Super User

Super User

Selfies labore, leggings cupidatat sunt taxidermy umami fanny pack typewriter hoodie art party voluptate. Listicle meditation paleo, drinking vinegar sint direct trade.

Qui n’a pas fait d’enquête n’a pas droit à la parole. C’est d’ailleurs ce qui nous permet d’opiner sur le présent sujet qui démontre si besoin en est, combien de fois c’est facile de faire de faux procès à nos responsables politiques, souvent à tort. En réalité depuis que les services de la mairie d’Akpro Missérété ont arrêté mon chantier pour défaut de permis de construire, je cherchais aussi de quoi éprouver les nerfs du maire Bahou Minakpon Michel. C’est ainsi que j’ai découvert l’état de ces bureaux d’arrondissement réfectionnés à coup de millions. C’est tout trouvé pour abattre l’éléphant d’Akpro-Missérété, mais les contraintes de la profession sont là,
têtues comme le phallus d’un géant improductif. C’est alors qu’il m’a été donné de constater au fil de mes investigations que c’est un certain établissement Akivic du nom de son promoteur Akionla Victorin Colawolé qui a gagné le marché et violé sans préservatif les principes
élémentaires de beauté en livrant des bâtiments à la limite du répugnant. De toute évidence, nous avons fini par comprendre que cet entrepreneur ne pouvait avoir l’onction du maire Bahou Minakpon Michel, celui-là même qui a su conduire sa commune à la première place aussi bien en matière de respect des normes de passations des marchés
publics que de la gestion administrative. Nous ouvrons d’ailleurs le défi du démenti là-dessus. C’est donc pourquoi le promoteur de l’entreprise Akivic s’en prend au maire Bahou comme on s’en rend compte depuis peu ? Je dirai non, parce qu’il y a bien plus. Les ramifications politiques s’en sont mêlées entre temps comme nous avons pu nous en rendre compte à travers certaines publications. Donc, nous allons y aller petit à petit afin que même le dernier contribuable d’Akpro-Missérété sache comment des entrepreneurs sabotent les efforts de notre administration communale au nom de la politique et parfois de la méchanceté gratuite. Qui est Akionla Victorin, promoteur de l’Ets AKIVIC ? Quel est l’état de finition des infrastructures livrées par cette entreprise dans la commune d’Akpro Missérété ? Quel sont les niveaux de responsabilité ? Quelles sont les influences politiques et mêmes politiciennes au cœur des agissements de cet entrepreneur ? Autant de chantiers que nous allons parcourir ensemble au fil des prochains jours.

✍?VodFid

Un groupe de huit députés, tous membres du Bloc de la Majorité Parlementaire (BMP), a introduit au Parlement une proposition de loi portant amendement de la constitution. Le texte en question touche 11 articles et tourne autour de quatre notions cruciales notamment la suppression de la peine de mort, la création de la Cour des comptes, l'amélioration de la représentation des femmes au Parlement et enfin le regroupement des élections.
À travers une conférence de presse à la salle Sacca Kina à l'Assemblée nationale ce jeudi 28 juin 2018 aussitôt après l'affectation du dossier à la commission des lois, le Bloc de la Majorité parlementaire dont la voix a été porté par son premier coordonnateur Jean-Michel Abimbola, le troisième coordonnateur André Okounlola et la secrétaire à la communication, Orden Alladatin, a justifié son initiative. Il a surtout tenu à expliquer sa démarche avant d'annoncer son souhait de gérer le dossier en dehors de toute polémique. Face à la presse, le premier coordonnateur du BMP Jean-Michel Abimbola a laissé entendre qu'à l'issue du séminaire sur le code électoral, il y a eu des points de convergence et de consensus qui n'auraient jamais quitté l'étape du rêve à celle de la réalité sans l'amendement de la constitution en certains points. En initiant cette proposition de loi, les députés signataires ont voulu surtout prendre leurs responsabilités face aux pressions des composantes de la société, a-t-il informé. Cependant, a clarifié le député Orden Alladatin,

... par cette proposition, nous voulons éviter la polémique.....il faut toucher la constitution compte tenu de ce que demande notre peuple. Ainsi le BMP souhaite qu'on franchisse le pas. L'occasion est arrivée pour qu'on y aille dans la paix et le consensus.

, a-t-il conclu. Pour sa part, le député André Okounlola est revenu, arguments à l'appui, sur l'importance des points visés par cette proposition d'amendement de la constitution. Pour lui, les amendements visés sont utiles parce qu'ils sont mus par le souci de la transparence, d'économiser et surtout de mettre le pays au travail.

