Super User

Super User

Selfies labore, leggings cupidatat sunt taxidermy umami fanny pack typewriter hoodie art party voluptate. Listicle meditation paleo, drinking vinegar sint direct trade.

C’est ce titre de presse mythique que m’inspire la démolition de Leonce Houngbadji et de Dine ADECHIAN cette après-midi en direct sur le plateau de la chaîne TV AFRICA 24. L’auteur du drame, Wilfried Houngbédji, le sémillant directeur de la communication de la Présidence du Bénin, accompagnée de Martine Gnambodé de la CNDDB.
Les deux menus fretins, autoproclamés opposants du jour, ont bu le calice. La souffrance de nos 2 amis fut terrible et la compassion des téléspectateurs interminable. Longue fut l’agonie desdits opposants au régime de Talon et la fin de l’émission a sonné la délivrance. Ils ne s’y remettront pas de sitôt.
On assista en direct à une exécution en règle. Je serai gentil en disant qu’ une bonne correction a été administrée aux deux compères.
Dès l’entame, Wilfried Houngbédji déroula le rouleau compresseur. Chaque argument est objectivé et toute affirmation gratuite éventrée.
Léonce Houngbédji démuni , fouilla dans sa gibecière. Il n’y trouva pas de munitions. Alors il recourt à du réchauffé, du précuit et du ranci. Il se contenta de son catalogue d’imprécations. Et ça a fait un flop. Le journaliste Togbé dut le relancer afin de l’obliger à rendre ses propos intelligibles.
Quant au nommé Dine Eric ADECHIAN, il a compris qu’on est toujours plus à l’aise derrière son clavier que dans un débat contradictoire. Il exhiba des numéros qu’il qualifia pompeusement de statistiques. Point d’effet. ADECHIAN atteignit le ridicule quand il se mêla les pinceaux sur le quantième de la législature en cours.
On craignit que le débat ne cessât faute de contradicteurs en face
Alors Wilfried Houngbédji, maître du plateau sans se départir de son humour légendaire et son humilité appréciée préféra communiquer directement avec les téléspectateurs.
On retiendra que le Président Patrice Talon met en œuvre avec rigueur, méthode, diagnostic et évaluation le PAG pour révéler enfin le Bénin.
Si vous croisez Léonce Houngbadji et Eric Dine ADECHIAN, dites- leur Yaako de ma part. Car John Bri a rencontré garçon aujourd’hui.

Séraphin NOUDJENOUME

Les élèves du CEG Tohouè et de l'EPP d'Adougbè- Gbago peuvent pousser un ouf de soulagement. Et pour cause, le Conseil d'arrondissement de  Tohouè vient de mettre à leur disposition des tables et bancs offerts par de généreux donateurs. La cérémonie de remise de ces matériels a eu lieu dans l'enceinte dudit arrondissement en présence des conseillers locaux et des personnes ressources. Dans son intervention, le premier responsable du conseil d'arrondissement de Tohouè Monsieur HODONOU Dieudonné, entouré pour la circonstance des conseillers communaux AYIHAWOU Bruno et FASSINOU Maurice, a présenté un bref bilan des grandes actions  menées par la Mairie de Sèmè-Podji au profit  de l'école dans son arrondissement avant de  rassurer de sa détermination à travailler pour de meilleures conditions de travail des acteurs de ce secteur. La présente cérémonie a été une occasion pour le CA d'exprimer ses gratitudes  et celles de toute la population aux donateurs . Dans cet ordre d'idées, il a eu à remercier l'Association de Développement du village de Tohouè et le Bureau des Conducteurs Taxi Moto de Kraké qui ont fait oeuvres utiles. Pour lui, ces initiatives doivent faire école. Il en a profité pour inviter les  bonnes volontés et toutes les personnes préoccupées par le développement de l'arrondissement de Tohouè d'accompagner les élus dans les efforts de chaque jour pour le bien-être de tous et de chacun. Cette cérémonie a été aussi un excellent moment pour le CA de rendre compte de  certaines actions entreprises sur l'initiative du conseil  d'arrondissement. Au nombre de celles-ci, nous pouvons énumérer  la mise service des forages construits dans les EPP Tohouè, Dja, Adougbè, Kraké, au centre de santé d'Ayokpo sans oublier  la réfection de la toiture de la maison de peuple de Kraké- Daho.

