CE N’EST PAS PARCE QU’ELLE EST LA FILLE D’UN SÉBASTIEN OU D’UN ADJAVON.

Hum ! supputations aux bras longs, avis sans caleçons ; ça jazze déjà dans tous les coins. Ah ! c’est parce que elle est si… Euhh c’est parce que elle est ça…

Ce matin, le sieur Maxime Kanho, douanier en service jusqu’à hier a bien été présenté au procureur et déposé à la prison civile de Cotonou, pour avoir brutalisé le fille de Sébastien Adjavon et l’avoir menacé de son arme. Sujet traité, copie rendue. Mais revenons sur un détail.

Depuis quelques heures, une flopée d’avis jaillissent de partout pour faire croire qu’il existe une quelconque relation entre la procédure enclenchée contre ce douanier et la qualité de sa victime qui est, on peut le répéter, la fille de Monsieur Sébastien Adjavon. Le béninois ne peut jamais s’empêcher de lier toute chose à la politique ; on ne peut pas lui en vouloir outre mesure puisque pendant longtemps, on nous a habitué à donner une solution politique à tout problème, qu’il soit familial, social, ou même d’ordre ludique.
Pourtant, les choses changent dans ce pays, puisque la nouvelle ligne des forces de l’ordre et des corps armés en général, qu’ils soient militaires ou paramilitaires est de marquer un respect sans équivoque pour le citoyen. Le chef de l’Etat a été assez clair lors de la cérémonie de lancement du PAG 2016-2021. Il a même fait preuve de pédagogie en procédant par l’exemple en disant qu’il veut que le citoyen se sente protégé par le policier et non opprimé par ce dernier. La ligne de conduite a de suite fermement changé. Les corps armés se mettent au service de la protection du citoyen, et en aucun cas, un citoyen ne devrait être opprimé ou abusé par un homme légalement armé. C’est pour cela et sous cet angle qu’il faut apprécier la promptitude avec laquelle les autorités judiciaires se sont saisi du dossier de cette jeune fille brutalisée. Parce que la victime est purement et simplement une citoyenne et qu’en tant que tel, l’Etat la protège contre tout abus d’un homme légalement armé.

Faisons clair pour éviter de nous mélanger les pédales. Tout citoyen qui estime être victime d’abus de la part d’un homme armé a le droit de s’en plaindre et d’obtenir justice. Pas la peine d’être le fils ou la fille de Zinsou ou de Sagbo pour jouir de ce droit que le gouvernement Talon et toute le structure sécuritaire et militaire de ce pays ont désormais choisi de faire respecter.
Nous commençons petit à petit à échapper à la coupe du zèle démesuré et inutile auquel on était habitué de la part des hommes treillis. Les choses se mettent à bonne place. Merci Patrice Talon, Merci aux différentes autorités acteurs de la sécurité au Bénin ; Merci aux populations.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Latest Tweets

@envato_help Dear ticket id: 1266898. No one answering the ticket. 2 days without a solution. Please, check.
Insurance Agency Joomla Business Template on #Themeforest https://t.co/GKqY99ixQX https://t.co/WgAaR3wDBc
GeoBin - Digital Marketing Agency, SEO WordPress Theme Updated on #Themeforest https://t.co/drKfnOA82e https://t.co/lR8UFr7zPp
Follow Themewinter on Twitter