OBJECTIFS

Cette proposition vise à consacrer dans la Constitution la suppression de la peine de mort adoptée par la loi n° 2018-16 du 04 juin 2018 portant Code Pénal ; cette consécration implique un amendement de l’article 15. Elle vise également à promouvoir la représentation des femmes au sein de l’Assemblée Nationale, grâce à un amendement de l’article 81 de la Constitution : la loi électorale pourra prescrire des dispositions particulières en faveur de cette couche importante de notre Société.
Par ailleurs, cette proposition vise à aligner les mandats et regrouper les élections pour aboutir à l’organisation d ‘élections générales (présidentielles, législatives et communales) afin d’éviter à notre pays d’être constamment en période de campagne électorale et d’élection, et lui permettre ainsi de s’atteler davantage aux tâches de développement : cet objectif implique que la durée du mandat des députés soit portée à 5 ans à compter de la prochaine législature ; elle implique également que les élections législatives aient lieu au plus tard 90 jours après l’élection du Président de la République. Cet objectif est atteint par un amendement de l’article 80. Et enfin
onformer notre Constitution aux dispositions du Traité de l’UEMOA du 29 janvier 2003, en créant la Cour des Comptes qui assure une gestion transparente et efficiente des finances publiques. Cet objectif est atteint par la création de la dite Cour dans les articles 138 bis1, 128 bis2, 138 bis 3, 138 bis 4.
En conséquence, la proposition sépare les attributions de la Cour des Comptes de celles de la Cour Suprême.

Hermann OBINTI

A trois  mois de la mi-mandat qui annonce les élections législatives de 2019, Talon vient de battre un record. Il devient le premier Président de la République à réussir une révision de  la constitution, du moins la première étape.   Depuis l’élaboration de cette loi fondamentale, tous les présidents ont caressé le rêve de la réviser, qui pour des raisons opportunistes, qui pour un troisième mandat. Talon lui, la révise pour rééquilibrer le système politique et amorcer le ...Lire la suite sur...https://www.lespharaons.com/benin-referendum-constitutionnel-talon-maitre-du-jeu/

Après la prise en compte par les 62 députés qui soutiennent officiellement le chef de l'État, le second vote vient de donner le même résultat que le premier vote, soit 62 voix pour, 19 contre et une abstention. Les 4/5 prévus par la constitution ne sont pas trouvés pour donner le OK aux amendements apportés à la constitution. Ce qui conduit le Bénin à l'organisation d'un référendum. Les yeux des béninois seront tournées vers l'organisation du référendum par le gouvernement de la rupture.

E.J. ALLAGBE

Divisée sur l’attitude à adopter face à la proposition de la loi portant amendement de la constitution, l’opposition n’a rassemblé que 19 votes ce jeudi quant à la prise en considération du texte. Deux des vingt-deux députés qui avaient bloqué la recevabilité du projet de révision de la ...Lire la suite sur...https://www.lespharaons.com/benin-politique-atao-hinnouho-et-issa-salifou-convaincus-de-lurgence-de-la-reforme/

Le Président de la République, Patrice Talon et son gouvernement apportent leur caution à la proposition de loi portant amendement de la Constitution portée par huit parlementaires. Le message est porté par le Garde des sceaux, Ministre de la justice...lire la suite sur... https://www.lespharaons.com/benin-amendements-constitutionnels-severin-quenum-apporte-la-caution-du-gouvernement-a-linitiative/

Le tout nouveau Garde des Sceaux, ministre de la justice béninois, a été reçu en audience dans la matinée de ce jeudi 05 juillet 2018, par le président de l’Assemblée nationale, en son cabinet au palais des gouverneurs à Porto-Novo. C’est en marge des travaux de la séance plénière des députés, consacrée à l’examen de la proposition de loi portant amendement de la constitution du 11 décembre 1990. Une visite protocolaire, qui aura permis à Me. Sévérin Quenum de remercier et de féliciter le président Houngbédji ainsi que l’ensemble des députés pour leur accompagnement aux différentes réformes initiées par le président Talon et son gouvernement.
Lire sa déclaration à sa sortie d’audience

