Super User

Super User

Selfies labore, leggings cupidatat sunt taxidermy umami fanny pack typewriter hoodie art party voluptate. Listicle meditation paleo, drinking vinegar sint direct trade.

L'ÉVEIL DU PEUPLE POUR LA DÉMOCRATIE ( EPD) , JEUNESSE ET RÉPUBLIQUE ( JR), MOUVEMENT DES BÂTISSEURS DE LA RÉPUBLIQUE ( MBR), MOUVEMENT ÉTHIQUE ET CONVICTION ( MEC) et NOUVELLE VISION POUR LE DÉVELOPPEMENT ( NoViDé) se sont conformés à la réforme du système partisan.

C'était le 6 novembre 2018 à l'infosec de Cotonou que Ulrich Parnis GBAGUIDI , Martin KASSIN, Gaëtan KOUYE, Verkyse DOMAH et Alphonse GBAGUIDI ont choisi, pour expliquer à leurs bases réunies, la substance, la portée et surtout les avantages de la nouvelle charte des partis politiques et du nouveau code électoral. À entendre les conférenciers, Patrice TALON est un Homme de vision sans qui cet avènement tant attendu n'aurait pu voir le jour. Vu cet exploit politique ajouté aux réformes salvatrices en cours dans le pays et ce dans tous les secteurs, les jeunes leaders de la chose politique, n'ont eu autre choix que de réaffirmer leur soutien au chantre du nouveau départ et de la rupture. "Patrice TALON est le type de dirigeant qu'il nous faut et nous vous demandons de soutenir sans réserve ses actions pour le développement de notre pays" ont-ils laissé entendre tour à tour au pupitre.

Le moment capital de cette soirée était surtout la polarisation politique de ces mouvements et partis réunis. Progressiste ou Républicain? Les militants ont fait par forte acclamation leur choix qui s'est imposé à leurs leaders.

Un seul chemin, LE BLOC PROGRESSISTE

Pour en avoir pris acte , l'Assemblée a donc délivré le communiqué final que voici:

COMMUNIQUÉ FINAL

Le Parti l'Éveil du Peuple pour la Démocratie et les mouvements affiliés ( Jeunesse et République, Mouvement des Bâtisseurs de la République, Mouvement Éthique et Conviction, Nouvelle Vision pour le Développement), se sont réunis, en Congrès extraordinaire, ce Mardi 6 Novembre 2018, à l'Infosec de Cotonou.

Les travaux ont été exclusivement consacrés à l'examen de la question relative à l'adhésion de l'EPD et mouvements affiliés à l'un des deux blocs en constitution au sein de la Mouvance Présidentielle.

À l'issue du compte rendu sur les différentes négociations entreprises et les discussions menées, les congressistes se sont réunis en atelier conformément à la configuration de l'EPD et mouvements affiliés.

Au terme du dépouillement des positions librement exprimées par les pôles composant la coalition, les congressistes se sont exprimés par acclamation pour leur adhésion au Bloc Progressiste.

En conséquence, le Congrès a décidé de rejoindre le Bloc Progressiste. De ce fait, le parti Éveil du Peuple pour la Démocratie, Jeunesse et République, le Mouvement des Bâtisseurs de la République, le Mouvement Éthique et Conviction, la Nouvelle Vision pour le Développement, abandonnent leurs attributs et se conforment aux exigences du Bloc progressiste.

Au terme des travaux, le Congrès a réaffirmé son soutien aux actions du Chef de l'État, son Excellence Patrice TALON et l'encourage à poursuivre rigoureusement ses réformes dans l'intérêt supérieur de la Nation.

Fait à Cotonou, le 06 Novembre 2018
Le Congrès National

Il faut noter qu'à cet important rendez-vous politique, les organisateurs ont eu à leur côté, des jeunes personnalités telles que: Herman Dimitri ADANKPO de "c'est Nous le Peuple", Laurent ZOMAÏ du CCJ, Gratien ADJAGBONI du mouvement "Mitchité", Anoh DAGBELOU du CCJ/Collines et bien d'autres.

Cellule de Communication/ EPD

Arrivée cet après midi du mercredi 7 novembre 2018 du Président Patrice Talon à l'aéroport d'Oslo Gardermoen (Norvège) dans le cadre d'une visite officielle au cours de laquelle il sera reçu par Madame Erna Solberg, chef du gouvernement et premier ministre du royaume de Norvège, par sa majesté Harald V, roi de Norvège et par le parlement norvégien.

