Super User

Super User

Selfies labore, leggings cupidatat sunt taxidermy umami fanny pack typewriter hoodie art party voluptate. Listicle meditation paleo, drinking vinegar sint direct trade.

Plusieurs personnalités ont été reçues en audience le mercredi 7 novembre 2018 par le président de l’Assemblée Nationale, Me Adrien Houngbédji. Au nombre desdites personnalités figure le représentant résident de l’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar, Wilfrid Adjovi. Saisissant de l’occasion de cette visite de courtoisie, l’hôte du N°1 des députés en a profité pour présenter les activités de sa structure au patron du parlement. Très satisfait ce tête-tête avec le président Houngbédji, ce dernier a confié que les échanges avec le président Houngbédji ont été très enrichissants. Mieux dit-il,

 Nous avons également reçu ses conseils et quelques suggestions d’idées que nous allons mettre en œuvre très prochainement .

Il n’a pas manqué de rassurer que même après 59 ans d’existence, l’Asecna se porte très bien et a connu beaucoup d’évolution technologique. Il a pour finir porter à l’attention du peuple béninois que le Bénin, Etat membre fondateur de l’Asecna est toujours membre et demeure dans ses fonctions habituelles, et que c’est seulement la gestion commerciale de l’aéroport de Cotonou qui a été rétrocédé à l’Etat béninois.

Amzath Saizonou

Arrivé cet après-midi du mercredi 7 novembre 2018 à Oslo pour sa visite officielle en Norvège, le Président de la République Son Excellence Monsieur Patrice Talon s’est rendu à la Résidence des Hôtes de marque, Parkveien 45 où il a été accueilli par S.E.Mme Erna Solberg, Premier ministre et Chef du gouvernement du Royaume de Norvège.
S’en est suivie, une séance de travail, après la chaleureuse poignée de mains entre les deux chefs de gouvernement et la présentation des membres des deux délégations.

Au terme de la séance, les deux pays respectivement représentés par Monsieur Aurelien Agbenonci, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération du Bénin et Monsieur Nikolai Astrup, ministre du Dévéloppement International du Royaume de Norvège, ont signé un mémorandum d’entente relatif à la coopération bilatérale.

Cette signature, qui marque l’ouverture de la Norvège à une coopération bilatérale avec le Bénin, est une avancée substantielle de la démarche diplomatique amorcée, car l’admission d’un pays à une coopération au développement se fait normalement suivant une procédure longue et complexe, mais qui, dans le cas du Bénin, a été écourtée et simplifiée, au regard des actions de plaidoyer constant de la Partie béninoise et de l’engagement affiché à relancer la coopération bilatérale. La révision prévue de la liste des pays partenaires de la Norvège en 2019 découle également de la décision politique d’inscrire le Bénin au nombre de ces pays.

De ce fait, l’admission du Bénin sur la liste des pays partenaires de la Norvège dans le cadre d’une coopération bilatérale permettra à notre pays d’accéder de façon progressive aux différents programmes du gouvernement norvégien, conduits par l’Agence norvégienne de coopération internationale au développement (NORAD), notamment les programmes « Oil for Development », « Fish for Development », « Clean and Healthy Oceans » et « NORHED » du secteur éducatif et de recherche scientifique, la santé, etc.

Cette admission permettra aussi aux investisseurs privés norvégiens de bénéficier de l’accompagnement de tous les instruments mis en place par leur gouvernement, notamment « NORFUND », « Innovation Norway », l’Agence norvégienne de crédit à l’exportation (GIEK), pour appuyer leurs interventions dans notre pays.

Faut-il également le rappeler, le Bénin bénéficie à 100% du régime d’accès aux marchés en franchise de droits et sans contingent (FDSC) annoncé par la Norvège à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), pour l’exportation sur le marché norvégien des produits tropicaux béninois.

Le grand Nokoue : Cotonou, Abomey Calavi, Ouidah et environs, Sèmè-Kpodji, Porto Novo etc... font remonter des defis importants et urgents à relever pour notre pays. Au nombre de ces defis, la situation de la salubrité en milieu urbain; question rude au regard du volume important d'ordures produits quotidiennement dans cette zone cible. Lobjectif du gouvernement étant d'arriver rapidement à un état d'insalubrité zéro dans le grand Nokoue, le gouvernement vient d' approuver le principe de la création de la société de droit public chargée du projet. Le gouvernement a aussi autorisé la conclusion des négociations avec les prestataires identifiés.