Paul Kagamé sur radio Rwanda :

Si notre pays est au rang premier en Afrique, et que le monde entier nous observe aujourd'hui, ce n'est pas parce que nous avons le Vatican, la Kabba, la Maison Blanche, l' Élysée ou le Taj Mahal ici chez nous.
Non plus parce que vous avez un certain Paul Kagamé comme chef d'Etat, mais plutôt parce que vous avez des fils et des filles du Rwanda dans ce pays.
Des hommes et surtout des jeunes et des femmes Rwandais qui se sont pardonnés entre eux, et qui ont pris le destin de leur pays en main par le sens du travail, des innovations et du patriotisme comme étant la clé de leur progrès et de leur développement. Ce que nous faisons ici au Rwanda n'est pas un miracle, ni impossible ailleurs, il s'agit tout simplement de l'engagement de toute une nation, des jeunes et de femmes Rwandais surtout, mais aussi de volonté politique.
Bientôt, nous aurons les meilleures université du monde chez nous,(NYU, Hardvard, London school of Economics, FIT...) Nous aurons aussi les meilleurs hôpitaux au Rwanda. L'intelligence et la compétence de nos enfants seront égales ou supérieurs à celle des grandes puissances, et notre pays le Rwanda sera une nouvelle porte d'opportunité, de savoir, de technologie et d'innovation pour tous les enfants Africains et du monde qui désirent appendre chez nous ou encore nous encore nous apporter leur savoir.
Le Rwanda sera non seulement au rendez-vous des civilisations, mais aussi des sciences et des technologies et de toutes les cultures qui domineront le monde.
Aujourd'hui, plus de 40% de notre agriculture est entrain d être dominé par la technologie, l'Afrique tout entière peut faire mieux que nous pour une autosuffisance alimentaire primordiale, tout est question d'intérêt national et des peuples Africains.
Bien que nous sommes désormais loin de notre passé, faisons bon usage du présent pour faire mouche au futur. Car, le plus difficile n'est plus la d'ou on vient, mais plutôt l'a ou nous désirons et rêvons d'y aller. Au Rwanda, nous désirons et rêvons d'aller loin grace à ce peuple et à cette jeunesse désormais consciente

Curieux que trois parlementaires femmes aient voté contre les amendements constitutionnels portés par les députés du BMP et au nombre desquels figure en bonne place la question de la promotion de la femme en politique.

Cela est d'autant plus curieux que déjà souffrantes d'une faible représentativité, on aurait dû voir les femmes parlementaires se comporter autrement. Une preuve que l'illettrisme n'a pas simplement nom, manque de diplôme mais plutôt une mauvaise assimilation et interprétation de la vérité.

Et c'est pourquoi, non seulement il s'impose à notre pays que ces amendements passent mais il faudra, au besoin le faire à coup de triques, que la sensibilisation de nos populations en l'occurrence les 52% ,se fasse à la mesure de l'intoxication que distillent les ennemis du peuple et des femmes.

On ne peut faire le bien si on le connaît et le vice provient de l'ignorance ,disait Platon. Une population réellement au fait de ces quatre amendements et de l'urgence de ceux-ci pour hisser notre pays aux standards internationaux, ne pourra jamais voter Non au prochain référendum.

Joignant l'acte à la parole, l'Union fait la Nation à travers trois de ses Amazones ,est en train de gaver d'énergies et d'outils sa machine féminine pour la mobilisation générale. Selon Sadami Fagba Médégan de l'Un et ses soeurs, on ne peut pas comprendre que notre pays signataire de plusieurs instruments internationaux qui abolissent la peine de mort et promeuvent la femme, continue de traîner les pas alors que tout le monde sait que ces accords ratifiés par nos pays sont supérieurs à nos lois.