Le chef de l'Etat participera aussi en qualité d'invité d’honneur au 8ème sommet nordique et africain des affaires (NABA – Nordic African Business Summit ).

Le Président Talon est à la tête d'une forte délégation composée entre autre de Monsieur Aurélien Agbenonci, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, de Monsieur Laurent Gangbès , Directeur général de l' Agence de Promotion des Importations et Exportations (APIEX) , de Monsieur José Pliya , Directeur de l'Agence nationale pour la promotion du Patrimoine et le développement du Tourisme (ANPT) et de Monsieur Jean-Baptiste Satchivi, Président de la Chambre du Commerce et d'Industrie du Bénin (CCIB), représentant les opérateurs économiques béninois.

La délégation béninoise a été accueillie à sa descente d'avion par Monsieur Eusèbe Agbangla, Ambassadeur de la République du Bénin près le royaume de Norvège, Monsieur Jens-Petter Kjemprud, Ambassadeur du royaume de Norvège près la République du Bénin et Monsieur Johan Vibe, Directeur du protocole du ministère des affaires étrangères de Norvège .

Suivez en temps réel le séjour du Président de la République Monsieur Patrice Talon au Royaume de Norvège sur le compte twitter de la Présidence du Bénin à l’adresse : https://twitter.com/PresidenceBenin

Le gouvernement de la "rupture" procède progressivement à la consécration de son programme d'actions siglé PAG. Un tombereau d'investissements jalonnent les contrées de la république distillant des trésors de joies et d'espérances dans les cœurs des populations conquises par les actes de la "rupture". La fièvre du " nouveau départ" emballe le peuple.

Au tableau de chasse du compétiteur né, scintille dans le fil droit du PAG et ce depuis 2017, un projet financé par le budget national et mis en œuvre pour l'autonomisation économique des femmes au Bénin. Sur plus de 8 milliards de FCFA prévus, près de la moitié est déjà débloquée et exécutée. Une autre cagnotte de plus de 200 millions de nos francs mise à disposition en 2018 par le budget national et déjà exécuté à 92% est affectée aux personnes handicapées et aux indigents. Leurs ordonnances sont prises en charge dans les hôpitaux et les frais de formation et de scolarité des jeunes sont payés. Autre chose, au Bénin, il existe 85 centres de promotion sociale. Avant l'avènement de la "rupture", ils étaient financés à hauteur de 2 millions chacun par an pour répondre aux sollicitations des populations de leurs zones d'intervention. Depuis l'année dernière, ce budget a été doublé sur instructions du président TALON. Toujours dans la veine du social, de septembre à octobre dernier, plus de 200 millions de FCFA de microcrédits ont été octroyés à près de 3000 femmes béninoises. Sans emboucher la trompette du triomphalisme, toutes ces opérations ont été déployées sous le prisme de la discrétion. N'oublions pas la rénovation du stade Général Mathieu KEREKOU entrée dans sa phase active depuis le vendredi 2 novembre 2018 avec la remise officielle du site à l'entreprise chinoise chargée de l'exécution des travaux. D'ici novembre 2020 selon le délai contractuel, les fruits tiendront la promesse des fleurs et ce stade, vieux de 36 ans, changera de visage pour se hisser au firmament des normes internationales. Ce vendredi 2 novembre était semble-t-il prédestiné depuis les temps immémoriaux à marquer d'une pierre blanche l'épopée du PAG dans la marche du "nouveau départ". Ce vendredi donc, sur un autre front, le gouvernement faisait une importante dotation en matériels au groupement national des sapeurs pompiers. D'une valeur totale de 285 millions de FCFA imputés au budget national, ces matériels viennent à point nommé pour l'amélioration des conditions de vie des populations tributaires des conditions de travail des soldats du feu. Il y a peu, ce sont 230.175.518 FCFA d'équipements médico-techniques qui ont été mis à la disposition du CNHU-HKM par le gouvernement du président TALON dans le cadre du renforcement du plateau technique de l'hôpital de référence. Et la liste des hauts faits d'arme du gouvernement sur le champ de bataille du social ne sera pas exhaustive.