Cette decision intervient après un temps necessaire d'analyse approfondie de la situation, à l'issue duquel il s'avère plus judicieux
de concentrer les efforts pour l'exécution de la composante « collecte » et de différer le volet du déploiement des deux unités de traitement et de valorisation. Ainsi un nouveau dispositif opérationnel est proposé et prévoit la mise en place d’une société de droit public pour gerer les déchets la salubrité du Grand Nokoué. Cette société aura pour rôle de contractualiser avec les opérateurs identifiés ; d'assurer le suivi, le contrôle et le paiement des prestations réalisées ; et de collecter les ressources afin d’assurer la pérennité du projet.

Dans la mise en oeuvre, un groupement va desservir Porto-Novo, Sèmè-Kpodji et Cotonou Est (Akpakpa) et un autre, Cotonou Ouest (16è circonscription, Abomey-Calavi et Ouidah).

En tout état de cause, ce projet signifie le retour d'une voirie urbaine efficace et rigoureuse dans les villes du Grand Nokoué. Bonne nouvelle. D'ici quelques temps donc, avec l'implication active des résidents le cadre de vie de cette zone pourra etre amélioré.

Bravo. Bravo à notre pays.
Véronique Soukpo

L'ÉVEIL DU PEUPLE POUR LA DÉMOCRATIE ( EPD) , JEUNESSE ET RÉPUBLIQUE ( JR), MOUVEMENT DES BÂTISSEURS DE LA RÉPUBLIQUE ( MBR), MOUVEMENT ÉTHIQUE ET CONVICTION ( MEC) et NOUVELLE VISION POUR LE DÉVELOPPEMENT ( NoViDé) se sont conformés à la réforme du système partisan.

C'était le 6 novembre 2018 à l'infosec de Cotonou que Ulrich Parnis GBAGUIDI , Martin KASSIN, Gaëtan KOUYE, Verkyse DOMAH et Alphonse GBAGUIDI ont choisi, pour expliquer à leurs bases réunies, la substance, la portée et surtout les avantages de la nouvelle charte des partis politiques et du nouveau code électoral. À entendre les conférenciers, Patrice TALON est un Homme de vision sans qui cet avènement tant attendu n'aurait pu voir le jour. Vu cet exploit politique ajouté aux réformes salvatrices en cours dans le pays et ce dans tous les secteurs, les jeunes leaders de la chose politique, n'ont eu autre choix que de réaffirmer leur soutien au chantre du nouveau départ et de la rupture. "Patrice TALON est le type de dirigeant qu'il nous faut et nous vous demandons de soutenir sans réserve ses actions pour le développement de notre pays" ont-ils laissé entendre tour à tour au pupitre.

Le moment capital de cette soirée était surtout la polarisation politique de ces mouvements et partis réunis. Progressiste ou Républicain? Les militants ont fait par forte acclamation leur choix qui s'est imposé à leurs leaders.

Un seul chemin, LE BLOC PROGRESSISTE

Pour en avoir pris acte , l'Assemblée a donc délivré le communiqué final que voici:

COMMUNIQUÉ FINAL

Le Parti l'Éveil du Peuple pour la Démocratie et les mouvements affiliés ( Jeunesse et République, Mouvement des Bâtisseurs de la République, Mouvement Éthique et Conviction, Nouvelle Vision pour le Développement), se sont réunis, en Congrès extraordinaire, ce Mardi 6 Novembre 2018, à l'Infosec de Cotonou.

Les travaux ont été exclusivement consacrés à l'examen de la question relative à l'adhésion de l'EPD et mouvements affiliés à l'un des deux blocs en constitution au sein de la Mouvance Présidentielle.

À l'issue du compte rendu sur les différentes négociations entreprises et les discussions menées, les congressistes se sont réunis en atelier conformément à la configuration de l'EPD et mouvements affiliés.

Au terme du dépouillement des positions librement exprimées par les pôles composant la coalition, les congressistes se sont exprimés par acclamation pour leur adhésion au Bloc Progressiste.

En conséquence, le Congrès a décidé de rejoindre le Bloc Progressiste. De ce fait, le parti Éveil du Peuple pour la Démocratie, Jeunesse et République, le Mouvement des Bâtisseurs de la République, le Mouvement Éthique et Conviction, la Nouvelle Vision pour le Développement, abandonnent leurs attributs et se conforment aux exigences du Bloc progressiste.