Même constat chez l'honorable Rachidi Gbadamassi qui intervenait tout à l'heure sur l'émission 5 sur 7 de la télévision nationale. Pour le député du BMP, comment comprendre que des 08 pays de l'Uemoa, seul le Bénin pourtant flatté pour la qualité de sa démocratie soit encore à la traîne pour l'institutionnalisation de la cour des comptes alors que nous crions sur tous les toits vouloir lutter contre la corruption.

Pour le député de Parakou, si le président Talon veut réellement lutter contre la corruption, c'est le lieu de le prouver en prenant ses responsabilités en ordonnant que le peuple se prononce par voie référendaire au sujet de ces amendements constitutionnels.

Voilà qui peut rassurer le chef de l'État qu'il n'est plus seul dans son combat pour la lutte contre la corruption, le développement économique et la promotion de la femme. Madame Sèdami Fagla Médégan et ses autres soeurs promettent de lancer une fatwa contre l'intoxication et la haine gratuite en politique pour un réel épanouissement de la femme béninoise.

Depuis les premières déclarations de la coalition de Djéffa qui a tenté de faire croire que la procuration de Atao Hinnouho a été obtenue de force, les réactions se sont multipliées. Après Mathurin Nago, c’est Issa Salifou qui est intervenu ce Lundi 09 Juillet sur le sujet. Avec une grosse amertume, il a dit être choqué par les propos de Guy Mitokpe sur Soleil FM, et a par ailleurs ...Lire la suite sur...https://www.lespharaons.com/benin-amendement-de-la-constitution-issa-saley-reagit-soutient-atao-hinnouho-et-tance-guy-mitokpe/

L’échec du processus d’amendement de la Constitution à l’Assemblée nationale n’est pas une fatalité, selon la majorité présidentielle. Invité sur l’émission Zone Franche de Canal3, l’He Nassirou Bako-Arifari a souligné que c’est une étape importante qui est franchie en deux décennies de tentative de révision de la Constitution.

L’obtention des trois quarts est une grande victoire. Jamais on n’a atteint cette étape

, martèle-t-il avant d’ajouter :

Après l’échec de la voie parlementaire, il faut maintenant la voie référendaire, et nous suggérons au chef de l’État l’organisation de ce référendum. Il peut accepter comme il peut décider d’attendre d’abord .

Mais avant, le député membre du Bloc de la Majorité Présidentielle a pris le soin de rappeler la pertinence du contenu de la proposition de loi portant amendement de la Constitution.

Des amendements pertinents
Au cas par cas, l’He Arifari Bako a démontré la pertinence des quatre amendements. Sur la question de la représentativité des femmes, il a rappelé les initiatives antérieures, aussi bien parlementaires que gouvernementales, mais qui ont échoué. Il en veut pour preuve la proposition de loi sur la parité, mais qui a été rejetée par les députés, alors que le Bénin, dit-il, est « sanctionné à l’international ».

…d’où le principe une femme par circonscription électorale, mais on ne pourra y arriver sans toucher la Constitution .

L’inscription de l’abolition de la peine de mort dans la Constitution est pour l’invité de Zone Franche une mise en conformité pour préserver le peuple contre un retour en arrière. « Constitutionaliser devient une garantie nécessaire », a-t-il soutenu. En ce qui concerne la Cour des Comptes, le Président de l’Alliance Amana se désole que sur les huit pays de l’Uemoa, il n’y a que le Bénin qui soit en marge alors qu’il s’agit d’une « garantie supplémentaire de la bonne gouvernance financière et de la dépolitisation des sanctions ». À tout ceci, il ajoute un point qui lui parait crucial : l’organisation régulière des élections qui impacte négativement l’économie nationale et le tissu social.

Pour les élections, on tourne au bas mot autour de dix milliards. Il faut une harmonisation ,

a-t-il dit.

Appel au référendum
L’invité de Zone franche regrette que bien qu’ayant reconnu la pertinence des quatre points, la minorité parlementaire nait pas voté pour.