Je sors d’une audience avec le président de l’Assemblée nationale, la deuxième personnalité de l’Etat. C’est une visite protocolaire, mais assez instructive, parce que j’en sors heureux et rassuré. Heureux, parce que le président de l’Assemblée nationale, m’a assuré de sa disponibilité et de sa bienveillance. Rassuré, parce que j’ai pu noter, avec beaucoup de bonheur, qu’il partage la vision du chef de l’Etat et du gouvernement, pour ce qui concerne les grandes réformes qui permettent de moderniser notre Etat, de le rendre plus démocratique. Cette vision commune se construit aussi bien au gouvernement qu’à l’Assemblée nationale. J’ai pu apprécier n’étant même pas encore au gouvernement, l’excellente qualité des relations, très harmonieuses, qu’il y a aujourd’hui entre l’Assemblée nationale, ayant à sa tête, le président Adrien Houngbédji, un homme de grande qualité, un homme d’Etat et pour ce qui est de la conduite des modalités d’aboutissement de ces réformes. Vous le savez peut être, notre Assemblée nationale est tenue pour être l’une des plus studieuses de l’Afrique au sud du Sahara, en terme de productions et en terme également de qualité des lois qui y sont votées. Aujourd’hui, c’est de grands chantiers qui s’ouvrent au parlement avec la réforme du code électoral, la réforme de la charte des partis politiques, qui commandent une révision constitutionnelle préalable. Il est donc de bon ton également, qu’à l’ouverture de ces chantiers, que j’aille saluer le président de l’Assemblée nationale et m’assurer de la convergence de vue entre le gouvernement et l’Assemblée nationale. Voyez-vous, notre pays semble être un pays difficile, lorsqu’il s’agit de la question de la réforme et de la révision constitutionnelle, qui est tenue comme étant une question sensible. Je crois qu’il est temps, que nous nous guérissions de nos peurs, de nos suspicions légitimes, même de nos suspicions réciproques pour aller de l’avant, et entreprendre courageusement les réformes qui permettent l’avènement d’un Etat de droit, démocratique et moderne. A l’instant où je vais rencontrer la plupart des députés pour la première fois, je m’en voudrais de ne pas saluer également le travail qu’ils font et puis espérer que, comme le président m’a assuré, que j’aurai une oreille aussi attentive que mon prédécesseur, avec qui ils avaient entretenus de très bonnes relations .

Amzath Saïzonou

"J'ai lu ton post d'hier dans lequel tu annonçais la déclaration d'une fille du président Séfou Fagbohoun au profit du président Talon. Si c'est de tata Kara que tu parles , je pense que cette grande dame mérite le soutien de toutes les femmes de ce pays. Elle m'a personnellement marqué de son bon cœur de mère".

Voilà comment mon frère Sidikou a commencé notre échange téléphonique qui a duré une heure. En effet le nom de cette fidèle du président Talon lui est resté dans la tête le jour où elle a posé devant lui un acte de foi comme nous le recommande notre prophète.

Un jour le patron de l'Agence Caméléon était dans une difficulté avec des parents et amis à lui où il était question de secourir une femme en travail à l'Homel et qui manquait cruellement d'un sang dont personne dans le groupe n'était donneur faute du Rhésus qui convenait à la patiente.

Malheureusement il n'y avait plus de sang à la banque. Et c'est là que l'idée leur est venue de faire une annonce sur les réseaux sociaux. Malgré l'heure tardive , et aussitôt l'annonce postée, dame Karamatou Fagbohoun qui vivait bien loin de cet hôpital, a décidé de faire le déplacement pour sauver cette compatriote en difficulté.

Elle est venue et a donné le précieux liquide sans même déposer ses coordonnées pour un quelconque remerciement au téléphone.

Cela a surpris Sidikou KARIMOU de voir qu'il y a encore des gens qui partagent comme lui cet amour pour le bien, ce devoir pour la solidarité agissante. Voilà pourquoi il a tenu à me faire cette confidence ce matin.

À sa décharge, dame Karamatou Fagbohoun qui tient réellement de son généreux de père, Séfou Fagbohoun, mérite bien le soutien des femmes béninoises.

Et moi Takou de décevoir mon frère Sidikou . Il n'aurait pas souhaité que j'en parle ici. Mais je vais enfoncer le clou en ajoutant à l'actif de ce gentil monsieur connu pour son éternel bon humeur qu'il fait partie des gens qui m'ont soutenu dans mes difficultés de 07 ans de chômage.

Et comme notre papa Yayi n'est plus là, je vais me permettre de dévoiler un secret. C'est Sidikou KARIMOU qui nous avait hébergés Éric Tchiakpé et moi dans une villa à Lomé au moment de notre fuite du Bénin traqués qu'on était par la justice et la brigade de recherche pour avoir "parlé français" dans un journal.

Excuse moi frangin de tout dire mais c'est aussi un devoir pour moi de faire ce témoignage sur ta personne. On ne perd rien en ce bas monde à faire du bien et Karamatou Fagbohoun mérite bien ses lauriers d'or.

