GBADAMASSI À COEUR OUVERT SUR L'ACTUALITÉ NATIONALE.

(Le député de la 8ème circonscription électorale parle des attaques dont il est l'objet, de 2019 et de développement)

Q : Rachidi Gbadamassi bonjour ?

R : Bonjour cher ami

Q : que devenez vous concrètement en politique ? Certains disent que vous êtes le griot du nouveau régime, d'autres disent que vous vous voulez préserver votre positionnement en 2019, que retient-on ?

R : ...rires... merci cher ami, je pense que vous n'avez pas tout entendu, les gens disent plus que ça. Mais vous savez j'ai souvent dit que dans la vie chacun a un destin. Il peut l'accomplir comme il peut le trahir. Moi je me connais et je sais ce que je veux faire de ma vie et d'ailleurs je l'ai dédiée à mes mandants. Dans ma vie j'ai eu beaucoup d'opportunités pour devenir hyper riche et très puissant matériellement mais j'ai choisi d'être un homme de partage. Pendant que des gens préféraient construire des gratte ciel moi je distribuais le peu à résoudre les besoins de la masse. En fait c'est un héritage. Cette conception je l'ai héritée de mon maître spirituel mon père politique Feu Papa Mathieu Kerekou. Alors, pour quelqu'un qui a cette philosophie dites moi comment il peut ne pas savoir ce qu'il veut, ce qu'il dit et ce qu'il fait. Ceux qui me critiquent ont peut être des raisons de le faire mais je dis que leurs critiques me font tellement de bien et j'en fais une bonne carapace pour supporter les outrages que je subis au quotidien. Mais pour la plupart c'est par méchanceté car parfois on me met de côté et on attaque ma famille... etc quand on parle de griot ou de je ne sais quoi, est ce que qu'à d vous regardez bien le Président Talon c'est quelqu'un qui a besoin d'éloges, qu'on l'ensence ? Ce temps là est révolu ça ! Le culte de la personnalité est enseveli. Ce que moi je fais c'est que j'eclaire l1 lanterne des populations. Il faut quelqu'un pour le faire car dans notre pays, on fait de l'intoxication, du mensonge, de la manipulation et de la médisance un job et ce qui est malheureux ce sont les intellectuels qui s'adonnent à cela, c'est dommage à la fin.

Q : quelles sont vos relations avec le président de la République ?

R : c'est pas une question à poser à mon avis mais si vous y tenez, je dirai que j'entretiens d'excellentes relations avec le Chef de l'Etat qui il faut l'avouer a développé une autre forme de management des ressources humaines qui l'accompagnent dans la gestion du pays. Pas de folklore, ni de tapage pour être en contact avec le Président. Je vois un homme très organisé et structuré qui a la notion de temps. Je ne trahis aucun secret en disant qu'entre Patrice Talon et Rachidi Gbadamassi c'est une amitié de plus de 20 ans basée sur le respect mutuel, la considération et le respect de la parole donnée, je ne dirai pas plus car je compte soutenir le Président de la République au cours de ce parcours et exaltante mission que Dieu lui a confiée. Gérer un pays ce n'est pas du tout facile. Je prie Dieu qu'il lui donne la sagesse du roi Salomon, la force de David et une hauteur d'esprit pour mener à bien la barque "Bénin".

Q : mais honorable, on remarque que vous décrochez trop de flèches contre l'ancien Président Boni Yayi, vous l'attaquez sans cesse, pourquoi cela ?