Tous reconnaissent la pertinence des quatre points. Aucun d’eux n’a contesté la pertinence de cette proposition puisqu’elle répond à la question d’intérêt général. Et quand il s’agit de cela, il n’est pas question de majorité ou de minorité. Alors, nous avons été surpris que cette proposition soit rejetée. La minorité a voulu marquer son territoire

, a-t-il fait savoir. Cependant, l’He Arifari Bako croit que c’est une opportunité d’aller au référendum et de laisser le peuple trancher.

C’est une opportunité offerte de convoquer ou non le référendum, une opportunité au peuple de décider. La position du Bmp est d’appeler le chef de l’Etat à organiser le référendum ,

a conclu Nassirou Bako-Arifari.

Fulbert ADJIMEHOSSOU

Une vaine polémique a enflé depuis la nuit du jeudi 5 juillet dernier, suite au vote favorable de l’honorable Issa Salifou pour l’amendement de la Constitution du 11 décembre 1990. Sur la station Royal Fm d’Abomey le week-end écoulé, El Hadj Yacoubou Malèhossou qui était visiblement dans le secret des dieux, a remis les pendules à l’heure et éclairé la lanterne de l’opinion publique sur ce qui devrait être une évidence pour des personnes averties de la chose politique.
Fondamentalement, deux axes de son intervention suffisent à situer sur le choix de l’élu de la première circonscription électorale qui, à l’occasion de ce vote au parlement, a délivré une procuration à son homologue Affo Obo Tidjani, manifestant ainsi son accord pour les propositions objectives du Bloc de la majorité parlementaire (Bmp) en vue de l’amendement de la loi fondamentale.
A en croire El Hadj Malèhossou, cette option du député n’est nullement le fruit d’un marché politique, qui serait de l’ordre du milliard tel que distillé dans l’opinion publique, encore moins une quelconque échappatoire, pour se maintenir à l’abri de ses récents malentendus avec la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee). Le prendre ainsi serait une pure vue d’esprits non-éclairés. Ici, nous sommes en politique, et à tout moment, on peut rebattre les cartes. D’ailleurs, l’Assemblée nationale est réputée être un haut lieu de politique, et l’expression d’un député dans ce cadre devrait être perçue avec cette intelligence.

Issa Salifou, un allié de Talon…

Le message de El Hadj Yacoubou Malèhossou sur Royal Fm d’Abomey est sans équivoque. L’honorable Issa Salifou est l’un des premiers soutiens de Patrice Talon à la présidentielle de 2016. L’on se rappelle les heures sombres passées par l’homme pour sa conviction politique, sous le régime du changement et de la refondation qu’il aura combattu jusqu’au bout, c’est-à-dire à la présidentielle de 2016. C’est sans surprise qu’après le premier tour du scrutin, Issa Salifou ait rejoint la barque de la Rupture, pour un Nouveau départ dans la gouvernance au sommet de l’Etat.
Au dire de Malèhossou, les mal compréhensions ‘‘d’hier’’ entre celui-ci et le chef de l’Etat sont tout aussi naturels et font partie, pour les avisés, des rapports entre deux acteurs politiques. Aucune animosité ne prévalait donc, et il va de soi que la paix des braves conduise à une mutualisation des efforts pour la construction de l’édifice Bénin.
El Hadj Yacoubou Malèhossou a confessé que lui et certaines personnalités étaient les artisans de cette réconciliation entre les deux hommes. Ce qui s’est manifesté par l’adhésion totale de l’élu de la première circonscription électorale aux idéaux du chantre du nouveau départ. Issa Salifou a donc rejoint le Bloc de la majorité présidentielle (Bmp) afin de jouer sa partion dans la mise en œuvre effective et efficiente du Programme d’actions du gouvernement (Pag).
Son vote à l’Assemblée nationale ne devrait pas être une surprise, surtout que les points, objet d’amendement de la loi fondamentale, ont reçu l’approbation de la plupart des députés, aussi bien de la mouvance que de l’opposition avant le vote proprement dit. Hélas ! La politique a ses raisons que le Béninois lambda ignore. Et ceux qui s’acharnent à voir, coûte que coûte, l’honorable Issa Salifou dans l’opposition devront attendre bien longtemps.

