforest https://t.co/CW1sfG3oYW https://t.co/ROv9f9uwHf
Follow Themewinter on Twitter