Super User

Super User

Selfies labore, leggings cupidatat sunt taxidermy umami fanny pack typewriter hoodie art party voluptate. Listicle meditation paleo, drinking vinegar sint direct trade.

L’innovation dans la formation est le maître mot de l’Ecole de Formation des Personnels d’Encadrement de l’Education Nationale (EFPEEN) de Porto-Novo. Cette Ecole, sous tutelle du Ministère des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle, est chargée de former les Conseillers Pédagogiques (CP), les Inspecteurs Pédagogiques, les Chefs d’établissements et les autres membres de l'administration scolaire aussi bien pour les enseignements maternel et primaire que pour les enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle. Actuellement, 17 élèves Inspecteurs des Enseignements Maternel et Primaire suivent, depuis le lundi 22 octobre, un module de sciences pratiques dans cette Ecole.

L’idée est géniale: mettre les concepteurs de l’éducation face aux réalités de la vie pour une école qui allie formation et besoins réels.

C’est un module de sciences pratiques prévu dans le cursus de formation, un peu pour rompre avec la formation classique,

a expliqué le Directeur de l’EFPEEN, Dr Abdou Waïdi BELLO. «Ce module de sciences pratiques leur permet de vivre les réalités d’un certain nombre de métiers de la société. Normalement, ils sont sensés plus tard élaborer des modules pour former les CP et les enseignants pour que désormais, nos enfants à l’issue de la classe de CM2 puissent sortir avec un savoir-faire en plomberie, en peinture… Bref un petit savoir-faire quelque part.»

Quand vous mettez un enfant en apprentissage dans nos villages, lorsqu’il fait un ou deux ans, il sait déjà faire quelque chose dans la vie. Mais à l’école, lorsqu’il finit ses six années au primaire et qu’il devient un déscolarisé, il ne sait rien faire d’autre. C’est comme si toutes ces années de formation étaient perdues.
Je suis vraiment séduit par le caractère pratique de ce module de formation. Cela nous interpelle à un niveau élevé par rapport à nos programmes : qu’est-ce qu’il faut faire pour que l’éducation soit suffisamment plus pratique que théorique,

s’interroge l’élève Inspecteur Sylvain MIKPONHOUE.

Nous devons demander aux CP, aux Directeurs d’école et aux enseignants pour qu’on ne confine plus les enfants seulement dans la théorie,

plaide l’élève Inspecteur Justin LODONOU.

Que l’école permette, quel que soit le niveau où l’enfant sort du système, qu’il ait déjà une motivation pour aller vers un métier,

a soutenu Dr Abdou Waïdi BELLO. Cette orientation voulue par ce module de sciences pratiques à l’EFPEEN est, d'ailleurs, bien en phase avec le Programme d’Actions du Gouvernement. Pour les élèves Inspecteurs de l’enseignement secondaire, le module de sciences pratiques va porter, entre autres, sur la maintenance des ordinateurs. Tout compte fait, le rêve de l’EFPEEN, c’est d’être une école de formation de référence.

Justin AMOUSSOU

(Du renfort pour le Bloc Républicain)

Pour consolider sa participation au grand parti politique en cours de création dans la perspective des prochaines consultations électorales, la coalition Bénin En Route continue de ratisser large. L'engouement des formations et groupes politiques se fait grand et les adhésions se multiplient.
Le week-end dernier en effet, trente cinq (35) nouveaux mouvements politiques basés dans la 19ème circonscription ont vu valider leur adhésion à la coalition Bénin En Route. C'était au cours d'une cérémonie présidée par le président Jean-Baptiste Houngue. Au nombre de ces mouvements qui ont pris la résolution de rejoindre le bloc républicain sous la bannière de la coalition Bénin En Route, on peut citer entre autres: Mouvement Union Sacrée, Mouvement Union pour la Paix, Mouvement les Amazones de Patrice Talon, Les jeunes Étudiants Bâtisseurs, Mouvements Bâtissons notre pays, Mouvement Ma patrie d'Abord, Mouvements des jeunes démocrates de Sème kpodji, mouvements des jeunes pour un Bénin meilleur, Creuset Horizon pour tous, Cercle des jeunes engagés pour le développement, Mouvements des jeunes unis pour la paix, Mouvements des jeunes pêcheurs de Aguégué, Mouvement des jeunes braves d'adjohoun, Mouvements des zems dynamique de Dangbo, Coalition des syndicats de la 20em circonscription, Mouvements des jeunes diplomates de Tanzoun, Mouvements des femmes ayidoté de Tanzoun, Union des jeunes de d'avrankou, mouvements des jeunes socialistes, mouvements Bénin de demain, mouvements des jeunes soutiens de Talon, mouvements Élan pour un Bénin engagé, mouvements des jeunes démocrates d'akpakpa, Jeunes progressistes d'akpakpa, Mouvement des jeunes africains pour la paix et le développement, Mouvements des jeunes pour une gouvernance républicaine, Mouvement des femmes Gomido de Comédie, Mouvement des jeunes de Ouidah, Mouvement des artistes pour un Bénin révélé, Mouvement des jeunes unis pour la paix et le développement de Comé...

