Super User

Super User

Selfies labore, leggings cupidatat sunt taxidermy umami fanny pack typewriter hoodie art party voluptate. Listicle meditation paleo, drinking vinegar sint direct trade.

La fondation Luc Sètondji ATROKPO a accordé vendredi 08 juin 2018, à 100 groupements de femmes à Bohicon, 20 millions de FCFA de micro crédit. C'était en présence des membres de la coordination de la Fondation et d'une foule venue nombreuse assister à l'activité.

;Aujourd'hui, nous lançons un volet important du programme d'activités de notre Fondation. L'objectif de la Fondation Luc Sètondji ATROKPO, c'est aussi et surtout d'aider, à travers des oeuvres sociales, les couches vulnérables. À cet effet, je vous octroie au nom de la Fondation Luc Sètondji Atrokpo 20 millions de FCFA, pour la promotion de vos activités génératrices de revenus. C'est pour accompagner au plan communal et départemental, le président Patrice TALON et son gouvernement dans leur vaste et important programme national de micro crédit.

, a déclaré Luc ATROKPO président de la Fondation face aux femmes. Il a fait savoir que plus un groupement remboursera ses crédits, plus il en prendra. Il a demandé aux groupements féminins de prêcher la bonne nouvelle au-delà des frontières de la commune de Bohicon.

Mot de remerciements des femmes

Les femmes ont témoigné leurs gratitudes à Luc ATROKPO et à sa fondation. Pour elles, Luc Atrokpo est un homme social et sociable. À en croire, la bénéficiaire Rosine ADANZOUNON, la Fondation Luc Sètondji ATROKPO est née pour le bonheur des femmes.

Nous sommes très heureuses. Merci à la Fondation Luc Sètondji Atrokpo

, a-t-elle déclaré toute contente. Abondant dans le même sens, dame Léonie DOSSOU OLYMPIO a imploré la grâce divine sur le généreux bienfaiteur et sa fondation.

Je dis infiniment merci à Luc ATROKPO. Que Dieu lui rende son geste au centuple

, a-t-elle déclaré.
Pour la coordonnatrice de la Fondation, Francisca MONGBO TCHEKPO, la tâche ne sera pas de tout repos

Dans un premier temps, nous irons dans tous les 10 arrondissements de Bohicon pour déboucher sur les autres communes du département du Zou.

* . Selon elle, l'homme de bien qu' est Luc ATROKPO vient de concrétiser une fois encore, son rêve de voir les autres heureux. La Fondation LSA est créée pour le bonheur des populations

Les férus du cuir rond vont vivre en live tous les matchs de la coupe du monde Russie 2018 dès demain. Sur initiative du bureau directeur du Prd, toutes les communes de la 19è circonscription ont reçu des écrans géants pour la retransmission de tous les matchs du tournoi intercontinental qui vient tous les quatre ans. Cette initiative répond aux promesses du président Adrien Houngbédji de mettre la jeunesse au coeur des actions du parti. Ces promesses ont été d'abord concrétisées par l'ouverture des instances dirigeantes du parti aux jeunes et ensuite, l'organisation des activités de loisirs et de formation aux jeunes au siège du parti à Porto Novo. Dans chaque arrondissement d'Adjarra, des endroits stratégiques ont été identifiés pour abriter les installations appropriées pour cette activité de retransmission en direct des matchs de cette coupe du monde. Les remerciements vont au grand frère Germain Wanvoégbè pour l'engagement et le souci du partage, au maire Michel Honga pour l'accompagnement de développement, à l'honorable Edmond Zinsou pour son leadership éclairé et tous les responsables du parti à Adjarra pour les actions quotidiennes de chacun et de tous.

Achille OUSSOU

Le parlement béninois de la 7ème legislature s'est illustré par l'adoption de plusieurs lois très importantes pour le pays. En visite au Benin, le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et du Sahel a été reçu en audience, ce mercredi 13 juin 2018 par le président de l’Assemblée nationale maître Adrien Houngbedi. Plus qu’une visite de courtoisie, Mohamed Ibn Chambas en a profité chaleureusement féliciter Me. Adrien Houngbedji et les députés de la 7ème législature qui se sont selon lui distingués en adoptant un certain nombre de lois importantes, dont le nouveau code pénal en République du Bénin, avec la suppression de la peine de mort, et la loi portant lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme . Selon monsieur Chambas, Les Nations Unies encouragent et attendent beaucoup du parlement béninois par rapport à son initiative d’améliorer la représentativité des femmes dans la vie politique et surtout à l’Assemblée nationale.