Des galons glanés par la " rupture" sans une once de fanfaronnade et qui autant, auraient été pour d'autres acteurs, le catalyseur d'un tapage médiatique exubérant. TALON insuffle à l'action gouvernementale, les précieuses valeurs de la réussite dans la discrétion. "Le bien ne fait pas du bruit et le bruit ne fait pas du bien" dit-on. Et "quand les actes parlent, les paroles se taisent" enseigne le sage. Une chose est sûre, les prochaines législatives se profilent comme une aubaine pour ajouter du crédit à l'ingénierie de la "rupture" au baromètre du réajustement du paysage politique national.


Disons-le derechef, tout ça sans tapage, loin de la sérénade des temps reculés par l'histoire où la moindre pose de première pierre suffisait à elle seule pour manier la dithyrambe au point de vous faire tomber en pâmoison. C'est ainsi qu'on eût une panoplie de Pose de premières pierres de chantiers jonchant campagnes et hameaux dont la suite ne dépassera malheureusement pas les confins des rêvasseries ubuesques accouchées dans la rhétorique stérile d'un pouvoir encombrant et envahissant. La boutade de "yinwè" pour montrer qu'on a le ciboulot venait corroborer la thèse du nombrilisme avec sa fumeuse pointe de mégalomanie pompeusement célébrés au sommet de l'État.
La "rupture" ne veut pas s'accommoder de ces élucubrations mélodramatiques qui ont maculé la gouvernance du prince d'hier. Elle a passé un coup de chiffon sur l'ardoise, replié les rétroviseurs. Elle préfère la méthode plus opératoire de l'efficacité dans la discrétion. Le fameux "bondinini", dérivé de la locution " je vais bondir " déboulée par le roi en courroux, véritable pathologie de l'histoire, a laissé place à un discours beaucoup plus raisonné, pondéré, persuasif et apaisant dans la parole présidentielle.


Mais, l'opposition retranchée dans sa bulle ne peut que voir par le petit bout de sa lorgnette hiératique.
2019 approche avec les législatives. Et la "rupture" est en passe de s'offrir le scalp de la majorité parlementaire. Son efficacité dans la discrétion et l'autorité charismatique du chef de l'État, son guide inspirateur, fonctionnent ici comme des éléments facilitateurs.

Boris FATONDJI

Le Port Autonome de Cotonou a été pendant des années une mine d'or pour des individus qui n'ont fait que profiter de ses avantages. Pendant des décennies la gestion de notre POUMON ECONOMIQUE a été souvent confiée à des nationaux qui n'ont fait que l'enfoncer. C'est d'ailleurs pour régler cet état de chose que de profondes réformes ont été pensées afin de rendre notre port compétitif dans la zone UEMOA. Et l'une de ses importantes reformes est la gestion désormais du port par des techniciens belges venus D'ANVERS.

Depuis que la gestion du port a été confiée au port d'Anvers il n'y a pas un jour où on ne lit pas des âneries ,où les gens ne racontent pas des idioties. Le béninois est spécial lorsqu'il s'agit de détruire et ce n'est pas nouveau. Les anti réformistes doivent comprendre qu'il y a un temps pour tout et que rien ne pourra ébranler cette volonté du chef de l'État de faire de notre port ,un port accessible et compétitif. Les grincements de dents et les nombreuses recriminations puériles , ne sauraient arrêter cette marche vers l'émergence de notre poumon économique.

Des agents ont voulu se tailler la part belle en s'offrant des primes mirobolantes et ceci en abusant de la bonté et de la confiance du DG. Très tôt ce dernier a decouvert le pot aux roses et a pris ses responsabilités quite à radier les indélicats. En quoi cela doit il faire polémique? Ce qui a retardé tout ce temps notre pays ,est cette volonté d'encourager la fraude,la tricherie et le vol. Si on sanctionnait les quidams chaque fois qu'ils commettaient des bévues,la psychologie de nos travailleurs aurait été préparée à ça et les travailleurs s'adonneraient moins à de coups bas qui retardent l'administration.

En confiant le Port aux belges nous avions accepté de faire une autre expérience et nous devrions donc laisser les gens travailler et arrêter de toujours nous faire remarquer négativement. Un agent fautif doit être blâmé ou sanctionné en cas de faute, et il revient à l'administration de prendre les sanctions qui s'imposent.
Que chacun fasse donc son travail et qu'on cesse de nous distraire

WILLY BAYALA

Si le RAVIP n'existait pas, il aurait fallu le créer.

Dès le 1er janvier 2019, 350.000 béninois ouvriront la vague des bénéficiaires des services sociaux de base du projet d'Assurance pour le Renforcement du Capital Humain. À juste titre, ils auront leur carte d'identité biométrique pour une prise en charge sociale grâce d'une part aux innovations du Recensement administratif à vocation d'identification de la population (RAVIP) et à la révolution de l'état civil en cours sous l'impulsion avisée du président de la république, Patrice Talon d'autre part.