DAZAN Irené Sem

Qui a dit que le Parti du renouveau démocratique (PRD) de Me Adrien Houngbédji n'est pas dans l'anticipation et l'innovation? Dans son souci de se conformer aux textes, d'actualiser les connaissances de ses cadres et de les mettre au pas en vue de leur meilleure participation aux prochaines échéances électorales, le premier parti politique de l'ère du renouveau démocratique, le PRD, organise ce vendredi 13 juillet 2018 à son siège national à Porto-Novo, une communication dans le lot d'une série programmée sur le thème : " Élaboration des comptes de campagne électorale à la lumière des exigences réglementaires : Écueils à éviter ". Il sera question pour les cadres du PRD notamment les membres du Haut conseil des sages (HCS), les vices-présidents, les membres du bureau politique et ceux de la Direction exécutive nationale (DEN) de renforcer leurs capacités, à en croire le secrétaire général du PRD, Falilou Akadiri. A noter par ailleurs que cette formation s'inscrit dans le cadre des priorités que s'est fixé le PRD depuis quelques temps notamment la formation de ses membres. Après les jeunes, c'est le tour des cadres.

Hermann OBINTI

Les nombreuses réformes envisagées par le Parti du Renouveau Démocratique (PRD) font leur bonhomme de chemin. A la suite de la promotion des jeunes et des femmes au sein du PRD et également des diverses formations organisées à leur profit, c’est au tour des membres du Haut Conseils des Sages (HCS), des Vice-présidents (VP), des membres du Bureau politique et de la Direction Exécutive Nationale (DEN) du PRD d’être outillé dans le cadre du renforcement de leur capacité. C’est à travers une série de communications sur le thème « Elaboration des comptes de campagne électorale à la lumière des exigences réglementaires : Ecueils à éviter » qui se dérouleront au Siège du Parti à Porto-Novo. La première aura lieu dès demain, vendredi 13 Juillet 2018 de 15 heures à 18 heures au Siège du Parti. Autrement dit, le PRD à travers son leader charismatique, Me Adrien HOUNGBEDJI, tient au respect des textes et aux engagements pris lors du dernier congrès du Parti à Porto-Novo. C’est alors une occasion rêvée pour les responsables à divers niveaux du PRD de s’imprégner des grands axes qui régissent l’élaboration des comptes de campagne électorale en vue d’une meilleure participation aux prochaines joutes électorales. Faut-il le préciser qu’après cette série de communications au profit des responsables du PRD, d’autres séries de formations sont également attendues au sein de cette formation politique qui ne cessera jamais d’étonner !

Ismail KEKO

Le mouvement politique Union des Jeunes Progressistes-Donga Force (UJP-DF) du jeune Leader Youssouf Nouhoum Bida a effectué sa rentrée politique le samedi 7 Juillet à Djougou. A cette occasion, le jeune Leader a rassuré le Président Patrice Talon du soutien indéfectible des populations de Djougou et de la Donga à ses actions tout en l’encourageant à poursuivre les réformes qu’il a engagées. Il a rappelé aux populations les actions entreprises par le Chef de l’Etat pour le développement de la Donga avant de les exhorter à l’unité derrière les forces politiques qui le soutiennent.

Fidèle KENOU

Djougou a démontré le samedi 7 Juillet 2018 son engagement à soutenir jusqu’au bout le quinquennat du Président Patrice Talon. C’est à l’occasion de la rentrée politique de l’Union des Jeunes Progressistes-Donga Force (UJP-DF) du jeune Leader Youssouf Nouhoum Bida. Cette rentrée politique a connu une forte mobilisation à tous les niveaux. Les imams, les têtes couronnées, les jeunes, les artisans, bref personne n’a voulu se faire conter l’événement de la sortie politique de l’Union des Jeunes Progressistes-Donga Force (UJP-DF). La joie et l’enthousiasme se lisaient sur tous les visages. Dans son message à l’endroit de la population, l’honorable Youssouf Nouhoum Bida est revenu sur les réformes proposées par le Président de la République. A ce sujet il a expliqué l’urgence d’aller à la révision des textes de la République afin de rendre possible le développement tel que proposé par le Chef de l’Etat. Ainsi pour dire que la non révision des textes est un frein au développement du pays. C’est pour cette raison qu’il a encouragé le Président Patrice Talon à poursuivre les différentes réformes qu’il a entreprises. Il va plus loin en déclarant

