Débat d'orientation budgétaire (DOB) au Parlement: L'HE ANDRÉ OKOUNLOLA BIAOU PLAIDE POUR LE PALMIER À HUILE, L'ANACARDE ET LE DÉSENCLAVEMENT DE OUESSE EN 2019

La fibre patriotique d'un député ne s'évalue que lorsque il s'agit de porter plus haut les préoccupations de ses mandants lors de l'élaboration du budget de l'État. Cette mission, le député André Okounlola Biaou l'a assurée ce jeudi 28 juin 2018 au Palais des gouverneurs à Porto-Novo lors du Débat d'orientation budgétaire en prélude à la préparation du projet de budget général de l'État pour 2019. À cette occasion, il a souhaité que le gouvernement diversifie les filières agricoles et surtout défendu la 10e. Lire ci-dessous son intervention.

.... Monsieur le président, je voudrais à mon tour remercier le gouvernement pour avoir respecté le délai du 30 juin pour faire le Débat d'orientation budgétaire qui se fait cette année le 28 juin. Ce qui est une bonne chose. Je voudrais aussi féliciter le gouvernement par rapport aux efforts faits en faveur de la filière coton. Seulement nous devons savoir qu'aucun pays ne peut se développer avec un seul pied. Dans le secteur agricole, il est prévu 13 filières phares à développer. Aujourd'hui le coton, c'est une réalité. Quelles sont les filières prioritaires dans les années à venir ? Je souhaite que l'anacarde et le palmier à huile soient pris en première classe. Le palmier à huile est une culture de rente. Il faut donc tout faire pour retrouver nos lettres de noblesse dans ce domaine car notre huile rouge est recherchée.

Le gouvernement a intérêt à aller dans ce sens. Je voudrais également informer le gouvernement qu'il y a de cela quelques années, on a commencé par importer notre huile rouge est recherchée. Par rapport à l'anacarde, il y a deux ans on a appris que le gouvernement a commencé par fixer le prix. Mais le constat, c'est que des commerçants véreux passent par derrière pour soudoyer nos parents. Il va falloir que le gouvernement décourage ces commerçants véreux. Monsieur le ministre d'État, il y a dans notre pays, ce qui est dommage, des communes qui n'ont pas d'électricité et les routes. Même pas un mètre carré de goudron pour y avoir accès. Il était dit dans le programme, qu'il faut tout faire pour que ces villes- là soient servies. Je cite le cas de Ouesse par exemple. C'est la croix et la bannière que de chercher à accéder à Ouesse. Je souhaiterais que la route Kilibo -Ouesse-Arzeke puisse vraiment être une réalité. Le gouvernement nous a dit que cette route serait prise en compte à travers une bretelle lorsqu'on va lancer la route Dassa-Parakou. Et je souhaite que cela soit une réalité. Si vous arrivez aujourd'hui à Kilibo, vous allez voir des camions qui sont garés aujourd'hui et qui envoient le riz vers le Nigeria. Mais malheureusement cette route là Kilibo-frontière du Nigeria est impraticable. Également on nous a dit que cette route sera en bretelle. Il y a un grand marché international et c'est les 18 km que nous avons de ce côté qui constituent un calvaire. Je souhaiterais que dans le actions à venir que la route Kilibo -kemon-Ouesse-Anseke de 50km environ soit bitumée, que la route Kilibo -frontière de 18km soit aussi bitumée pour faciliter l'échange commercial entre le Nigeria et notre pays. Pour finir, je voudrais personnellement remercier le gouvernement par rapport à sa politique d'éradication du délestage. La maîtrise de l'électricité constitue un grand paramètre de développement. Mais malheureusement, il y a des zones qui sont complètement dans l'obscurité aujourd'hui et je souhaiterais que ces zones-là quand vous prenez par exemple, la zone Est de la commune de Ouesse, en dehors de Kilibo, tous ces villages sont dans le noir. Dans le programme d'électrification rurale, je souhaite que cela soit une priorité pour le gouvernement. Ce débat d'orientation budgétaire est une occasion pour nous d'exprimer nos préoccupations.

Hermann OBINTI

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.