Au terme des travaux, le Congrès a réaffirmé son soutien aux actions du Chef de l'État, son Excellence Patrice TALON et l'encourage à poursuivre rigoureusement ses réformes dans l'intérêt supérieur de la Nation.

Fait à Cotonou, le 06 Novembre 2018
Le Congrès National

Il faut noter qu'à cet important rendez-vous politique, les organisateurs ont eu à leur côté, des jeunes personnalités telles que: Herman Dimitri ADANKPO de "c'est Nous le Peuple", Laurent ZOMAÏ du CCJ, Gratien ADJAGBONI du mouvement "Mitchité", Anoh DAGBELOU du CCJ/Collines et bien d'autres.

Cellule de Communication/ EPD

Arrivée cet après midi du mercredi 7 novembre 2018 du Président Patrice Talon à l'aéroport d'Oslo Gardermoen (Norvège) dans le cadre d'une visite officielle au cours de laquelle il sera reçu par Madame Erna Solberg, chef du gouvernement et premier ministre du royaume de Norvège, par sa majesté Harald V, roi de Norvège et par le parlement norvégien.

Le chef de l'Etat participera aussi en qualité d'invité d’honneur au 8ème sommet nordique et africain des affaires (NABA – Nordic African Business Summit ).

Le Président Talon est à la tête d'une forte délégation composée entre autre de Monsieur Aurélien Agbenonci, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, de Monsieur Laurent Gangbès , Directeur général de l' Agence de Promotion des Importations et Exportations (APIEX) , de Monsieur José Pliya , Directeur de l'Agence nationale pour la promotion du Patrimoine et le développement du Tourisme (ANPT) et de Monsieur Jean-Baptiste Satchivi, Président de la Chambre du Commerce et d'Industrie du Bénin (CCIB), représentant les opérateurs économiques béninois.

La délégation béninoise a été accueillie à sa descente d'avion par Monsieur Eusèbe Agbangla, Ambassadeur de la République du Bénin près le royaume de Norvège, Monsieur Jens-Petter Kjemprud, Ambassadeur du royaume de Norvège près la République du Bénin et Monsieur Johan Vibe, Directeur du protocole du ministère des affaires étrangères de Norvège .

Suivez en temps réel le séjour du Président de la République Monsieur Patrice Talon au Royaume de Norvège sur le compte twitter de la Présidence du Bénin à l’adresse : https://twitter.com/PresidenceBenin

Le gouvernement de la "rupture" procède progressivement à la consécration de son programme d'actions siglé PAG. Un tombereau d'investissements jalonnent les contrées de la république distillant des trésors de joies et d'espérances dans les cœurs des populations conquises par les actes de la "rupture". La fièvre du " nouveau départ" emballe le peuple.

Au tableau de chasse du compétiteur né, scintille dans le fil droit du PAG et ce depuis 2017, un projet financé par le budget national et mis en œuvre pour l'autonomisation économique des femmes au Bénin. Sur plus de 8 milliards de FCFA prévus, près de la moitié est déjà débloquée et exécutée. Une autre cagnotte de plus de 200 millions de nos francs mise à disposition en 2018 par le budget national et déjà exécuté à 92% est affectée aux personnes handicapées et aux indigents. Leurs ordonnances sont prises en charge dans les hôpitaux et les frais de formation et de scolarité des jeunes sont payés. Autre chose, au Bénin, il existe 85 centres de promotion sociale. Avant l'avènement de la "rupture", ils étaient financés à hauteur de 2 millions chacun par an pour répondre aux sollicitations des populations de leurs zones d'intervention. Depuis l'année dernière, ce budget a été doublé sur instructions du président TALON. Toujours dans la veine du social, de septembre à octobre dernier, plus de 200 millions de FCFA de microcrédits ont été octroyés à près de 3000 femmes béninoises. Sans emboucher la trompette du triomphalisme, toutes ces opérations ont été déployées sous le prisme de la discrétion. N'oublions pas la rénovation du stade Général Mathieu KEREKOU entrée dans sa phase active depuis le vendredi 2 novembre 2018 avec la remise officielle du site à l'entreprise chinoise chargée de l'exécution des travaux. D'ici novembre 2020 selon le délai contractuel, les fruits tiendront la promesse des fleurs et ce stade, vieux de 36 ans, changera de visage pour se hisser au firmament des normes internationales. Ce vendredi 2 novembre était semble-t-il prédestiné depuis les temps immémoriaux à marquer d'une pierre blanche l'épopée du PAG dans la marche du "nouveau départ". Ce vendredi donc, sur un autre front, le gouvernement faisait une importante dotation en matériels au groupement national des sapeurs pompiers. D'une valeur totale de 285 millions de FCFA imputés au budget national, ces matériels viennent à point nommé pour l'amélioration des conditions de vie des populations tributaires des conditions de travail des soldats du feu. Il y a peu, ce sont 230.175.518 FCFA d'équipements médico-techniques qui ont été mis à la disposition du CNHU-HKM par le gouvernement du président TALON dans le cadre du renforcement du plateau technique de l'hôpital de référence. Et la liste des hauts faits d'arme du gouvernement sur le champ de bataille du social ne sera pas exhaustive.