R : d'abord je tiens à rectifier quelque chose, je n'attaque pas Boni Yayi, je n'ai même pas intérêt à le faire. Ce serait peine perdu que d'attaquer quelqu'un qui a fait dix ans au pouvoir, qui ne peut plus jamais être président de la République qui aujourd'hui doit être une personne ressource auprès de qui les Chefs d'Etat pourront prendre conseil s'ils le veulent. Donc je ne gagnerai rien à l'attaquer, par contre qu'on ne me refuse pas de juger les comportements de ce dernier à un moment T de l'histoire. Pour avoir été acteur de la vie punlique, Boni Yayi ne devrait pas être allergique aux critiques liées aux actes qu'il a eu à poser dans le passé surtout lorsque ces actes n'ont pas été catholiques et orthodoxes. Ce que moi Gbadamassi je fais; je dénonce afin de faire prendre conscience à tous ceux qui occupent des fonctions publiques. Moi mon combat va au delà de la personne de Boni Yayi, il vise tous ceux qui aspirent à gérer les affaires publiques. Mieux je suis législateur et je ne peux permettre que les lois que je m'applique à voter au parlement soient violées par eux là même qui sont censés promouvoir leur respect. C'est dommage et ça se passe au Bénin, lorsque vous osez dénoncer on vous prend à partie. Il faut qu'on change les mentalités. Oublions la personne de Yayi, et posons nous la question de savoir et si c'était une autre personne "X" ? donc on n'a pas le droit de dire que c'est mauvais ? Non ça ne peut pas continuer ainsi. Il faut que quelqu'un le dise. Moi je ne dénonce la male gouvernance, je dénonce des faits de corruption avérés. Et je l'ai fait à visage découvert, en possession de tous mes états psychique et psychologique. Je ne regrette rien et s'il faille reprendre sur d'autres affaires je recommencerai de plus belle avec véhémence. Imaginez un instant que le Sieur Zinsou gagnait la présidentielle, qu'adviendrait-il de cette gigantesque dette ? Encore qu'actuellement il est incapable de solder. Cela veut dire ce que ça veut dire et ne me demandez pas à moi Gbadamassi de me taire sur ces genres d'affaires. Non.

Q : Est ce que votre base est en phase avec vous ?

R : C'est à moi d'orienter la base en tant que leur serviteur sur la politique Interieur et le developement du Pays parce que moi je dispose d'informations dont la base ne peut disposer. Et je n'ai pas le droit de garder ces informations pour moi ou rester passif, ce serait un crime. Il est vrai quelques citoyens notamment intellectuels alimentent la polémique et desinforment en ce qui concerne les actions que nous posons politiquement. Mais je puis vous assurer que le vrai peuple et les militants les plus convaincus comprennent nos options, nos actions nos prises de position et nos combats. Mieux, c'est que nous ne faisons que suivre les directives de cette base que nous n'hésitons pas à consulter avant chaque pas à poser. La preuve lorsque en 2016, j'ai fait mes consultations sur la candidature de Zinsou, l'histoire m'a donné raison oui ou non ? Je ne fait rien au hasard. Cette décision en 2016 de ne pas suivre les Fcbe dans leur choix émane des jeunes, des femmes, des leaders religieux, des sages et même des dépositaires de la tradition. J'ai consulté minutieusement toutes ces couches et j'ai fini par prendre une décision que j'ai rendu public. Et je n'ai pas regretté.

Q : Parlons à présent de Parakou, quel regard portez-vous sur le développement de cette ville aujourd'hui ?

R : merci Mr le journaliste pour cette question. Je crois que le constat saute à l'oeil que Parakou est dans de bonnes mains aujourd'hui. Je l'ai dit à maintes reprises, cette ville a été pendant longtemps victime de ses choix mal orientés et sa fidélité à une politique qui ne l'a jamais favorisée. Mais bon, que pouvait-on face à des gens qui n'osaient pas prendre des décisions, des risques et qui n'ont pas d'ambitions ? Rien du tout. Depuis le 3 octobre 2016, tout bouge à Parakou et il faut être malhonnête pour ne pas le reconnaitre. C'est pourquoi je profite de cette opportunité que vous m'offrez pour féliciter le Maire Charles Toko, ses Adjoints et tout le conseil municipal pour la cohésion et le sens de patriotisme qui leur permettent de résoudre les difficultés qui se posent dans la ville. Inutile de dresser la liste des réalisations faites aujourd'hui, elles sautent à l'oeil et s'imposent. Des réformes courageuses et salutaires. Charles Toko fait ce que nous anciens maires n'avons pu faire. Et je puis vous dire que le meilleur reste à venir pour Parakou, c'est la nouvelle destination des investissements. Nous n'allons pas marchander notre disponibilité pour aider le maire dans cette mission que je qualifie de generationnelle. Mon souhait est que les populations comprennent les actions de cette équipe et l'accompagneme. Car sinon, elles n'auront plus jamais l'occasion de vivre la révolution qui est en marche à Parakou.

Q : Beaucoup s'inquiètent quant à votre réélection en 2019, qu'en dites-vous ?