l'Amazone du tissu associatif de Lyon madame Delphine BAYA en séjour au Bénin a rendu une visite de courtoisie à Michel M. BAHOU. À la tête d'une délégation de dix (10) personnes, madame Delphine BAYA a salué la vision de développement du maire. Michel M. BAHOU et Delphine BAYA deux acteurs de développement avec un fort ancrage associatif ont revisité les possibilités de collaboration.
La délégation de la France a remercié le maire Michel M. BAHOU pour son accueil. Il faut préciser que les élèves du lycée technique de Porto-Novo et du lycée Toffa se sont joints à la partie française.

La réforme du système partisan qui se concrétise sûrement sous le règne du Président Patrice TALON porte à ne plus en douter la marque du leader charismatique du parti du renouveau démocratique (PRD).

Me Adrien HOUNGBEDJI puisque c'est de lui qu'il s'agit, a planté le décor le 15 juin 2015 à l'occasion de son investiture. Et depuis lors, il n'a cessé de rappeler à tous les acteurs sociopolitiques l'imperieuse nécessité d'assainir le milieu partisan au Bénin. En effet, après un diagnostic profond de l'ancien système partisan hérité de la Conférence des Forces Vives de la Nation de 1990, le président de l'Assemblée nationale s'est fixé comme premier défi à relever sous la 7eme législature, la réforme du système partisan. Une réforme politique qui apparaîtra quelques mois plus tard, comme le maître mot du régime du Président TALON.

Le numéro un des législateurs de la 7eme se sentait donc réconforté dans son projet et n'a cessé d'en rabattre les oreilles à ses collègues. Au sein de son parti, les membres des différentes instances dirigeantes ont été plusieurs fois conviés à des réflexions sur le projet chaque fois que l'occasion s'y prête. De l'université de Vacances au Congrès ordinaire en passant les Conseils nationaux et les congrès extraordinaires, les militants et militantes des Tchoco Tchoco ont à plusieurs reprises, réfléchi aux accords devant exister entre le PRD et ses nouveaux alliés. Les questions liées à la participation du parti au sein du nouveau Parti n'ont pas été occulté.

Au dernier conseil national tenu dans les locaux du parti à Porto-Novo quelques heures avant le congrès extraordinaire du week-end écoulé à Avrankou , les militants ont été à nouveau conviés à l'exercice de profondes réflexions sur lavenir du PRD avec l'avènement de cette nouvelle réforme. C'est dire que le PRD est à lavant-garde de la réforme du système partisan au Bénin.

A Berlin, le Chef de l'État Patrice TALON a présenté aux investisseurs privés les mérites économiques de son pays et les mesures phares ,efficaces prises par son Gouvernement en quelques mois pour favoriser l'investissement privé au Bénin. Un discours riche qui a séduit tous les participants qui promettent s'installer bientôt au Bénin.

Patrice TALON :

...mon Gouvernement a ,depuis avril 2016 mis en oeuvre des reformes majeures qui concourent à faire du Bénin l'un des espaces les plus favorables à l'investissement privé étranger. Il s'agit notamment de l'assainissement du cadre macroéconomique et de la gouvernance permettant désormais au Benin de disposer d'un cadre macro des plus stables avec l'appui du FMI,
  • de l'amélioration de l'environnement général des affaires, consistant entre autres à la simplification et à la rationalisation du cadre global d'intervention du secteur privé,
  • de la réforme du marché du travail,
  • du renforcement du secteur énergétique et de la sécurisation de la propriété foncière. De manière concrète ,nos actions ont permis de moderniser ,dématérialiser et simplifier l'ensemble des formalités administratives, fiscales et douanières..