Des galons glanés par la " rupture" sans une once de fanfaronnade et qui autant, auraient été pour d'autres acteurs, le catalyseur d'un tapage médiatique exubérant. TALON insuffle à l'action gouvernementale, les précieuses valeurs de la réussite dans la discrétion. "Le bien ne fait pas du bruit et le bruit ne fait pas du bien" dit-on. Et "quand les actes parlent, les paroles se taisent" enseigne le sage. Une chose est sûre, les prochaines législatives se profilent comme une aubaine pour ajouter du crédit à l'ingénierie de la "rupture" au baromètre du réajustement du paysage politique national.


Disons-le derechef, tout ça sans tapage, loin de la sérénade des temps reculés par l'histoire où la moindre pose de première pierre suffisait à elle seule pour manier la dithyrambe au point de vous faire tomber en pâmoison. C'est ainsi qu'on eût une panoplie de Pose de premières pierres de chantiers jonchant campagnes et hameaux dont la suite ne dépassera malheureusement pas les confins des rêvasseries ubuesques accouchées dans la rhétorique stérile d'un pouvoir encombrant et envahissant. La boutade de "yinwè" pour montrer qu'on a le ciboulot venait corroborer la thèse du nombrilisme avec sa fumeuse pointe de mégalomanie pompeusement célébrés au sommet de l'État.
La "rupture" ne veut pas s'accommoder de ces élucubrations mélodramatiques qui ont maculé la gouvernance du prince d'hier. Elle a passé un coup de chiffon sur l'ardoise, replié les rétroviseurs. Elle préfère la méthode plus opératoire de l'efficacité dans la discrétion. Le fameux "bondinini", dérivé de la locution " je vais bondir " déboulée par le roi en courroux, véritable pathologie de l'histoire, a laissé place à un discours beaucoup plus raisonné, pondéré, persuasif et apaisant dans la parole présidentielle.


Mais, l'opposition retranchée dans sa bulle ne peut que voir par le petit bout de sa lorgnette hiératique.
2019 approche avec les législatives. Et la "rupture" est en passe de s'offrir le scalp de la majorité parlementaire. Son efficacité dans la discrétion et l'autorité charismatique du chef de l'État, son guide inspirateur, fonctionnent ici comme des éléments facilitateurs.

Boris FATONDJI

Le Port Autonome de Cotonou a été pendant des années une mine d'or pour des individus qui n'ont fait que profiter de ses avantages. Pendant des décennies la gestion de notre POUMON ECONOMIQUE a été souvent confiée à des nationaux qui n'ont fait que l'enfoncer. C'est d'ailleurs pour régler cet état de chose que de profondes réformes ont été pensées afin de rendre notre port compétitif dans la zone UEMOA. Et l'une de ses importantes reformes est la gestion désormais du port par des techniciens belges venus D'ANVERS.

Depuis que la gestion du port a été confiée au port d'Anvers il n'y a pas un jour où on ne lit pas des âneries ,où les gens ne racontent pas des idioties. Le béninois est spécial lorsqu'il s'agit de détruire et ce n'est pas nouveau. Les anti réformistes doivent comprendre qu'il y a un temps pour tout et que rien ne pourra ébranler cette volonté du chef de l'État de faire de notre port ,un port accessible et compétitif. Les grincements de dents et les nombreuses recriminations puériles , ne sauraient arrêter cette marche vers l'émergence de notre poumon économique.