Lire sa déclaration à la sortie de l'audience

C’est une visite de courtoisie. Je suis venu échanger avec le président de l’Assemblée nationale et j’en ai profité pour le féliciter pour l’adoption du nouveau code pénal du Bénin. Comme vous le savez, le parlement a mis du temps pour travailler sur ce texte, et finalement, le texte a été adopté par les députés, avec la suppression de la peine de mort. Les Nations Unies ont très bien apprécié cette initiative. Nous avons également discuté sur plusieurs autres lois adoptées par le parlement du Bénin, comme celle concernant la lutte contre le financement du terrorisme. Aujourd’hui dans notre sous-région, Ouest-africaine et le Sahel, nous sommes vraiment confrontés à ce défi de l’extrémisme violent, du terrorisme. Il nous faut tout faire pour combattre le terrorisme, y compris, l’aspect financier. Donc cette loi est très importante. Nous avons également discuté sur la participation des femmes dans la vie politique Béninoise. Nous attendons des réflexions et décisions qui seront prises ici au Bénin dans ce sens pour essayer d’augmenter la participation des femmes dans la vie politique et en particulier leur représentativité au sein de l’Assemblée nationale. Ce serait un bon exemple pour le reste de l’Afrique de l’Ouest, nous encourageons l’Assemblée nationale du Bénin à réfléchir sur cet aspect genre et sortir des propositions concrètes, des recommandations ainsi que des lois qui permettrons d’avoir beaucoup plus de femmes à l’Assemblée nationale .

Max Gaspard ADJAMOSSI

Le député Antoine Idji Kolawolé de l’Union fait la nation est préoccupé par le devenir de l’anacarde au Bénin. Face à la contreperformance de la campagne 2017-2018, l’élu du peuple souhaite connaître les mesures prises par le gouvernement pour éviter d’éventuelles baisses de production. C’est à travers la question orale ci-dessous.

Assemblée nationale 7ème législature

Question orale avec débat au Gouvernement

Objet : Question relative à la campagne 2017-2018 pour la culture de l’Anacarde.
Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
La campagne 2017-2018 pour la culture de l’Anacarde tire à sa fin. Cette campagne serait, paraît-il, très mauvaise. La production de l’Anacarde a pris dans notre pays une place très importante, constituée désormais en une véritable filière. Cette filière occupe un nombre considérable de producteurs, d’opérateurs, de spéculateurs et de trafiquants.
Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale !
En raison de l’importance économique et sociale considérable de ce produit pour notre pays, et en application de l’article 108 du Règlement Intérieur de l’Assemblée Nationale, il est demandé au Gouvernement de fournir à la Représentation Nationale, les réponses relatives aux questions ci-après:
Les résultats de la compagne 2017-2018 de la filière Anacarde et les leçons ou les conclusions que le Gouvernement en tire ?
Quelles mesures le Gouvernement prend-il pour une meilleure organisation de la filière, afin qu’elle profite aussi bien aux opérateurs nationaux, aux paysans, aux transporteurs, aux commerçants, ainsi qu’aux transformateurs, et autres industriels,…. ?
Comment le Gouvernement envisage-t-il l’avenir de l’Anacarde au Bénin?
La perspective d’en faire un produit générateur de croissance de l’économie nationale et de bien-être pour les populations est-elle réaliste?
A quelles conditions?
Y-a-t-il un plan pour accroître le taux de transformation locale des noix et réduire le volume de noix brutes exportées vers les géants d’Asie ?

Fait à Porto-Novo, le 12 Juin 2018

Kolawolé A. Idji

Le Bénin se prépare activement pour se doter d’un code général des collectivités locales. Un document destiné à regrouper tous les textes de loi sur la décentralisation en même temps qu’il permet de corriger les insuffisances notées dans leur application. A cet effet, l’Association Nationale des Communes du Bénin sous la houlette de son bureau présidé par le Maire de Bohicon Luc Sètondji ATROKPO, a organisé une vaste campagne de consultation des acteurs communaux et locaux.

Une démarche qui a permis à la faitière des communes d’éditer un document de position dont les grandes lignes ont été présentées aux membres de la Plateforme d’échanges avec le Réseau des Parlementaires pour la Décentralisation au cours de leur première session 2018 ce mercredi 13 juin à Millénium Popo Beach d'Agoué à Grand Popo. Ainsi, dans son intervention au cours de la cérémonie d’ouverture présidée par le premier Vice-président de l’Assemblée nationale, l’honorable Eric HOUNDETE, le président de l'ANCB a insisté sur la nécessité de prendre en compte les contributions de l'association.

On notait la présence effective de plusieurs députés, des maires et autres cadres impliqués dans ce processus.