Aimé D. Jerry

En avant pour l’investissement privé sécurisé !

…Convaincu, que la disponibilité d’une main d’œuvre locale bien formée et à un coût compétitif est un élément important de compétitivité, nous avons lancé une réforme complète de notre système éducatif afin de rendre disponible à court terme la main d’œuvre qualifiée nécessaire. Disposer de l’énergie de qualité à un coût raisonnable est une condition préalable à la mise en œuvre de toute politique de transformation structurelle de l’économie. A cet effet, notre programme de renforcement de capacités énergétiques nous permettra d’atteindre à très court terme, l’autonomie énergétique et d’exporter notre production à travers le marché régional de l’énergie électrique…La mise en œuvre satisfaisante de ces réformes témoigne à juste titre, de notre volonté et de notre engagement à coopérer avec le secteur privé en général et les partenaires allemands en particulier. Je vous invite donc à explorer les nombreuses opportunités qui se dégagent actuellement au Bénin, aussi bien dans les secteurs de l’agriculture, du tourisme, des infrastructures que de l'énergie et bien d’autres encore. D’ores et déjà, je puis vous rassurer qu’au Bénin, vous serez comme chez vous…

En avant pour les réformes !

 … mon Gouvernement a, depuis avril 2016, mis en œuvre des réformes majeures qui concourent à faire du Bénin, l’un des espaces les plus favorables à l’investissement privé étranger. Il s’agit notamment :
  • de l’assainissement du cadre macroéconomique et de la gouvernance permettant désormais au Bénin de disposer d’un cadre macro des plus stables avec l’appui du FMI,
  • de l’amélioration de l’environnement général des affaires, consistant entre autres à la simplification et à la rationalisation du cadre global d’intervention du secteur privé,
  • de la réforme du marché du travail,
  • du renforcement du secteur énergétique, et
  • de la sécurisation de la propriété foncière.
De manière concrète, nos actions ont permis de moderniser, dématérialiser et simplifier l’ensemble des formalités administratives, fiscales et douanières. Une nouvelle loi sur les conditions d’embauche dérégule désormais le recrutement et simplifie la rupture du contrat de travail. Aujourd'hui, les entreprises ont la possibilité de recruter sur contrat de travail à durée déterminée renouvelable quasi indéfiniment. Le montant des indemnités à payer en cas de licenciement est plafonné à neuf mois de salaire, quel que soit le motif du licenciement. Nous venons également de mettre en vigueur une réforme du droit de grève qui limite la durée totale des grèves à 02 jours maximum dans un même mois et à 10 jours maximum par an. Ces mesures difficiles sur le plan social sont indispensables pour l’investissement privé...

Le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji a présenté ce lundi 29 octobre 2018, le 7ème rapport d’activités de la législature en cours. Un document qui renseigne sur les activités parlementaires menées pendant les six derniers mois, aussi bien à l’intérieur de l’institution qu’à l’extérieur du Bénin, la mise en œuvre du Plan stratégique de développement et de modernisation de l’Assemblée nationale suivant ses différents axes ainsi que la diplomatie parlementaire. Au cours du débat qui s’en est suivi, le député Gildas AGONKAN a salué les capacités managériales, le leadership éclairé ainsi que l’esprit d’humilité du président HOUNGBEDJI et qui lui permettent de conduire le Parlement dans un esprit consensuel pendant les périodes de turbulence. Au sujet des prétendues menaces que constitueraient les lois votées sur la démocratie béninoise, l’élu du peuple a martelé que la démocratie béninoise se porte bien et c’est l’audace dans l’assainissement des pratiques qui inquiète. Lire l’intégralité de son intervention.