Des agents ont voulu se tailler la part belle en s'offrant des primes mirobolantes et ceci en abusant de la bonté et de la confiance du DG. Très tôt ce dernier a decouvert le pot aux roses et a pris ses responsabilités quite à radier les indélicats. En quoi cela doit il faire polémique? Ce qui a retardé tout ce temps notre pays ,est cette volonté d'encourager la fraude,la tricherie et le vol. Si on sanctionnait les quidams chaque fois qu'ils commettaient des bévues,la psychologie de nos travailleurs aurait été préparée à ça et les travailleurs s'adonneraient moins à de coups bas qui retardent l'administration.

En confiant le Port aux belges nous avions accepté de faire une autre expérience et nous devrions donc laisser les gens travailler et arrêter de toujours nous faire remarquer négativement. Un agent fautif doit être blâmé ou sanctionné en cas de faute, et il revient à l'administration de prendre les sanctions qui s'imposent.
Que chacun fasse donc son travail et qu'on cesse de nous distraire

WILLY BAYALA

Si le RAVIP n'existait pas, il aurait fallu le créer.

Dès le 1er janvier 2019, 350.000 béninois ouvriront la vague des bénéficiaires des services sociaux de base du projet d'Assurance pour le Renforcement du Capital Humain. À juste titre, ils auront leur carte d'identité biométrique pour une prise en charge sociale grâce d'une part aux innovations du Recensement administratif à vocation d'identification de la population (RAVIP) et à la révolution de l'état civil en cours sous l'impulsion avisée du président de la république, Patrice Talon d'autre part.

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet ARCH, le conseil des ministres du mardi 06 novembre 2018 a autorisé, la confession, à la charge de l'État, de cartes d'identité biométriques aux 350.000 personnes identifiées et considérées comme des  populations pauvres extrêmes et pauvres non extrêmes pour une prise en charge sociale. Ces dernières feront partie de la phase pilote dudit projet qui prendra effet à partir du 1er janvier 2019.
Assurance maladie, formation, crédit et retraite sont les composantes du projet. Ces services seront donc accessibles pour les populations cibles dans cette phase pilote. Une réponse intelligente voire hautement politique de Agbonnon à l'endroit des détracteurs qui n'ont pas encore compris la pertinence du RAVIP et l'opportunité de l'approfondissement du projet ARCH.

TALON RASSURE SUR LE FOND ET MÊME LA FORME. Le constat est : VOUS N'AUREZ PAS SEULEMENT CE QUE VOUS ATTENDEZ, MAIS BIEN JUSTEMENT CE QU'IL FAUT ET PLUS ENCORE AU-DELÀ DE VOS ATTENTES. SEULEMENT DANS LA MÉTHODE ET LA RIGUEUR NÉCESSAIRES.

Patrice Talon et son équipe s'illustrent davantage dans les œuvres sociales afin d'impacter positivement le quotidien de nombre de béninois. Et pour cause: Dans le cadre de la mise en œuvre du projet d'Assurance pour le Renforcement du Capital Humain ARCH, le conseil des ministres en sa séance hebdomadaire du mercredi 06 novembre 2018 sous la présence effective du chef de l'État Patrice Talon ,a autorisé, la confession, à la charge de l'État, de cartes d'identité biométriques.

Pour une identification fiable des bénéficiaires , le gouvernement s'est appuyé sur la base de données du Recensement initial administratif à vocation d'identification de la population (RAVIP ).Selon le compte rendu du conseil des ministres, ces cartes seront gratuitement distribuées aux 350.000 personnes identifiés et considérées comme des pauvres populations extrêmes et pauvres non extrêmes pour une prise en charge sociale. Ces dernières feront partie de la phase pilote dudit projet qui prendra effet à partir du 1er janvier 2019. Il faut retenir que le projet ARCH est composé de l'assurance-Maladie ,la formation,le crédit et la retraite. Cette décision salutaire et salvatrice à l'endroit des couches défavorables du Bénin, vient encore prouver la volonté et la détermination du chantre du Nouveau Départ à faire du social son cheval de bataille. Agbonon a compris et travaille inlassablement à sortir le pays des sentiers battus, dans tous les secteurs .Il ne reste qu'à toi et moi de le soutenir pour la mise en œuvre efficiente et effective du PAG.

