Super User

Super User

Selfies labore, leggings cupidatat sunt taxidermy umami fanny pack typewriter hoodie art party voluptate. Listicle meditation paleo, drinking vinegar sint direct trade.

L'évaluation à mi-parcours du Plan de Travail Annuel (PTA) 2018 de la commune de Sèmé-Podji au titre du premier trimestre a été faite ce jeudi matin en présence des chefs services, des conseillers communaux et techniques, du directeur de cabinet et du secrétaire général de la mairie. C'était à travers un atelier qui a eu lieu à la salle de délibération de ladite mairie.

3è édition des dialogues en humanité à Porto-Novo

LE MAIRE EMMANUEL ZOSSOU LANCE LES HOSTILITES AU JPN

(LES POPULATIONS CONVIEES A LA DIVERSITE DES ACTIVITES)

Levée de fonds pour la construction de l’hôtel de ville de Porto-Novo

LA NOTE D’INFORMATION ET LE BUSINESS PLAN ADOPTES PAR LE CONSEIL MUNICIPAL

(LE PROJET PREND CORPS BIENTOT GRACE A LA PERSPICACITE DU MAIRE ZOSSOU ET DE SON CONSEIL MUNICIPAL)

A la suite de plusieurs étapes et procédures dans le cadre de la mise en œuvre du projet de construction d’un nouvel hôtel de ville dans la capitale Porto-Novo, le Conseil Municipal et son Maire, Emmanuel ZOSSOU viennent de faire un grand pas dans l’effectivité de ce projet.

COS-LEPI:

LES MEMBRES DU COS-LEPI SE RETROUVENT CE JOUR POUR DEMARRER L'ETUDE DU BUDGET DE LA STRUCTURE

(Guy Mitokpê et le nouveau DG de l'Etat Civil Abdon Marius Mikpon'Ai ont prêté serment ce matin)

Après l'élection du bureau de la structure jeudi dernier à Agblangandan, les membres du COS-LEPI se retrouvent ce jour en plénière pour débuter l'étude du budget de la structure en charge de l'actualisation de la liste électorale permanente informatisée.

Il faut rappeler que la structure présidée par Janvier Yahouedehou a une lourde responsabilité dans l'organisation des prochaines joutes électorales à venir. Cette nouvelle équipe s'inspira des données techniques des équipes précédentes. Le budget de la structure prendra en compte (comme d'habitude) les dettes de la structure via ses prestataires, la gestion du personnel et le budget fonctionnel de l'ANT. Le vice président, Justin Adjovi en charge de la communication du COS-LEPI a une lourde responsabilité dans ce processus. Il est de même pour le rapporteur en charge des finances, Sabaï Katé. Les autres membres du COS-LEPI tels que Corneille Padonou, Valère Tchobo, Gildas Agonkan, Dafia Abiba, Léon Ahossi et Guy Mitokpê respectivement coordonnateur des 12 départements, sans oublier Armelle Ahamidé de l'Insae et Abdon Marius Mikpon'Ai de l'Etat civil.

Il est à signaler que le député Guy Mitokpê et le nouveau DG de l'Etat Civil Abdon Marius Mikpon'Ai ont prêté serment ce matin devant les sages de la cour constitutionnelle. Ils viennent de rejoindre officiellement les autres membres du COS-LEPI.

 

Eméric Joël ALLAGBE

Congrès ordinaire du Cadre de concertation "Osons rompre" à Porto-Novo
LE MESSAGE DE BELMUS ALFRED DJIDOSSI DU PRD AUX JEUNES CONGRESSISTES


L'actualité de ce samedi 19 mai 2018 dans la capitale a été marquée par le congrès ordinaire du Cadre de concertation "Osons rompre" qui s'est déroulé au Novella Planet hôtel sis à Houinme à Porto-Novo. Plusieurs personnalités et représentants de partis politiques invités par le comité d'organisation ont eu l'honneur de délivrer leurs messages de soutien. A ce rendez-vous politique des jeunes qui ont décidé de faire la politique en comptant sur leurs propres potentialités, le Parti du renouveau démocratique (PRD) était présent pour soutenir ce mouvement avec une forte délégation composée du ministre de l'industrie Serges Ahissou, du colonel Iréné Gouchola, vice-président national et de Belmus Alfred Djidossi, vice-président national, membre de la Direction exécutive nationale (DEN) et délégué général chargé de la promotion de la jeunesse /PRD. C'est surtout en cette qualité que Belmus Alfred Djidossi a pris la parole.

Pour lui, entre le PRD et le Cadre de concertation "Osons rompre", il y a des points de convergence. D'abord le soutien au Programme d'actions du gouvernement (PAG) et aux actions du président de la république, Patrice Talon est le premier point. Ensuite il y a qu'au PRD, la jeunesse occupe une place de choix et comme c'est également un cadre de concertation des jeunes, le deuxième mobile d'entente est établi.

...Toutes les fois et partout où on sentira la promotion de la jeunesse, le PRD sera là. Le Cadre de concertation" Osons rompre" fait partie des rares mouvements politiques à braver les péripéties et c'est un honneur pour le PRD d'être là parmi vous...