 

…Je voudrais faire ressortir un aspect de votre gouvernance. C’est votre capacité à diriger ce Parlement dans un esprit consensuel malgré les turbulences. Quelques fois je suis surpris quand j’entends parler de caporalisation d’un camp sous votre gouvernance. Ceux qui disent par exemple que vous empêchez l’expression de la contradiction, ils le disent sans s’être inquiétés. Les gens disent qu’on les empêche de parler et ils parlent. Ils disent : quand vous critiquez on vous arrête et ils critiquent et ils se lèvent et rentrent sans s’être inquiétés. Quelle contradiction ! Je parlerai même de mauvaise foi. La démocratie, c’est une minorité qui s’exprime et une majorité qui s’exprime. Comme quelqu’un l’a dit, 20 ou 23 députés nous ont dicté leur loi ici, légitimement. Je crois que personne n’est inquiétée dans cet hémicycle par les propos qu’elle tient, pourvu que vous respectiez la logique du Règlement intérieur qui nous gouverne tous. Et à aucun moment, le Président de l’Assemblée nationale n’a fait entorse à ce Règlement intérieur. La parole est restée libre toute les fois que le Règlement intérieur est respecté. Je voudrais donc dire que notre démocratie est dans une phase de fierté parce que nous sommes dans ce que j’appellerais « l’audace dans l’assainissement des pratiques », l’assainissement économique, l’assainissement financier, l’assainissement politique, l’assainissement moral. Les assainissements peuvent agacer parce qu’ils font mal mais au bout du rouleau, ils aboutissent toujours à un mieux-être pour le peuple et pour le développement de la Nation (…) Notre démocratie est débout, seuls ceux qui passent à côté peuvent subir la rigueur de la loi parce que personne n’est inquiétée par abus. Si vous devez être jugé, vous serez jugé par la loi. Lorsqu’un fait un procès à ces dispositions de la CRIET que nous avons votées, je dis non. C’est un couteau que nous avons remis aux Magistrats. Le couteau sert à tuer et aussi à couper la viande et le gâteau pour manger. Il revient aux hommes de droit d’exploiter à leur convenance l’outil que nous leur remettons pour le renforcement de notre démocratie. L’autre chose qu’on oublie de dire c’est que pendant la période de référence, c’est plus de 240 milliards de francs Cfa que nous avons ratifié afin que le gouvernement qu’on traite d’incapable de mobiliser des ressources financières, puisse réaliser des projets structurants dans le domaine social, de la gouvernance, des infrastructures, etc. Et on dit que ça n’impacte pas nos populations. Je voudrais terminer en disant, Monsieur le Président que vous devez être fier de notre action, des actions de la majorité et de la minorité parlementaire, parce que ce qui se passe ailleurs, ne se passe pas ici. Ceux qui critiquent votre action, je ne suis pas sûr qu’ils aient la patience et l’élégance de se faire attaquer, de se faire vilipender et se taire. Je voudrais demander au gouvernement d’être présent davantage au Parlement. Et c’est ça aussi un autre indicateur de votre honnêteté intellectuelle ; vous l’avez rappelé à l’ouverture de cette session ordinaire, le rôle éminemment important que joue le Parlement dans l’arsenal juridique de notre démocratie. Je voudrais donc dire au gouvernement de ne plus s’inquiéter parce que le contrôle de l’action gouvernementale est une action salutaire pour le pays.

Propos recueillis par : Prince Germin DJIMIDO

Ce n'est pas en cassant le thermomètre qu'on fait baisser la fièvre

nous a enseigné une sagesse ivoirienne. Cette sagesse semble s'appliquer à la situation politique telle qu'elle se manifeste actuellement dans la dixième circonscription électorale, ponctuée par une folie des grandeurs qui s'empare de la jeunesse politique de ce découpage électoral.

À vrai dire, à mesure que les jours s'égrènent et nous rapprochent des élections législatives, l'agitation de la nouvelle génération politique de cette région électorale ne s'estompe guère, mais n'entame visiblement en rien la notoriété des vieux routiers politiques qu'elle veut voir s'éclipser maintenant et tout de suite de la scène politique.

Nous n'avons aucunement la prétention de paraître subjectif, partisan ou soutien à un camp dans cette guerre asymétrique et absurde que livrent actuellement les jeunes politiques à l'ancienne classe politique de la 10 ème circonscription électorale comme nous en avons toujours l'habitude dans nos réflexions, mais le bon sens et la géopolitique telle qu'elle se présente aujourd'hui dans cette circonscription électorale en plus de la vision politique claire et affichée du chef de l'Etat son excellence Patrice TALON nous recommandent de voir la réalité en face pour ne pas nous enliser.

L'ambition politique est d'abord incontestablement d'essence divine avant d'être aujourd'hui l'apanage des hommes ,et recèle toutefois quelques interdits dont le respect et l'observance fait de vous un acteur politique redoutable . Et pour la jeunesse fougueuse et incontrôlée, l'ambition politique devient une obsession, une sorte de maladie née de l'orgueil lorsqu'elle est dépouillée de toute rationalité dont certaines subtilités et des paramètres endogènes et socio culturels à ne point franchir.