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet ARCH, le conseil des ministres du mardi 06 novembre 2018 a autorisé, la confession, à la charge de l'État, de cartes d'identité biométriques aux 350.000 personnes identifiées et considérées comme des  populations pauvres extrêmes et pauvres non extrêmes pour une prise en charge sociale. Ces dernières feront partie de la phase pilote dudit projet qui prendra effet à partir du 1er janvier 2019.
Assurance maladie, formation, crédit et retraite sont les composantes du projet. Ces services seront donc accessibles pour les populations cibles dans cette phase pilote. Une réponse intelligente voire hautement politique de Agbonnon à l'endroit des détracteurs qui n'ont pas encore compris la pertinence du RAVIP et l'opportunité de l'approfondissement du projet ARCH.

TALON RASSURE SUR LE FOND ET MÊME LA FORME. Le constat est : VOUS N'AUREZ PAS SEULEMENT CE QUE VOUS ATTENDEZ, MAIS BIEN JUSTEMENT CE QU'IL FAUT ET PLUS ENCORE AU-DELÀ DE VOS ATTENTES. SEULEMENT DANS LA MÉTHODE ET LA RIGUEUR NÉCESSAIRES.

Patrice Talon et son équipe s'illustrent davantage dans les œuvres sociales afin d'impacter positivement le quotidien de nombre de béninois. Et pour cause: Dans le cadre de la mise en œuvre du projet d'Assurance pour le Renforcement du Capital Humain ARCH, le conseil des ministres en sa séance hebdomadaire du mercredi 06 novembre 2018 sous la présence effective du chef de l'État Patrice Talon ,a autorisé, la confession, à la charge de l'État, de cartes d'identité biométriques.

Pour une identification fiable des bénéficiaires , le gouvernement s'est appuyé sur la base de données du Recensement initial administratif à vocation d'identification de la population (RAVIP ).Selon le compte rendu du conseil des ministres, ces cartes seront gratuitement distribuées aux 350.000 personnes identifiés et considérées comme des pauvres populations extrêmes et pauvres non extrêmes pour une prise en charge sociale. Ces dernières feront partie de la phase pilote dudit projet qui prendra effet à partir du 1er janvier 2019. Il faut retenir que le projet ARCH est composé de l'assurance-Maladie ,la formation,le crédit et la retraite. Cette décision salutaire et salvatrice à l'endroit des couches défavorables du Bénin, vient encore prouver la volonté et la détermination du chantre du Nouveau Départ à faire du social son cheval de bataille. Agbonon a compris et travaille inlassablement à sortir le pays des sentiers battus, dans tous les secteurs .Il ne reste qu'à toi et moi de le soutenir pour la mise en œuvre efficiente et effective du PAG.

Depuis avril 2016 avec l’arrivée du Président Patrice Talon au pouvoir, le peuple béninois dans sa majorité se trouve déçu de la gouvernance du nouveau locataire de la Marina. Alors, je constate qu’on condamne le Président Talon de toute la responsabilité actuelle de la situation de précarité de notre pays sans faire cas de celui qui a fait de Talon le roi actuel. Il s’agit de l’ancien Président Boni Yayi.

Très passionné de l’exercice du pouvoir à partir de son premier mandat en 2008, Boni Yayi a commencé par s’écarter de la gestion du pouvoir pour le peuple et s’est investi dans la gestion du pouvoir pour s’éterniser au pouvoir. Ma thèse sur ce point se justifie par la force par laquelle il a voulu réviser notre constitution. Comme la révision avait échoué, il fallait traquer tous ceux qui ont œuvré pour son échec. C’est ainsi que les amis inséparable Talon-Yayi ont commencé un bras de fer d’abord sur l’affaire Bénin Control SA, PVI (Programme de Vérifications des Importations) et ensuite sur la question de la gestion de la filière coton. Je fais ce rappel pour que les gens sachent comment Yayi a fabriqué Talon pour le pouvoir. Connaissant le Président Yayi, nous pouvons dire que la tempérance n’est la chose la mieux partagée chez lui. Que vous souviennent de ses déclarations sur ces questions évoquées plus avec un ton pas très sage. L’immaturité ou le désir de s’accrocher au pouvoir a transformé Yayi en une bête à dévorer tous ceux qui n’épousent pas son plan. Cela a créé une haute tension au sein des acteurs politiques de l’opposition et de la société civile avec le mercredi rouge vers la fin de son mandat. La problématique que je veux soulever ici c’est que Yayi en croyant tout faire pour s’assurer un troisième mandat a créé un terrain favorable par victimisation au Président actuel. Alors la souffrance du peuple aujourd’hui prend ses raisons dans les faux pas de la gouvernance Yayi.