 Nous voudrions rassurer M. Le Président de la République que nous sommes heureux des réformes qu’il propose pour notre pays. Nous sommes heureux et nous soutenons fortement l’ensemble des réformes qu’il est en train de mener dans notre pays. Chères populations, vous devez vous rendre compte que le Général Mathieu Kérékou avait raison quand Kérékou dit que le problème du Bénin, c’est les intellectuels, le mal du Bénin, c’est les intellectuels. Paix à l’âme du Général Mathieu Kérékou. Aujourd’hui, nous avons réussi le diagnostic du pays. Le Président Talon est venu avec une sincérité à ne pas démontrer.
Il veut faire un mandat à la tête du pays. Et il a proposé des réformes avant d’être élu Président. Je voudrais vous dire qu’en matière de gouvernance, sans la réforme des textes vous ne pouvez rien. Nous sommes ici musulmans, nous allons à la mosquée, à la Mecque, c’est sur la base de quoi ? C’est sur la base du Coran. Nous ne pouvons pas agir ici en tant que musulmans sans faire référence au Saint Coran. C’est de la même manière que Dieu a organisé la vie. Nous sommes des créatures de Dieu, nous ne pouvons pas agir sans organiser la société. Aujourd’hui le Président Talon a proposé la réforme constitutionnelle et beaucoup de réformes institutionnelles. Si nous ne touchons pas à ces textes, vous pouvez croire que sans les textes le développement peut s’effectuer, ce n’est pas évident. Vous ne pouvez pas réussir le développement sans des textes qui vous permettent d’agir. Et aujourd’hui, nous sommes bloqués à plusieurs niveaux. Et c’est pour cela qu’ayant compris cela, nous disons au Président du courage. Il doit continuer. Tout le problème du pays, pour ceux qui mettent le bâton dans ses roues, il ne va pas regarder en arrière. Il doit savoir qu’il y a des milliers et milliers de béninois qui croient en ses réformes et nous faisons partie de ces milliers de béninois qui croyons aux réformes. Nous lui demandons d’être courageux dans ses réformes. Chères populations, nous voudrions également vous dire, nous nous sommes d’accord pour la réforme du système partisan, c’est une réforme institutionnelle proposée par le Président Talon. Nous avons plus de 250 partis dans notre pays. Ce n’est pas une bonne chose, ce n’est pas une fierté la manière dont nous faisons la politique. 

Membre à part entière de la mouvance présidentielle, l’UJP-DF a réitéré son soutien aux actions du Président Patrice Talon à l’occasion de sa rentrée politique.

« …Le soutien à Djougou sera un soutien sincère »

Au cours de cette sortie politique, le jeune Leader Youssouf Nouhoum Bida a insisté sur la foi des populations de Djougou ainsi pour dire que l’UJP-DF soutien de façon sincère le Président de la République Patrice Talon. En ce sens, il déclare

 Nous sommes ici à Djougou au sein de l’Union des Jeunes Progressistes pour dire à la face du monde que nous réitérons notre soutien indéfectible aux actions du Président de la République son excellence Guillaume Athanase Patrice Talon. Nous sommes ici pour dire au Président Talon que Djougou, c’est la ville des croyants. Nous sommes convaincus à travers notre foi qui est très forte en action que c’est Dieu qui élève au rang de chef. C’est Dieu qui l’a élevé au rang de Président de la République en tant que croyants, nous ne pouvons rien. Nous sommes obligés en tant que croyants de l’accompagner de façon sincère. Et je crois que le Président Talon peut compter sur la ville sainte de Djougou, que le soutien à Djougou sera un soutien sincère. 

Conscient, que plusieurs actions sont prévues dans le Programme d’Action du Gouvernement (PAG) pour l’épanouissement des habitants de Djougou, Youssouf Bida est revenu sur quelques unes de ses actions.