Les députés de la 7è législature vont se retrouver loin de l’hémicycle, pour approfondir leurs réflexions autour de la l’avant-projet de proposition de loi sur le code électoral en République du Bénin, initié par le député Jean-Michel ABIMBOLA et quelques députés. C’est à travers l’organisation d’un séminaire-atelier sur le texte de loi qui se tient demain jeudi 14 juin 2018 à AZALAI Hôtel à Cotonou. C’est du moins ce qu’a annoncé, au terme des travaux de la séance plénière de ce mardi 12 juin 2018 à l’hémicycle, le Président de l’Assemblée Nationale, Me Adrien HOUNGBEDJI. Profitant de cette occasion, il a rappelé à ses collègues ce grand rendez-vous qui permettra, à coup sûr, de corriger certaines imperfections dans l’ancien texte de loi. Cette rencontre va regrouper, outre les députés de la 7è législature, d’autres acteurs politiques, des experts, les différentes composantes de la société civile, pour ne citer que ceux-là. Il s’agira au cours de ces assises d’éclairer sur les réformes envisagées dans le nouveau texte de loi afin d’harmoniser les points de vue par rapport à ce nouveau code électoral. A cet effet, les participants feront un examen critique de la mise en œuvre de la loi N°2013-06 du 25 novembre 2013 portant code électoral en République du Bénin, ressortiront ses forces et ses faiblesses.
A travers cette initiative parlementaire, le Président de l’Assemblée Nationale, Adrien HOUNGBEDJI, fort de sa vision et son engagement à faire des réformes parlementaires, entend rechercher un large consensus en privilégiant le dialogue et l’harmonisation des points de vue autour de ce nouveau projet de proposition de loi sur le code électoral en République du Bénin. Une initiative que salue déjà la majorité des députés et même ceux de la minorité parlementaire. Probablement qu’au terme de ce séminaire, il sera retenu de nombreuses recommandations et conclusions qui vont booster les règles communes aux élections du Président de la République, des membres de l’Assemblée Nationale, des membres des conseils communaux ou municipaux et des membres des conseils de village ou de quartier de ville. Aussi, tout ce qui relève du contentieux électoral sera-t-il probablement vidé.

Ismaël KEKO

Dans le cadre de la révision du code électoral, un avant-projet de proposition de texte circule depuis quelques temps avec l’ambition proclamée de corriger dans l’ancienne loi les imperfections qu’elle pourrait contenir. Certaines propositions contenues dans ce projet de texte ne sont pas sans susciter les inquiétudes d’une partie de la classe politique. Comme cela a été le cas pour la proposition de loi visant la reforme du système partisan ainsi que d’autres textes majeurs dans le pays. Dans le but de gommer les inquiétudes des uns et des autres, et d’obtenir un consensus de la majorité de la classe politique, le Président de l’Assemblée nationale Adrien Houngbédji a convié les députés, les acteurs politiques, ainsi que certaines composantes de la Société civile à un séminaire national sur la « Réforme du Code électoral » qui se tient ce jeudi 14 juin 2018 à Azalaï Hôtel de la Plage à Cotonou.

Le but de cette rencontre est de permettre à l’ensemble des acteurs politiques d’appréhender les insuffisances relevées dans les textes de loi actuels et relatifs aux élections. Ils seront à l’occasion éclairés sur les réformes envisagées en vue d’harmoniser et de contextualiser le Code électoral en tenant compte des difficultés liées à son application. De façon spécifique, les travaux de l’atelier visent à faire un examen critique de la mise en œuvre de la loi N°2013-06 du 25 novembre 2013 portant Code électoral en République du Bénin, ses forces et ses faiblesses. Ils visent aussi à sensibiliser la classe politique en général et les députés de la 7ème Législature en particulier sur les enjeux d’une reforme du Code électoral conséquente et adaptée aux difficultés actuelles. Enfin, le séminaire permettra aux participants d’échanger sur les moyens d’améliorer l’avant-projet de proposition du Code électoral pour en sortir une proposition pertinente.
Trois principales communications sont prévues pour meubler les travaux de ce séminaire :
▶Analyse critique de la loi N°2013-06 du 25 novembre 2013 portant Code électoral en République du Bénin
▶Enjeux de la réforme du Code électoral
▶Présentation des points saillants de l’avant-projet de proposition de loi portant Code Électoral en République du Bénin.

Un débat général suivi des travaux de groupe permettront d’obtenir les propositions d’amendement au texte objet du séminaire. Les grandes lignes du Code électoral pouvant faire objet d’une révision seront alors dégagées de manière consensuelle au terme de ce séminaire en vue d’élaborer une proposition de référence à l’adoption d’un cadre législatif propice à l’organisation des élections en République du Bénin.
Plusieurs acteurs notent et saluent déjà cette clairvoyance du président de la 7ème législature du parlement béninois qui est dans la rechercher permanente du consensus autour des textes de loi qui pourraient susciter suspicions inquiétudes et controverses au sein de la classe politique.