Depuis avril 2016 avec l’arrivée du Président Patrice Talon au pouvoir, le peuple béninois dans sa majorité se trouve déçu de la gouvernance du nouveau locataire de la Marina. Alors, je constate qu’on condamne le Président Talon de toute la responsabilité actuelle de la situation de précarité de notre pays sans faire cas de celui qui a fait de Talon le roi actuel. Il s’agit de l’ancien Président Boni Yayi.

Très passionné de l’exercice du pouvoir à partir de son premier mandat en 2008, Boni Yayi a commencé par s’écarter de la gestion du pouvoir pour le peuple et s’est investi dans la gestion du pouvoir pour s’éterniser au pouvoir. Ma thèse sur ce point se justifie par la force par laquelle il a voulu réviser notre constitution. Comme la révision avait échoué, il fallait traquer tous ceux qui ont œuvré pour son échec. C’est ainsi que les amis inséparable Talon-Yayi ont commencé un bras de fer d’abord sur l’affaire Bénin Control SA, PVI (Programme de Vérifications des Importations) et ensuite sur la question de la gestion de la filière coton. Je fais ce rappel pour que les gens sachent comment Yayi a fabriqué Talon pour le pouvoir. Connaissant le Président Yayi, nous pouvons dire que la tempérance n’est la chose la mieux partagée chez lui. Que vous souviennent de ses déclarations sur ces questions évoquées plus avec un ton pas très sage. L’immaturité ou le désir de s’accrocher au pouvoir a transformé Yayi en une bête à dévorer tous ceux qui n’épousent pas son plan. Cela a créé une haute tension au sein des acteurs politiques de l’opposition et de la société civile avec le mercredi rouge vers la fin de son mandat. La problématique que je veux soulever ici c’est que Yayi en croyant tout faire pour s’assurer un troisième mandat a créé un terrain favorable par victimisation au Président actuel. Alors la souffrance du peuple aujourd’hui prend ses raisons dans les faux pas de la gouvernance Yayi.


Je n’ai jamais compris pour quelle raison les dirigeants africains aiment s’accrocher au pouvoir malgré que nos constitutions ne le permettent pas. Cette mentalité nous entraîne dans les conséquences néfastes celle que vit le Bénin actuellement. Les peuples africains majoritairement ne sont pas allés à l’école donc font leurs votes encore par humeur ou par victimisation. Ainsi nous pouvons être au moins être fiers de notre pays même si jusque-là les présidents élus n’ont pas été reconnaissants au peuple qui place souvent leur confiance en eux. Etre fiers parce que malgré le taux scolarisation très bas, notre ancien colonisateur n’arrive plus à imposer son candidat chez nous. Une autre raison qui me pousse à citer Yayi dans la souffrance actuelle du peuple béninois c’est le fait qu’il a accepté jouer le jeu de la France en voulant imposer Lionel Zinsou comme Président lorsque ses plans de troisième mandat avaient échoué. Alors que dans la mouvance de son temps, il y avait des poids lourds comme certains professeurs à l’Université, il a fait le choix de Koutché Komi, qui n’avait pas encore l’âge pour être candidat. Cet état de chose montrait que Yayi voulait une personne sûre et manipulable à son gré. Mais ironie du sort l’acharnement sur son ex-ami Talon a forgé une image de potentiel candidat qui pourrait sauver le Bénin ou surtout lui sortir de la pauvreté parce que le peuple Béninois avait eu vent aussi d’un container de dollars de Kadahfi qui était dans les mains de Talon. Donc je constate que yayi a été d’un grand soutien pour que Talon vienne au pouvoir par la méchanceté dont il usait pour anéantir ses adversaires. Ainsi je me demande pourquoi le pouvoir rend les gens aussi peu humain au point de croire qu’ils sont plus forts pour se permettre tout. En le faisant, ils ne savent pas que les conséquences sont générales. Aujourd’hui Si Talon est au pouvoir c’est grâce à la maladresse de Yayi. Par conséquent, il ne faut jamais utiliser la colère pour régler ses problèmes avec les autres. Un dialogue franc pourrait nous éviter la catastrophe actuelle. Je remarque que la même situation continue avec Talon aussi par la mise en place de la Criet (Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorismes) et la provocation des exilés politiques depuis un moment au détriment de la réalisation du PAG (Programme d’Action du Gouvernement). Je crois que la bêtise persiste parce que les élections prochaines de 2021, le peuple béninois sera encore sous pression de choix et certainement c’est la victime de Talon qui sera encore voté. Alors on peut tenter de se demander quel gouvernement sera concentré sur les questions du peuple béninois si les leaders politiques sont dans un cycle permanent de ‘’chasseur chassé ‘’ ? Il faut à un moment donné être sage pour se dire que le Bénin a besoin de tous ses enfants pour le bâtir. Il faut oublier les intérêts personnels et la course du leadership pour penser au développement du Bénin. Si cette crise de la chasse des opposants politiques ne prend pas fin, le Bénin sera dans un enfer éternel. Il faut se dire que personne n’est plus important que l’autre donc tout le monde doit apporter sa pierre pour l’édifice de cette nation comme l’histoire de la jarre trouée.


