Extradition de KGB au Bénin : un coup dur pour Candide Azannaï ?

Patrice Talon peut se frotter les mains mais Candide Azannaï lui, non. L’homme du concept « Tchékééé » sous le règne de Boni Yayi doit être attristé par l’arrestation et la remise officielle de Kikissagbé Godonou Bernard alias KGB à la Police Républicaine ce lundi 16 juillet 2018.

L’ex-compagnon de Patrice Talon perd un poids important dans sa lutte politique. En effet, KGB reste et demeure l’une des branches armées financières de nombre de leaders politiques béninois dont Candide Azanaï selon plusieurs personnes proches de l’homme d’affaires. Mieux, « Patrice Talon aussi a eu recours à certains de ses services dans un passé très récent », affirme une source. Le duo Kikissagbé-Azanaï n’est donc pas très inconnu du milieu « rupturien ». A en croire certaines sources, l’homme serait même approché plusieurs fois par des sbires de la République lui intimant l’ordre de ne plus soutenir les actions du « rebelle » de la Rupture.

Aujourd’hui, Kikissagbé Godonou Bernard qui s’est retiré à Lomé depuis quelques temps déjà, est de retour au pays natal, non pas de sa volonté mais contraint par le pouvoir républicain bénino-togolais. Son extradition s’est déroulée dans l’après-midi du lundi 16 mai 2018 avec un lourd détachement de la Police Républicaine déployé à la frontière d’Hillacondji. Selon une source policière,  Kikissagbé Godonou Bernard est réputé dans des affaires d’escroquerie et de transactions financières obscures.

Il est également soupçonné de cybercriminalité. C’est d’ailleurs dans un contexte où le gouvernement du « Nouveau Départ » est décidé à en finir avec la cybercriminalité qui prend une ampleur inquiétante dans le pays  que les pistes d’investigations ont conduit vers le « tonton dollars » national qui a réussi à s’échapper avant d’être rattrapé dans sa course par les éléments de la police républicaine avec la collaboration de la police togolaise.

Qu’il vous souvienne qu’un mandat d’arrêt international avait été délivré contre KGB. En effet, à la suite d’une perquisition à son domicile à Cotonou au Bénin, une caisse de fausses pierres précieuses et de faux documents administratifs dont des faux passeports auraient été découverts. Par ailleurs, la résidence de sa femme à Lomé aurait aussi été aussi perquisitionnée.

Depuis donc ce lundi, Kikissagbé Godonou Bernard est au cachot et ce qui est sûr, sa chute entrainera plusieurs dans un effet domino.

beninwebtv.com

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dernière modification le jeudi, 19 juillet 2018 08:27

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Latest Tweets

:( https://t.co/BBSLDSq7iF
BlackFriday and Cyber Monday Sale is Live on Eventin - Event Solution Plugin.  https://t.co/PWhs1R9yBk #event… https://t.co/nHMFjl9v72
We had a great official tour-2020 with our lovely Teammates. #XpeedStudio #Themewinter #officetour #companytour https://t.co/ARJCzYRRNZ
Follow Themewinter on Twitter

Post Gallery

LE PREMIER ARRONDISSEMENT DE COTONOU, AUX COULEURS DU PRD,  L'honorable corneille PADONOU continue l'acceuil des  militants PRD du parti Reso-Atao

Installation du bureau de la cellule PRD  von 5ème arrondissement: Jean-Baptiste Ahoussinou sonne le glas de la réconciliation et de la  mobilisation

CHARTE DES PARTIS POLITIQUES AU BENIN: LE PRD A REPONDU AUX OBSERVATIONS DU MINISTERE DE L’INTERIEUR CE VENDREDI

A la suite de la suspension de la collaboration du PRD avec le Bloc Républicain / LES RESPONSABLES DES STRUCTURES DE BASE DU PRD EN TOURNEE D’EXPLICATION DES CE JOUR

Retrait du PRD du Bloc Républicain / INCONSTANT OU PAS, HOUNGBÉDJI EN PHASE AVEC LA FAMILLE ARC-EN-CIEL

BÉNIN : Les grands chantiers routiers du Gouvernement pour 2019

Suspension de toute négociation avec le bloc républicain / Houngbedji a vu  juste

Depuis la suspension de sa participation au bloc républicain / Adrien Houngbédji donne de l'insomnie à ses détracteurs

Extorsion de fonds et pratiques illicites dans les écoles publiques / Le gouvernement de la rupture siffle la fin de l’arnaque