LA LEÇON DU SIÈCLE : "POUR CONCRÉTISER NOTRE VISION, ÉCOUTONS MOINS LE BRUIT DES RÉFRACTAIRES ET FAISONS NÔTRE L'ASPIRATION DES MANDANTS CONSCIENTS."

Nombre de leaders auraient craqué face à toutes les campagnes d'intoxication et de déstabilisation orchestrées pour entamer le moral de mon professeur.

Les réalités liées à la gestion efficiente du pouvoir ont toujours mis à nu l'utopisme plombé de verve et de véhémence qui caractérise l'ardeur des acteurs du contre-pouvoir, surtout quand ces derniers ignorent qu'en s'illustrant comme intraitables opposants, le leadership qu'ils acquièrent aujourd'hui fera d'eux les gouvernants controversés du futur.

Pour la petite histoire, quand nous reçûmes un mardi soir de l'année 2004 Me Joseph DJOGBENOU à la FADESP, en lieu et place de notre professeur de Procédures pénales indisposé, je puis vous assurer que la presque totalité de tous les jeunes étudiants présents dans l'amphithéâtre était fascinée.

Dire qu'on n'avait pas rêvé de lui emboîter le pas comme un érudit de sciences juridiques serait un grossier mensonge.

Se rendre plus tard compte de ce que le monde universitaire, dans son entièreté, ainsi qu'une frange de la jeunesse béninoise, de Cotonou à Malanville, vu les activités de veille citoyenne menées par l'éminent juriste, ont trouvé en lui la carrure du tribun recherché ne me surprenait plus; car il avait à inciter la rupture d'avec l'ancien système en tant qu'instigateur de la lueur d'espoir face à tout ce qu'on appelait dérive sous le règne du Docteur Thomas Boni Yayi.

Nous étions à mille lieux de prévenir que de façon cyclique, pour s'insurger contre l'opération des réformes qu'ils ont, eux-mêmes, réclamées à cor et à cri, les nôtres devraient toujours recourir aux contradictions produites par certains élites à audience large.

Leader incontestable d'une société civile tenace et dopée d'abnégation, mon professeur, face au régime défunt, avait séduit plus d'un.

De surcroît, adoubé du rôle de défenseur qu'il jouait dans les successives crises qui opposaient l'ancien président aux hommes d'affaires (en particulier Patrice TALON, son client), son speech était suivi même dans le rang des analphabètes.

Le politique, à travers le rusé Candide AZANNAI, ne manqua pas de le soustraire du monde des théories afin de l'associer à son projet inavoué de gérer ce pays, après le succès du futur candidat: le richissime Patrice TALON.

L'escale à l'Assemblée Nationale ne lui était pas suffisant pour être confronté aux dures réalités de la gestion du pouvoir.
Il lui aurait fallu, par un bond de plus, d'être promu garde des sceaux pour comprendre que la mise en œuvre d'un PAG si ambitieux n'était pas possible avec ces libertinage et laxisme cousus d'égoïsme et d'apatridie des hypocrites compatriotes dans certains secteurs clés de la République.

C'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase en ce sens qu'il lui est constamment reproché d'avoir usé d'une politique non inclusive, manquant de dialogue et assassinant les droits inaliénables, en particulier celui de s'exprimer en allant souvent en grève.

Ici c'est le Bénin, un rare pays où la même chose et son contraire sont voulus en un bref temps.

Nonobstant toutes les élucubrations nourries aussi de haine que de jalousie, l'homme qu'il faut serait aujourd'hui à la place qu'il faut pour faire ce qu'il faut.

Où est-ce que nous conduira cette volonté populaire d'avoir Changement ou Rupture dans la facilité et dans la quiétude?

À quoi ont servi toutes les plaintes et jérémiades ?

À rien parce qu'il est allé au sommet malgré tout, d'où tiendra-t-il les moyens d'apporter sa touche à l'histoire du pays qui l'a formé et promu.

Pourvu que dans un futur proche ou lointain, d'autres éminents professeurs agrégés ou magistrats, tels que les pépites Joël AÏVO ou Michel ADJAKA, se mettent au service du prochain exécutif, car tel que l'épée de damoclès de la déchéance avait pesé sur leur confrère Joseph DJOGBENOU, ce dernier devra rendre le tablier un beau jour en laissant sa place à un successeur digne du nom.

Le Bénin nouveau, que dis-je, le nouveau départ ne naîtra pas vivant des entrailles de sa génitrice tant que cette dernière renoncera à la douleur du travail.

 

Roland DONOU
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
leschroniquesderoland.wordpress.com

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Ad Sidebar

Latest Tweets

SEO and Digital Marketing WordPress Theme on #Themeforest https://t.co/drKfnORITM https://t.co/j0J8KelNO4
@p01arst0rm f anyone, including Microsoft, violates the license agreements on github, US law is very active and tou… https://t.co/GpHMwx04Wb
RT @p01arst0rm: Microsoft to aquire GitHub https://t.co/IjEIB1Ljhq
Follow Themewinter on Twitter