R : c'est qui beaucoup dont vous parlez ? Beaucoup est ce le vrai peuple ? Beaucoup est ce mes militants ? Vous savez les Béninois aiment trop spéculer et alarmer. Chaque beninois a une seule carte d'électeur qui lui donne droit à un vote lors d'une élection. Et ce sont ceux qui ne comprennent pas cela qui se lancent dans les débats inutiles. Je veux simplement dire de prendre date, au soir des législatives de 2019, on fera le bilan ensemble. Ce que je sais c'est que je serai un candidat très honoré dans ma circonscription car j'aurai en face de moi un ancien président de la République et bien d'autres qu'ensemble nous battrons avec notre liste. Donc un peu de patience chers amis. Les gens parlent ainsi parce que actuellement ils souhaitent de tous leurs voeux que je me mette dans un autre rôle, ils veulent que je fasse l'opposition pour aller contre les idéaux du Président Talon. J'ai compris leur jeu et j'ai dit non. Non parce que je veux tirer le maximum de du ou des mandats du régime pour ma ville Parakou et pour la 8ème circonscription. Je ne suis pas prêt à me lancer dans un job dans lequel je serai perdant et avec moi tous mes mandants. Donc ils peuvent trouver un autre candidat à leur idée macabre, moi je suis pas preneur. Et si c'est à cause de ça qu'il faut m'abattre, je préfère supporter toutes les critiques. L'histoire me donnera raison.

Q : quel appel avez vous à lancer aux populations de la 8ème circonscription électorale ?

R : qu'ils aient confiance en l'avenir, qu'ils ne se laissent pas emporter par le vas mouvement d'intoxications, de manipulation et qu'ils gardent les yeux bien ouverts pour voir la réalité en face. Je le dis parce que ceux qui sont en face ont mis en place un puissant système de désinformation et de diabolisation. Ils font croire que rien ne va dans le pays et qu'il faut "abattre" à tout prix ceux qui ont la charge du pays. Mais ce qu'ils oublient, seul Dieu donne le pouvoir et toute autorité vient de Dieu. Tant que nous n'allons pas comprendre cela nous irons toujours de travers. Si j'étais à la place de certains je ferai les choses autrement pour apporter leur pierre à la construction de l'édifice Bénin. Je voudrais rassurer les jeunes, les femmes et toute la population et leur dire que le meilleur reste à venir. C'est maintenant que nous vivons la vraie refondation au Bénin.

Q : Merci He.

R : C'est Moi qui vous remercie

*Propos recueillis par Prosper FAVI (free-lance )*

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Latest Tweets

@envato_help Dear ticket id: 1266898. No one answering the ticket. 2 days without a solution. Please, check.
Insurance Agency Joomla Business Template on #Themeforest https://t.co/GKqY99ixQX https://t.co/WgAaR3wDBc
GeoBin - Digital Marketing Agency, SEO WordPress Theme Updated on #Themeforest https://t.co/drKfnOA82e https://t.co/lR8UFr7zPp
Follow Themewinter on Twitter

Post Gallery

Tribunal de Cotonou : Loth Houenou condamné à deux ans d'emprisonnement ferme

Match retour Bénin-Algérie /  LE PRD OFFRE GRATUITEMENT LA DIFFUSION DU MATCH SUR ECRAN GEANT AU SIEGE NATIONAL DU PARTI A PORTO-NOVO

Création du Parti Républicain (PR)  /  L’AMIRAL DENIS GBESSEMEHLAN MOBILISE SA BASE POUR UNE VICTOIRE PLUS LARGE DU PRD AVEC SES NOUVEAUX ALLIES POLITIQUES

Adhésion du PRD au Parti Républicain /  IFANGNI EN RANGS SERRÉS DERRIÊRE ANDRÉ ZANNOU, SALUE LE LEADERSHIP DU PRESIDENT ADRIEN HOUNGBEDJI

Discours de Adrien Houngbédji au 4ème Congrès du PRD de Décembre 2017

INFO RND URGENT

Gouvernance du Président Patrice Talon à la tête du Bénin : les 24 réformes entreprises.

Géant meeting politique du RND à Kétou / PLUS DE 10.000 MILITANTS AU RENDEZ-VOUS, ROBERT GBIAN APPELLE LES POPULATIONS À RESTER MOBILISÉES DERRIÈRE ABIMBOLA

Meeting politique de soutien des jeunes RND du Plateau au PAG à Kétou / DES TÉNORS DE LA DYNAMIQUE UNITAIRE, DE LA COALITION BER, DU PRD...AUX CÔTÉS DE L'HONORABLE JEAN-MICHEL ABIMBOLA ET SES LIEUTENANTS