LE DÉPUTÉ ORDEN ALLADATIN AU SUJET DE L’AMENDEMENT DU CODE ÉLECTORAL : «Ne cristallisons pas le débat sur deux hommes»

Le code électoral amendé en Commission parlementaire fait actuellement polémique. Sur l’émission Actu Matin de ce jeudi 9 août, le Rapporteur de la Commission des lois, de l’administration et des droits de l’homme de l’Assemblée nationale, Orden ALLADATIN, a tenu à préciser :

Je ne dirai pas, ici, ce que je pense personnellement. J’ai eu le temps de le dire en commission. Mais sur ce plateau, je vous dirai ce qui a été retenu et les motivations de ces choix

A propos du cautionnement des candidats, le député a informé :

Ce que nous visons, c’est le regroupement des forces politiques afin de contenir la flopée de candidatures fantaisistes qu’on a toujours connue, par le passé. Ce que nous visons, c’est d’avoir des institutions fortes et non des individus forts



Seulement, il peut arriver qu’on ait des candidatures sérieuses mais qui n’auront pas la caution exigée. Là-dessus, Orden ALLADATIN a expliqué :

Si vous êtes une candidature sérieuse, c’est dire que des groupes politiques s’arrangeront pour payer cette caution qui est remboursable…Depuis 1960, on a laissé ouvert sans prévoir des mécanismes qui contraignent et nous avons vu les résultats.

L’invité de Canal 3 a fait savoir qu’il n’y a pas que les anciens chefs d’Etat qui soient visés par les conditions d’inéligibilité. Il y a, aussi, par exemple, les présidents d’institutions, les forces de sécurité et autres.

Au sein de la Commission, il y a certains députés qui pensent que les anciens présidents qui sont à la retraite doivent rester à la retraite et ne doivent pas se présenter. Ce qu’on a mis dans le Code est un consensus.


Le président de la République à qui on a donné un certain nombre d’avantages et qui décide de ne pas aller à la retraite. Le débat est clair,

a commenté le député Orden ALLADATIN. Autrement dit, refuser d’aller à la retraite, c’est renoncer à ses avantages.

La cristallisation sur les anciens présidents n’est pas bonne,

a-t-il répété, plusieurs fois en soutenant que "toutes ces questions seront débattues en plénière". Est-ce à dessein que les anciens présidents sont visés? A suivre le député, loin s’en faut.

Le Président Patrice TALON sera aussi, un jour ancien Président de la République. Le Président de la Cour Constitutionnelle, Joseph DJOGBENOU, sera tôt ou tard, un ancien président d’institution,

a-t-il dit pour tranquilliser. «Ne cristallisons pas le débat sur deux hommes»

Justin AMOUSSOU

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Latest Tweets

Barrister - Responsive Law Business @joomla Template setup guide! https://t.co/GwqHcdxyDi https://t.co/qzEEldYie3
BiziPress - Multipurpose Joomla Business Template - Setup guide https://t.co/oKPqDQeWny https://t.co/HAVdHvoQFD
This Country Needs Attention. #bangladeshstudentprotests https://t.co/265JV82dgw
Follow Themewinter on Twitter

Post Gallery

UN COMBAT AU QUOTIDIEN POUR VALORISER TOUT ENSEIGNANT DU SECONDAIRE DANS LE ZOU

Remise de diplôme de fin d'étude du saint coran / DERNIÈRE LIGNE DROITE POUR IMDAD SAKA

GUY MITOKPE, L'ENFANT PRODIGUE DE TALON ?

Visite du pasteur Célestin Kiki au maire Charlemagne Honfo

Activités de Tolikunkanxwé 2018 ce samedi au Ceg Dowa / La Conférence-Débat, un rendez-vous d’histoire et de révélations aux Porto-Noviens

Après le taux de 76,92℅ au CEP 2018 à l'EPP AGOUAGON , place au cours de vacances.

5ème édition de Tolikunkanxwé, Porto-Novo 2018  Le top des festivités officiellement donné

Porto-Novo goûte déjà aux retombées de TOLIKUNKANXWE

Réussir au BAC , un saut dans l'inconnu.