Je n’ai jamais compris pour quelle raison les dirigeants africains aiment s’accrocher au pouvoir malgré que nos constitutions ne le permettent pas. Cette mentalité nous entraîne dans les conséquences néfastes celle que vit le Bénin actuellement. Les peuples africains majoritairement ne sont pas allés à l’école donc font leurs votes encore par humeur ou par victimisation. Ainsi nous pouvons être au moins être fiers de notre pays même si jusque-là les présidents élus n’ont pas été reconnaissants au peuple qui place souvent leur confiance en eux. Etre fiers parce que malgré le taux scolarisation très bas, notre ancien colonisateur n’arrive plus à imposer son candidat chez nous. Une autre raison qui me pousse à citer Yayi dans la souffrance actuelle du peuple béninois c’est le fait qu’il a accepté jouer le jeu de la France en voulant imposer Lionel Zinsou comme Président lorsque ses plans de troisième mandat avaient échoué. Alors que dans la mouvance de son temps, il y avait des poids lourds comme certains professeurs à l’Université, il a fait le choix de Koutché Komi, qui n’avait pas encore l’âge pour être candidat. Cet état de chose montrait que Yayi voulait une personne sûre et manipulable à son gré. Mais ironie du sort l’acharnement sur son ex-ami Talon a forgé une image de potentiel candidat qui pourrait sauver le Bénin ou surtout lui sortir de la pauvreté parce que le peuple Béninois avait eu vent aussi d’un container de dollars de Kadahfi qui était dans les mains de Talon. Donc je constate que yayi a été d’un grand soutien pour que Talon vienne au pouvoir par la méchanceté dont il usait pour anéantir ses adversaires. Ainsi je me demande pourquoi le pouvoir rend les gens aussi peu humain au point de croire qu’ils sont plus forts pour se permettre tout. En le faisant, ils ne savent pas que les conséquences sont générales. Aujourd’hui Si Talon est au pouvoir c’est grâce à la maladresse de Yayi. Par conséquent, il ne faut jamais utiliser la colère pour régler ses problèmes avec les autres. Un dialogue franc pourrait nous éviter la catastrophe actuelle. Je remarque que la même situation continue avec Talon aussi par la mise en place de la Criet (Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorismes) et la provocation des exilés politiques depuis un moment au détriment de la réalisation du PAG (Programme d’Action du Gouvernement). Je crois que la bêtise persiste parce que les élections prochaines de 2021, le peuple béninois sera encore sous pression de choix et certainement c’est la victime de Talon qui sera encore voté. Alors on peut tenter de se demander quel gouvernement sera concentré sur les questions du peuple béninois si les leaders politiques sont dans un cycle permanent de ‘’chasseur chassé ‘’ ? Il faut à un moment donné être sage pour se dire que le Bénin a besoin de tous ses enfants pour le bâtir. Il faut oublier les intérêts personnels et la course du leadership pour penser au développement du Bénin. Si cette crise de la chasse des opposants politiques ne prend pas fin, le Bénin sera dans un enfer éternel. Il faut se dire que personne n’est plus important que l’autre donc tout le monde doit apporter sa pierre pour l’édifice de cette nation comme l’histoire de la jarre trouée.