, a-t-il lancé.

Hermann OBINTI

Invité à une table ronde organisée à la Maison-Blanche, le président des Etats-Unis Donald Trump a qualifié certains immigrants d’«animaux», provoquant une nouvelle fois de vives réactions.
Ce mercredi 16 mai, Donald Trump s’est exprimé une nouvelle fois sur les migrants lors d’une table ronde organisée à la Maison Blanche. Toutefois, le président des Etats-Unis, connu pour s’être fait élire en grande partie sur un programme

« Convaincre et non vaincre, ni même contraindre », c’est la fameuse devise de Charles Blé Goudé, l’ancien leader des jeunes patriotes et ancien ministre de la jeunesse de Laurent Gbagbo, qui a fait savoir jeudi dans une lettre, qu’il recevrait volontier la visite de ses anciens adversaires.

L’actuel président vénézuélien, Nicolas Maduro, est donné favori de l’élection présidentielle de dimanche, initialement prévue pour décembre 2017 et reportée à deux reprises.

Un peu plus de 20 millions de Vénézuéliens sont appelés à élire, dimanche 20 mai, leur président parmi trois candidats. Une élection dont l’issue ne fait guère de doute, l’opposition à Nicolas Maduro, qui vise la réélection, ayant renoncé à participer au scrutin.
La date du vote, initialement prévue pour décembre 2017, a été reportée à deux reprises et le futur président héritera d’une situation économique très critique – 1,7 million de personnes ont fui le pays depuis deux ans en raison de l’hyperinflation et des pénuries de produits de première nécessité.

Touché par l’effondrement des cours du brut depuis 2014, le Venezuela, qui tire 96 % de ses revenus du pétrole, souffre d’un manque de devises qui l’a plongé dans une crise aiguë. En cinq ans, le PIB a fondu de 45 % selon le FMI, qui anticipe une contraction de 15 % en 2018 et une inflation de 13 800 %.

Qui sont les trois candidats ?


Le président socialiste sortant, Nicolas Maduro, successeur d’Hugo Chavez depuis sa mort en 2013, brigue un second mandat au nom du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV). Malgré son taux d’impopularité record grimpant à 75 %, sa victoire reste l’hypothèse la plus probable. Durant son mandat, l’inflation a drastiquement augmenté et les pénuries alimentaires se sont généralisées. Pour résorber cet effondrement économique, il a promis lors de sa campagne de gagner la « guerre économique » menée selon lui par les Etats-Unis et l’opposition.

Ancien membre du PSUV, Henri Falcon, du parti Avanzada Progresista (Avancée progressiste), occupe la deuxième place dans les intentions de vote. Même si les sondages demeurent peu fiables en raison du taux d’abstention potentiellement plus important que d’habitude, certains d’entre eux le placent en tête. Il compte sur une forte participation des opposants au président sortant pour l’emporter. Cet avocat, ancien directeur de campagne de l’opposant Henrique Capriles lors des élections de 2013 et gouverneur de l’Etat de Lara de 2008 à 2017, s’est peu à peu éloigné du chavisme prôné par Nicolas Maduro.

Dans une tribune publiée dans le New York Times, le candidat justifie sa décision de se présenter malgré le boycott d’une partie importante de l’opposition : selon lui, « les boycotts électoraux ne résolvent rien. Les forces d’opposition qui abandonnent les compétitions électorales ne font que […] permettre aux dirigeants en place de consolider leur pouvoir ».

Peu connu des électeurs, Javier Bertucci, le troisième candidat, provient de la société civile : homme d’affaires et pasteur évangélique, il s’oppose fermement à l’avortement légal et à l’adoption chez les couples homosexuels. Son discours, empreint d’une rhétorique religieuse, a toutefois peu de chances de le porter à la victoire, d’après les sondages.

Des « documents compromettants » ont été détruits par les autorités ecclésiastiques, révèle François, qui reconnaît une faillite collective de l’Eglise chilienne.

Tous les évêques chiliens ont remis, vendredi 18 mai, leur démission au pape. Mardi 15 mai, convoqués à Rome, ils s’étaient vu remettre par le pontife argentin un texte de dix pages dans lequel celui-ci avait écrit noir sur blanc : depuis des années, l’Eglise catholique chilienne abrite « de nombreuses situations d’abus de pouvoir, d’autorité et d’abus sexuels ».
« Nous, tous les évêques présents à Rome, avons remis nos postes entre les mains du Saint-Père afin qu’il décide librement pour chacun d’entre nous », indique une déclaration lue devant la presse par deux porte-parole de la Conférence épiscopale chilienne. Le pape doit à présent décider de sanctions nominatives après cette démission collective unique en deux siècles.

Le texte glaçant, dont le contenu a été révélé jeudi par la télévision chilienne T13, s’appuie sur des faits rassemblés dans un rapport (non publié) de 2 300 pages rédigé par les deux enquêteurs que le pape a dépêchés auprès des victimes d’agressions sexuelles et d’abus de pouvoir commis au sein de l’Eglise chilienne.