Moi-même Takou je commencerai à faire du bien. Mais comme je suis un petit voyou, je pense commencer mon apprentissage à faire du bien sur les petites "gros" de 22 ans.

GI est à Dubaï depuis quelques jours. Cotonou m'appartient. Lol

Tous les regards sont braqués ce jeudi 05 juillet 2018 vers le Palais des gouverneurs à Porto-Novo où aura lieu l'examen de la proposition de loi portant amendement de la constitution du 11 décembre 1990. Une des 7 femmes héroïques de la 7e législature sur les 83 députés, l'honorable Sofiath Schanou Arouna, profite de l'effervescence qui gagne les foyers et la vie publique nationale autour de cette loi pour ouvrir son coeur et lancer un appel aux femmes. Pour l'élue de la 19 e circonscription électorale, il ne s'agit pas de la révision en tant que telle de la constitution mais de retouches de quelques points relatives à l'institution de la création de la Cour des comptes, à l'institution de l'abolition de la peine de mort, au couplage des élections et enfin à l'amélioration de la représentation de la femme aussi sein du Parlement. Parlant du quatrième point, l'honorable Sofiath Schanou Arouna s'est adressée à la gent féminine.

....nous sommes plus de 52 pour 100 de la population et pour le compte de la 7e législature , nous ne sommes que 7 femmes sur les 83 députés. Mais avec cet amendement, nous aurons la chance d'avoir plus de femmes à la 8e législature. Je souhaite que pour la 8e législature, nous ayons plus d'une dizaine de femmes sur les 24 qui vont s'ajouter aux 83 députés prochainement. Pour ce faire, je voudrais demander à toutes les femmes du Bénin de faire comme moi en croisant les doigts pour prier pour les députés...

Hermann OBINTI

À l'école primaire publique urbaine centre d'Ifangni ce samedi 07 juillet 2018, tout est en place pour le démarrage du meeting du Rassemblement des bâtisseurs de l'unité et du développement (RBUD), un bouclier dans le plateau pour le président du Rassemblement national pour la démocratie(RND), l'honorable Jean-Michel Hervé Abimbola. Les populations sont venues nombreuses des quatre coins de la 21 e circonscription électorale pour manifester leur soutien au président du RND ainsi qu'au président Patrice Talon. Comme annoncé précédemment, toute la crème politique du Plateau est présente à cette fête politique qui sera rehaussée par une bonne dose de discours politiques et de touches culturelles. Il s'agit du président Jean-Michel Hervé Abimbola du parti Rassemblement national pour la démocratie (RND), du ministre des Enseignements maternel et primaire Salimane Karimou, du premier adjoint au maire d'Ifangni et ancien maire Raymond Fafoumi, qui est d'ailleurs le président du comité d'organisation dudit événement, du maire de Sakete, Pierre Adéchi, de l'ancien maire de Sakete, Raliou Arinloyé, de Laissi Bankole, directeur départemental de la culture. À noter que le Parti du renouveau démocratique (PRD) était représentée par une forte délégation conduite par le maire d'Ifangni, André Zannou, et Alexandre Sohou, membre du bureau politique. Karamatou Fagbohoun du Madep était également de la partie. Les images parlent mieux.

Hermann OBINTI

Latest Tweets

RT @belindamaiden: Wishing @Kontar81 a very HAPPY BIRTHDAY! The best birthday present would be some positive action from @JustinTrudeau & @…
New - Consulting, Finance & Business Joomla Template on #Themeforest https://t.co/rWvwVNptYR https://t.co/QWtDx8hIi2
Finance & Insurance WordPress Theme Sale on #themeforest https://t.co/CW1sfG3oYW https://t.co/ROv9f9uwHf
Follow Themewinter on Twitter

Post Gallery

LE PRD ET JUDE HOUETOGNANKOU  APPORTENT LEUR TOUCHE À LA MESSE DU FOOTBALL, PLUSIEURS LOTS GAGNÉS

Perspectives pour les législatives de 2019 dans la 19ème circonscription électorale / Et si le Prd reconnaissait enfin les mérites de Liadi Manzourou?

Le Parti du Renouveau Démocratique présente le label "PRD"

Emmanuel Macron a une nouvelle fois laissé de côté la retenue protocolaire

Projet d'éveil et de renforcement du leadership féminin / Les femmes et filles bénéficiaires PRD sensibilisées

Coopération entre le bénin et l’Israël  pour la mise en place des centres de production dans nos lycées agricoles.

Des "alcootests électroniques" pour réprimer l'alcool au volant

Démarrage des  travaux de la 1ère phase  du Projet Asphaltage à Cotonou

UBA  , meilleure banque numérique en Afrique