Revenons à la gouvernance Talon pour dire que si le PAG ne se voit pas sur le terrain c’est parce que les ardeurs actuelles ne sont plus orientées sur la réalisation du PAG. Nous constatons que le Président Talon commet les mêmes erreurs que Yayi en voulant obligatoirement éliminer les adversaires politiques pour se faire réélire en 2021. J’entends les citoyens qui se plaignent qu’ils ne constatent aucune réalisation sous Talon. Mais la version du gouvernement est que le peuple doit « serrer la ceinture » ou encore que « la marmite est au feu ». Malheureusement l’ignorance du peuple fait qu’il ne comprend rien jusque-là. Je voudrais que le peuple comprenne qu’un budget annuel comporte la somme d’argent destiné pour les dépenses d’une année. Donc chaque année qui passe, ne revient plus et un Etat ne fait d’économie. Alors pour vous dire clairement que si jusqu’à présent rien n’ai fait dans la réalisation du PAG c’est que les projets des deux ans et demi passés n’ont pas trouvé de financements. Donc ces projets ne peuvent pas être réalisés puisque les budgets de ces années sont déjà consommés. Un budget consommé ne peut plus être d’actualité donc est rangé aux oubliettes. Pour finir je voudrais inviter le gouvernement Talon à l’écoute de son peuple. Il n’est pas tard de bien faire. Talon doit être reconnaissant au peuple béninois qui a bien voulu lui faire Président. Il est temps de rendre l’ascenseur au peuple pour sa confiance placée en vous. Quant on est au pouvoir, souvent les collaborateurs ne disent pas la vérité c’est par nous, ceux qui font des critiques constructives que vous pouvez vous améliorer. Monsieur le Président vous devez ramener la balle à terre pour que tous les fils et filles de notre pays puissent participer au développement de ce pays. Vous ne pouvez pas régler tout seul les problèmes du Bénin. Aujourd’hui les jeunes ne savent pas à quel saint se vouer car ils n’ont pas d’emplois. Dans Tout pays c’est l’Etat qui crée les conditions pour l’insertion professionnelle des jeunes. Avec les taux à doubles chiffres de nos banques, les jeunes ne peuvent pas facilement entreprendre. Il faut que le gouvernement se porte garant pour rabaisser taux et faciliter les prêts bancaires aux jeunes qui veulent entreprendre. Nous sommes conscients que l’Etat ne peut pas embaucher tout le monde alors il doit jouer le rôle de transition pour l’entrepreneuriat des jeunes. Je sais qu’un ministère existe dans ce sens mais pour moi, ce ministère reste encore une coquille vide. Car les jeunes ne bénéficient pas encore pleinement de ses services. J’ai plusieurs propositions pour dans les domaines surtout éducatif, de cohésion sociale, économique et entrepreneurial mais je m’arrête ici.

Awali ISSAKA, Docteur en Diplomatie et Relations Internationales (Spécialistes des questions de Résolutions des Conflits).

Au début de la séance, le Président de la République Patrice TALON a donné la parole au Coordonnateur du CSV (Comité de Supervision et de Validation), l'honorable Jean-Michel ABIMBOLA, pour faire le point des diligences antérieurement retenues.

Le Coordonnateur du CSV a présenté un point sommaire de ces différentes diligences sur lesquelles la réunion a essentiellement porté.

1- Dénomination du parti

Le "Parti républicain" ayant été initialement retenu, le CSV a proposé par la suite Dynamique Républicaine pour tenir compte également de l'influence de l'ancien bloc Dynamique Unitaire. Cependant, le Président de la République considère que pour des raisons stratégiques, notamment le maintien du nom Parti Républicain, espérant que ce nom tombe dans le domaine public d'ici les six mois requis par la nouvelle charte politique pour que tous les anciens partis se mettent en règle, il serait mieux indiqué de garder provisoirement le nom "Bloc Républicain" et de voter lors du congrès constitutif une résolution qui donnera mandat au bureau politique de revoir le nom après expiration du délai précédemment évoqué. Le nouveau nom provisoire est donc "Bloc Républicain" jusqu'au congrès constitutif et jusqu'au délai prévu par la nouvelle charte des partis politiques pour que les partis se conforment aux nouvelles dispositions, soit six mois après promulgation, afin que le nom définitif soit proposé et adopté, Parti Républicain étant l'objectif final.

2- Date du congrès

Compte tenu des contraintes de temps liées aux dossiers de constitution du parti (dossiers des partis à fusionner et des membres fondateurs, textes fondateurs, logos, etc) et compte tenu de la fête de la GAANI qui aura lieu le 24 novembre prochain, la date du congrès est fixée au dimanche 25 novembre 2018.

3- Lieu du congrès constitutif

Sur proposition du Président du PRD, Maître Adrien HOUNGBEDJI, entérinée par le Président de la République Patrice TALON pour des raisons stratégiquement politiques, le congrès constitutif aura lieu à Parakou.

4- Recensement des formations politiques membres du parti

45 partis et mouvements sont enregistrés à ce jour mais il est noté que beaucoup d'autres sont en retard pour diverses raisons. À cet effet, il est impérativement donné délai que le reste des dossiers soit acheminé au secrétariat du bloc ce mardi 06 novembre 2018 au plus tard.