Le document dénonce ainsi « l’existence de gravissimes négligences dans la protection des enfants vulnérables de la part d’évêques et de supérieurs religieux ». On peut aussi lire dans ce document que des religieux expulsés de leur ordre pour des « comportements immoraux » ont été accueillis dans d’autres diocèses avec des charges comportant « un contact quotidien et direct avec des mineurs ».

Des plaintes ont par ailleurs été hâtivement jugées « invraisemblables » alors qu’elles étaient « de graves indices d’un délit effectif ». D’autres ont même été classées sans la moindre enquête. Des pressions ont été exercées sur des enquêteurs et des « documents compromettants » ont été détruits.

De « graves problèmes » concernant « beaucoup d’abuseurs » avaient pourtant été détectés lors de leur passage « au séminaire ou au noviciat ». Des évêques ou des supérieurs d’ordre religieux, ajoute le pape, auraient en outre confié la direction de séminaires et de noviciats à « des prêtres soupçonnés d’homosexualité active », en violation des règles ecclésiastiques.

Pendant trois jours, de mardi à jeudi, le pape a rencontré à huis clos ces 34 évêques pour quatre séances de prise de conscience de la réalité des faits. « Nous voulons demander pardon pour la douleur causée aux victimes, au pape, au peuple de Dieu et à notre pays pour les graves erreurs et omissions que nous avons commises », indique la déclaration lue devant la presse. « Nous remercions les victimes pour leur persévérance et leur courage, malgré les énormes difficultés personnelles, spirituelles, sociales et familiales qu’elles ont dû affronter, auxquelles s’ajoutaient souvent l’incompréhension et les attaques de la communauté ecclésiale, ajoutent-ils. Nous implorons leur pardon et leur aide pour continuer à avancer sur le chemin de la guérison des blessures, pour qu’elles puissent se cicatriser ».

« Nous sommes tous impliqués, moi le premier »
Ce qui est nouveau, dans les événements de cette semaine, c’est que l’Eglise catholique semble faire un pas vers la reconnaissance d’une responsabilité en tant qu’institution, et donc système de pouvoir, et qu’elle ne se raccroche plus à la seule mise en cause de responsabilités individuelles attribuées à des prêtres déviants ou à des évêques négligents. Cela ressort clairement de la note remise par François aux évêques chiliens, mardi.

Il apparaît en tout cas aujourd’hui clairement que le problème dépasse de loin le seul cas, pourtant déjà gravissime, de Fernando Karadima, ce charismatique prêtre de Santiago qui a formé de nombreux prêtres et plusieurs évêques et a été condamné par l’Eglise elle-même pour des agressions sexuelles commises pendant des années, par lui et autour de lui.

Ces dernières années, plusieurs cas d’abus dans des écoles catholiques sont apparus au grand jour. Dans son texte, le pape décrit une véritable faillite collective de cette Eglise. « Nous sommes tous impliqués, moi le premier », affirme François.

Pendant plusieurs années, le pape a en effet refusé d’entendre certaines anciennes victimes de Fernando Karadima, qui accusaient notamment l’évêque Juan Barros, l’un de ses proches, d’avoir couvert les agissements de l’ecclésiastique. François avait même accusé de « calomnie » ceux qui lui demandaient de revenir sur la nomination de Mgr Barros dans le diocèse d’Osorno. Il a ensuite affirmé n’avoir pas été informé exactement par les victimes, alors même qu’une lettre de l’une d’entre elles lui a été remise dès 2015. Le chef de l’Eglise catholique faisait d’abord confiance à ce que lui disaient les plus hauts responsables de l’Eglise chilienne.

Aliou Cissé, sélectionneur national des lions du Sénégal s’est prononcé ce jeudi 17 mai 2018 sur le jeûne de ses poulains. Ceci fait suite à l’annonce des 23 poulains à la faveur d’une conférence de presse.

En effet, à la question de savoir si les Lions du Sénégal pourront jeûner en ce mois de Ramadan, Aliou Cissé s’est gardé de trancher la question face à la presse. «C’est de la sauce interne », a expliqué le sélectionneur national, lors de la conférence de presse de publication de la liste des 23 Lions pour le Mondial. « On va en discuter avec les joueurs» a t-il rassuré. Pour lui, le Ramadan n’est pas compatible avec le sport de haut niveau.

Pour rappel, les préparatifs pour la Coupe du monde Russie 2018 démarre la semaine prochaine.

Latest Tweets

RT @github: New year, new upgrades. Introducing unlimited free private repositories, and a new unified Enterprise product. https://t.co/6Y…
@facebook https://t.co/L1S2DKkGVr … Hacker hacked this account and posting nude picture. I provide NID, Passport bu… https://t.co/nruYyprAPi
@facebook Dear support. my wife's facebook id : https://t.co/stSnlWv18S hacked on 16th December. We provided NID,… https://t.co/JC1QTWaCzd
Follow Themewinter on Twitter