Revenons à la gouvernance Talon pour dire que si le PAG ne se voit pas sur le terrain c’est parce que les ardeurs actuelles ne sont plus orientées sur la réalisation du PAG. Nous constatons que le Président Talon commet les mêmes erreurs que Yayi en voulant obligatoirement éliminer les adversaires politiques pour se faire réélire en 2021. J’entends les citoyens qui se plaignent qu’ils ne constatent aucune réalisation sous Talon. Mais la version du gouvernement est que le peuple doit « serrer la ceinture » ou encore que « la marmite est au feu ». Malheureusement l’ignorance du peuple fait qu’il ne comprend rien jusque-là. Je voudrais que le peuple comprenne qu’un budget annuel comporte la somme d’argent destiné pour les dépenses d’une année. Donc chaque année qui passe, ne revient plus et un Etat ne fait d’économie. Alors pour vous dire clairement que si jusqu’à présent rien n’ai fait dans la réalisation du PAG c’est que les projets des deux ans et demi passés n’ont pas trouvé de financements. Donc ces projets ne peuvent pas être réalisés puisque les budgets de ces années sont déjà consommés. Un budget consommé ne peut plus être d’actualité donc est rangé aux oubliettes. Pour finir je voudrais inviter le gouvernement Talon à l’écoute de son peuple. Il n’est pas tard de bien faire. Talon doit être reconnaissant au peuple béninois qui a bien voulu lui faire Président. Il est temps de rendre l’ascenseur au peuple pour sa confiance placée en vous. Quant on est au pouvoir, souvent les collaborateurs ne disent pas la vérité c’est par nous, ceux qui font des critiques constructives que vous pouvez vous améliorer. Monsieur le Président vous devez ramener la balle à terre pour que tous les fils et filles de notre pays puissent participer au développement de ce pays. Vous ne pouvez pas régler tout seul les problèmes du Bénin. Aujourd’hui les jeunes ne savent pas à quel saint se vouer car ils n’ont pas d’emplois. Dans Tout pays c’est l’Etat qui crée les conditions pour l’insertion professionnelle des jeunes. Avec les taux à doubles chiffres de nos banques, les jeunes ne peuvent pas facilement entreprendre. Il faut que le gouvernement se porte garant pour rabaisser taux et faciliter les prêts bancaires aux jeunes qui veulent entreprendre. Nous sommes conscients que l’Etat ne peut pas embaucher tout le monde alors il doit jouer le rôle de transition pour l’entrepreneuriat des jeunes. Je sais qu’un ministère existe dans ce sens mais pour moi, ce ministère reste encore une coquille vide. Car les jeunes ne bénéficient pas encore pleinement de ses services. J’ai plusieurs propositions pour dans les domaines surtout éducatif, de cohésion sociale, économique et entrepreneurial mais je m’arrête ici.

Awali ISSAKA, Docteur en Diplomatie et Relations Internationales (Spécialistes des questions de Résolutions des Conflits).

Latest Tweets

We have # 1 Event Conference WordPress theme in the #Envato market. Know more : https://t.co/KMtE9Rcg8z https://t.co/HkvJC5P5M4
Do you remember when you joined Twitter? I do! #MyTwitterAnniversary https://t.co/ABeDbww12S
Education Conference and Food Festival variation added. #event #wordpresswebsite #theme https://t.co/DJIoXX6kpL https://t.co/FnFdbeTgtE
Follow Themewinter on Twitter