5- Validation des procédures

Les différents textes seront validés au plus tard le 08 novembre 2018 au comité et copies seront mises à disposition des différentes formations politiques 72h avant la prochaine rencontre avec le Président de la République.

6- Dossiers des membres fondateurs

Le délai de dépôt initialement prévu pour le 24 octobre 2018 ayant été reporté au 31 octobre 2018, il est malheureusement constaté à ce jour que seuls un peu plus de 300 dossiers sont effectivement déposés. Le CSV donne un dernier délai pour le mardi 06 novembre 2018 afin de recueillir le reste des dossiers de membres fondateurs pour se conformer au minimum requis en matière de constitution de nouveau parti, soit 1.155 dossiers.

7- Logo du parti

Des débats un peu houleux ont été menés à ce niveau mais le Président de la République a vite recadré les choses et expliqué que pour des raisons éminemment politiques, on ne saurait empêcher le PRD d'avoir l'arc-en-ciel au minimum dans le logo du parti. Le Président de la République a même fait noter qu'il a dû obtenir beaucoup de concessions du PRD et que tout le monde verra que le logo du parti ne ressemblera en rien au logo du PRD. À ce sujet, Maître Adrien HOUNGBEDJI n'a pas manqué de notifier sa frustration de se voir souvent attaqué par ses futurs partenaires et souhaite que les uns et les autres puissent faire confiance à sa bonne foi car, dit-il, le PRD serait bien capable d'aller aux élections en un bloc à part tout en respectant les 10% du suffrage requis au niveau national. Le Président de la République a demandé qu'on lui fasse confiance et qu'il sait comment faire pour obtenir de chacun ou de chaque formation politique les concessions nécessaires à l'atteinte des objectifs visés. Il a souhaité pour ce faire que malgré les frustrations et les imperfections qui sont compréhensibles, nous cultivions l'esprit de construire quelque chose pour demain. Le Président de la République a saisi l'occasion d'ailleurs pour souhaiter que les jeunes s'investissent massivement dans les partis en création car c'est à partir de là que se feront désormais le jeu démocratique et les jeux de pouvoirs pour construire la nation. Il a expliqué que le prochain mandat parlementaire sera un mandat de transition et qu'il souhaite que les jeunes se préparent à l'intérieur des partis en création pour "balayer 90% de ceux qui sont là actuellement en 2023". Il a dit que le pouvoir politique s'arrache et que la jeunesse ne doit pas attendre que les plus âgés le leur laissent gratis. Pour ainsi dire, le Président a clairement signifié que ce qui se construit actuellement est pour la jeunesse et la relève et que notre fierté sera de dire d'ici quelques années que nous avons pu réaliser cette prouesse au Bénin en notre temps. In fine, répondant à une question, il a reconnu faire parfois des arbitrages ou des orientations pour équilibrer les blocs à travers des adhésions mais insisté sur le fait qu'il n'aura de préférence pour aucun bloc et qu'il soutiendra les deux partis de la mouvance au cours des prochaines législatives tout en souhaitant que le jeu puisse se faire sur le terrain sans animosité entre partisans du même camp.

8- Mandat du CSV

La mission du CSV composé de 46 membres aujourd'hui dont tous les députés membres du bloc finit au congrès constitutif et sera remplacée par le Bureau Politique et le Bureau Exécutif qui conduiront le parti aux législatives et au premier congrès ordinaire.

9- Composition du Bureau Exécutif

D'une proposition initiale de 11 à 13 membres, le CSV a proposé 15 membres en tenant compte du fait qu'il serait indiqué que chaque département soit représenté, laquelle proposition a été validée par le Président de la République. De la composition, après moult débats, le Président de la République a souhaité que cinq sièges soient attribués à Dynamique Unitaire et trois au moins au PRD qui sont toutes deux les principales fondations du Bloc Républicain à ses yeux. Dans tous les cas, suite aux interventions de l'honorable GBADAMASSI, de l'honorable YAHOUEDEOU, et du vice-président du CES Dominique ATCHAWE, il a été retenu que le Président de la République arrête lui-même la liste des membres du Bureau Exécutif.

10- Date du premier congrès ordinaire

Il est retenu que le premier congrès ordinaire du parti aura lieu avant le 31 décembre 2019.

(Patrice Talon décidé à corriger la carte routière de la ville capitale).