Max Gaspard ADJAMOSSI

Tout le monde, y compris de grands médias et de journalistes aguerris, s'est déjà fait avoir un jour par une fausse information. À l'heure des réseaux sociaux et des rumeurs qui se propagent à toute vitesse, il n'est pas toujours facile de trier instantanément le vrai du faux. Surtout pour les journalistes, chercheurs des nouvelles croustillantes, à même de "faire le buzz" et d'attirer le lecteur.

Comment démasquer les fausses informations sur Internet ?

Voici quelques conseils pour éviter de relayer de fausses informations et pour débusquer les canulars qui circulent sur la toile au 229.

1- Aller toujours à la source de l'information
À une époque où le copier-coller est roi, certains médias, voire certains internautes prennent de moins en moins le temps de vérifier les informations qu'ils diffusent. On se retrouve ainsi avec des phrases telles que "selon tel journal, lui-même repris par tel autre... "

Le mieux est de toujours remonter le chemin jusqu'à la source de première main... Reste à se demander ensuite si on peut faire confiance à cette source. Et ce n'est pas toujours garanti. Il faut aussi et surtout se méfier des propos rapportés par un tiers. Une personnalité a-t-elle par exemple, vraiment prononcé la phrase qu'on lui fait dire ?
...Pour retrouver l'origine d'une phrase, on peut tenter de la taper dans Google en la mettant entre guillemets. Comme dans le cas du Gouvernement béninois sur les réseaux sociaux, il faut souvent regarder si le site Web, le compte Twitter ou Facebook est bien le compte officiel et certifié du gouvernement.

2- Faire une recherche dans Google Image
Le moteur de recherche Google possède un outil très utile : Google Image. Plutôt que d'y chercher du texte, on y cherche... des photos.
On peut ainsi vérifier si un cliché est vraiment nouveau ou s'il a déjà été posté par le passé. Pour ce faire, il suffit de placer l'image dans la barre de recherche de son navigateur ou de faire un clic droit sur une photo et de choisir "rechercher une image avec Google".

3- Se méfier des agences de presses improvisées

Ils s'appellent "Info 229", "Breaking News 229", "Infos béninoises" ou " Les News"... Sortes d'agences de presse informelles, ces groupes washup, facebook, relayent des informations glanées un peu partout sur la toile.

Ils partagent leurs "Fake Infos" en les accompagnant de petites boules rouges, de "ALERTE" ou de "URGENT" pour imiter les très crédibles agences de presse. Problème : ils ne vérifient pas toujours les informations qu'ils partagent, au point de se mettre en délicatesse avec la loi.

Évidemment, même les médias reconnus ne sont pas infaillibles. En vain. Face à la prolifération des "fake news", le droit béninois doit davantage sévir...

 

IDJIWA 

Les députés ont adopté en fin de matinée ce mardi 12 juin 2018 à l'unanimité, la proposition de résolution tendant à la mise en place d'une commission parlementaire d'information, d'enquete ou de contrôle relative à la gestion des projets d'électricité de l'Agence Béninoise d'Electrification Rurale et de Maîtrise d'Énergie (Aberme). Cette commission est composée de 10 membres, dont un représentant par Groupe Parlementaire, un représentant de la Commission du Plan, et un représentant de la Commission des finances. Elle dispose d'un délai de 60 jours pour déposer rapport.

F.Z.OKOYA

Le ministère de la Décentralisation et de la Gouvernance locale a organisé ce mardi 12 juin 2018 à l'hôtel du 15 Janvier sis à PK10 dans la commune de Sèmé-Podji, sa revue sectorielle 2017. Une revue qui vise l’évaluation des progrès réalisés dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique nationale de décentralisation et de la déconcentration (Ponadec).

Assistant à cet atelier ce matin, le Maire Charlemagne Honfo, Secrétaire Général de l'Association Nationale des Communes du Bénin (Ancb) représentant le président empêché, a d'abord remercié le Ministre pour le choix porté sur sa commune pour abriter l'événement de ce jour avant de reconnaître les efforts du gouvernement au profit des 77 communes du Bénin.

En ouvrant ainsi les travaux, le ministre a invité tous les participants à un réel engagement pour l'atteinte des objectifs fixés. Faut-il le rappeler, la revue est un cadre d’échanges des principaux acteurs de la décentralisation et de la gouvernance locale pour apprécier la situation du secteur, favoriser le développement interministériel et institutionnel, réfléchir sur des thématiques ciblées pour proposer des pistes d’amélioration des pratiques dans les domaines concernés en vue de meilleures performances.

Ad Sidebar

Latest Tweets

Insurance Agency HTML Template on @ThemeForest https://t.co/AyCEYBlovg https://t.co/OrZKC3hA8e
SEO and Digital Marketing WordPress Theme on #Themeforest https://t.co/drKfnORITM https://t.co/j0J8KelNO4
@p01arst0rm f anyone, including Microsoft, violates the license agreements on github, US law is very active and tou… https://t.co/GpHMwx04Wb
Follow Themewinter on Twitter