Rappel des actions de développement entreprises à Djougou

 Dieu merci, ici à Djougou dans la Donga, nous ne sommes pas épargnés par les actions de développement du gouvernement de Talon. Vous avez vu, nous vous avions annoncé ici à Djougou beaucoup d’actions prévues. Pas plus tard une semaine, il y a une remise de site qui a été effectué à Djougou pour la construction de la cité administrative. Il y a des politiques autour de la construction des stades. Aujourd’hui, je voudrais rassurer les populations de Djougou que dans le programme de Talon, Djougou aura un stade digne de nom. Et d’ici quelques jours vous aurez la remise de site. En dehors du stade, il y a l’académie de Djougou. Il faut nuancer, l’académie de Djougou a déjà son siège et son site. (...) Chers parents, je voudrais vous dire que nous avons eu beaucoup de choses sous le Président Talon et nous espérons encore beaucoup de choses. 

a martelé le jeune Leader face à ses militants à Djougou.

Exhortation à l’unité des forces soutenant les actions de Talon

Une maison divisée contre elle-même est vouée à la destruction. C’est fort de cela que le député Youssouf Bida a appelé les populations de Djougou à considérer toutes les forces politiques soutenant les actions du Président Talon comme étant de la même maison que l’UJP-DF. A ce titre, il a exhorté à l’unité. Il s’est voulu plus précis en ces termes

 Nous devons nous mettre ensemble ici à Djougou, que cela soit la liste ABT du Président Abdoulaye Bio Tchané qui est membre du gouvernement du Président Talon, nous devons agir ensemble pour l’intérêt de Djougou. Toutes les forces soutenant les actions du Président Talon doivent se mettre ensemble dans le sens du développement. La politique elle se fait de façon permanente au Bénin. Nous devons arrêter et nous mettre ensemble, nous unir pour voir l’intérêt des populations. Et c’est pour cela que je voudrais demander aux populations, à nos militants de considérer à partir d’aujourd’hui que les autres forces politiques soutenant les actions du Président Talon à Djougou sont nos frères de la même maison. Les amis de l’alliance ABT sont nos frères de la même maison. Nous sommes en politique, nous sommes dans la même dynamique, nous soutenons le même chef. Nous devons nous mettre ensemble pour la construction de Djougou.
Je voudrais également vous dire pour ce qui est du dernier point en termes de réformes que le Président Talon a voulu dans la réforme du système partisan que les forces politiques se regroupent. Aujourd’hui avec les autres forces dans le Nord, l’Alliance ABT, l’alliance GBIAN, l’ensemble des forces politiques, nous nous sommes mis d’accord pour engager l’appellation d’un seul colloque pour vraiment faciliter le fonctionnement des partis politiques au Bénin …

Latest Tweets

RT @belindamaiden: Wishing @Kontar81 a very HAPPY BIRTHDAY! The best birthday present would be some positive action from @JustinTrudeau & @…
New - Consulting, Finance & Business Joomla Template on #Themeforest https://t.co/rWvwVNptYR https://t.co/QWtDx8hIi2
Finance & Insurance WordPress Theme Sale on #themeforest https://t.co/CW1sfG3oYW https://t.co/ROv9f9uwHf
Follow Themewinter on Twitter

Post Gallery

LE PRD ET JUDE HOUETOGNANKOU  APPORTENT LEUR TOUCHE À LA MESSE DU FOOTBALL, PLUSIEURS LOTS GAGNÉS

Perspectives pour les législatives de 2019 dans la 19ème circonscription électorale / Et si le Prd reconnaissait enfin les mérites de Liadi Manzourou?

Le Parti du Renouveau Démocratique présente le label "PRD"

Emmanuel Macron a une nouvelle fois laissé de côté la retenue protocolaire

Projet d'éveil et de renforcement du leadership féminin / Les femmes et filles bénéficiaires PRD sensibilisées

Coopération entre le bénin et l’Israël  pour la mise en place des centres de production dans nos lycées agricoles.

Des "alcootests électroniques" pour réprimer l'alcool au volant

Démarrage des  travaux de la 1ère phase  du Projet Asphaltage à Cotonou

UBA  , meilleure banque numérique en Afrique