Loin d'être un voeu pieux et un lancement politique, l'Asphaltage de la rue 36 ( Louho Dowa gbago et place de l'unité) et la rue 06 ( Epp Houinvié - Pharmacie Davo - Nouveau Programme - les Jambettes - limite Limite Porto-Novo) sera bientôt une réalité. Après toutes les études techniques, les autres travaux, sans tambours ni trompette, évoluent à grands pas .

En effet ,avant le démarrage de ces travaux d'aménagement et de réhabilitation, le cap est mis sur la sensibilisation des populations riveraines. Selon les équipes de sensibilisation que nous avons surprises , il s'agit d'amener les populations riveraines , les tenanciers de boutiques et de bar restaurant et autres à prendre les dispositions nécessaires afin d'être à l'abri de la poussière et autres désagréments que pourraient causer les travaux. Un plan de déviation sera installé par la société Ofmas - Sbf en charge des travaux de l'Asphaltage. Il en est de même dans plusieurs d'autres zones prises en compte par le projet .

Rappelons que ces travaux d'amenagement et de réhabilitation se caractérisent principalement par la chaussée revêtue en bitume séparée par un TPC; revêtement en pavé décoratifs entre les trottoirs et les riverains ; caniveaux latteraux en béton armé ; plantations d'arbres et amenagement de l'espace vert ; mise en place des bancs publics et de mobiliers urbains ; pose de lampadaires solaires double crosses. C'est donc clair et sans ambages Patrice Talon et son gouvernement sont décidés à corriger la carte routière de la capitale du Bénin qui laisse à désirer. Point n'est besoin de revenir ici sur la route Porto-Novo Apro missereté qui commence par prendre corps . *Avec Agbonon c'est du concret . L'acte est joint à la parole . En avant le PAG pour soulager les peines des populations en matière d'infrastructures routières, gage du développement .

Zinsou@com

Les tractions politiques dans la 10e circonscription électorale vont bon train. Les états majors des Forces politiques affûtent leurs armes pour la conquête de l'électorat. Mais, Tout comme l'adage populaire,

les moutons se suivent mais n'ont pas le même prix,

les candidats existent mais n'ont pas le même gabarit.

Ainsi, après sondage effectué dans les trois communes (glazoue, Savè et ouesse) composant la 10e circonscription électorale le député Edmond AGOUA du Bloc Progressiste déjà à lui seul donne de l'insomnie aux autres probables candidats des autres blocs, car, l'homme depuis les législatives de 2007 a toujours battu un bon record malgré tout l'arsenal gouvernemental yayiste à travers les FCBE à son encontre. Preuve, aux dernières législatives de 2015, le député Edmond AGOUA a pu seul avec sa liste de l'Alliance Éclaireur mobiliser près de 37.000 voix au moment où les deux candidats du pouvoir d'alors avec les multiples descentes sur le terrain de leur leader l'ex président Yayi mobilisaient 42.000 voix. Cet exemple des chiffres encore vivace dans les mémoires montre la dimension incommensurable de la personne du député Edmond AGOUA toujours aimé par ses mandats qui ne cessent de lui renouveler leur confiance. Et tout porte à croire que le secret de l'homme, c'est son charisme dans le social et son humilité que nul jusqu'à présent n'a encore égalé sur le terrain.

Ainsi, sans risque de se tromper, on peut, aux regards du passé politique de l'homme, de la structuration de son parti, de la vague nulle part pareille de grands électeurs à la base que sont les élus communaux et locaux, de ses récentes descentes et actions sociales et de sa nouvelle orientation politique vers le bloc progressiste , dire que les trois (03) à pouvoir dans la 10e seront emportés par l'altruiste et le doyen des députés actuels de cette circonscription électorale l'honorable député Edmond AGOUA. Donc le Président de la République peut déjà se rassurer d'avoir pour lui dans cette forêt de la 10e un lion pour ne pas dire un autre compétiteur-né.
La semaine prochaine, ce sera les résultats de notre sondage dans la 11e circonscription électorale.

Latest Tweets

BiziPress Multipurpose Joomla Template updated to @Joomla 3.9.1 https://t.co/rWvwVNH5nr https://t.co/NMWeHyeeMQ
Vinazine - Joomla News Magazine Template updated with RTL and Boxed Layout. https://t.co/f5w59DraSF https://t.co/2L5pXfiOCy
RT @Kontar81: Breaking news ✌✌ https://t.co/o2vQGROBdS
Follow Themewinter on Twitter