Dans la 10eme circonscription électorale cependant, la génération politique montante semble prendre au pied de la lettre la notion même de l'ambition politique et se confine dans un déchaînement de passion, une attitude hystérique et blâmable contre leurs aînés politiques dont l'honorable Edmond AGOUA et dans une moindre mesure son homologue Benoît DEGLA.
La campagne de déstabilisation s'accentue et prend aujourd'hui une allure honteusement puérile et complètement absurde au point où il ne serait pas hâtif de tirer la conclusion selon laquelle les meneurs de cette campagne insalubre semblent ne pas maîtriser les notions sur la genèse de la politique dans cette région du Bénin.

Il y a un fait indiscutable qu'aucun de ces jeunes politiciens surexcités ne sauraient remettre en cause. L'honorable Edmond AGOUA reste l'acteur politique qui a révélé politiquement la dixième circonscription électorale même si on doit admettre que l'honorable Benoît DEGLA s'y illustre désormais clopin clopan.

À vrai dire même s'il en existait avant lui, l'honorable Edmond AGOUA reste tout de même le père de la politique dans la région Mahi de Glazoue et environs et il faut être amnésique ou il faut vraiment avoir une fois souffert d'un somnambulisme chronique pour ne pas l'admettre.

À cet effet, une question mérite bien qu'on la pose.

C'est quoi donc cette attitude de jeunes politiciens qui piaffent d'impatience pour prendre la relève alors que ceux qui doivent leur passer la main semblent maintenant encore plus utiles que jamais?

Qu'on ne se leurre donc pas chers jeunes, dans le contexte actuel de la réforme du système partisan où des identités politiques de même que de régions entières sont appelées à fondre dans de grands ensembles qui d'autre que Edmond AGOUA peut à l'heure actuelle où nous sommes à la croisée des chemins peut dignement porter le flambeau politique de la 10 ème circonscription électorale?

Je n'en trouve aucun pour l'instant.
C'est vrai que des noms que je voudrais pas évoquer ici circulent sur les réseaux sociaux comme étant de potentiels successeurs, mais à y voir de près aucun d'eux n'a encore pour le moment la carrure et le charisme nécessaire pour s'imposer dans les blocs politiques en construction et pour maintenir présente la 10 ème circonscription électorale puisqu'il s'agit desormais de la représentation et non de la représentativité.

Mieux, l'honorable Agoua avec son parti PDPS qui a fait déjà moult exploits politiques novateurs dans cette région et l'Alliance Eclaireur dont il est président reste incontestablement l'un des membres fondateurs du bloc progressiste, le premier plus grand bloc politique autour de Talon et semble déjà avoir pion sur rue dans les Collines.

Incontestablement alors avec le schéma politique qui se profile , Edmond AGOUA restera le potentiel répondant de la mouvance presidentielle dans la dixième circonscription électorale conformément à la vision politique du chef de l'État pour les échéances électorales qui viennent.

Visiblement l'honorable n'a pas encore fini de dicté la voie à suivre et n'est pas non plus , je suis convaincu, arrivé déjà au soir de sa vie politique comme ces jeunes s'illusionnent à le colporter pour semer une confusion dans la tête des populations de cette région des collines, ce qui ne s'accommode pas avec la vision du chef de l'Etat qui estime que pour gagner les élections il faut toujours rallier les grands électeurs ou les décideurs politiques comme l'honorable AGOUA qui s'impose aujourd'hui dans la dixième circonscription électorale avec un palmarès politique qui force l'admiration.

Je crois et c'est aussi l'avis de tous qu'il est impérativement souhaitable que ces jeunes agités se rangent sous le poumon politique de la dixième qu'est l'honorable Agoua pour ne pas avoir à souffrir des supplices de tantale.
Nous sommes à l'ère de grands regroupements auquel le chef de l'État appelle désormais les acteurs politiques béninois mais ces jeunes politiciens de la dixième circonscription appellent quant à eux à l'individualisme politique, une sorte d'orgueil mal fichu qui a pris possession de leur âme, au lieu de faire bloc derrière leur leader politique pour que OUESSE, GLAZOUE, SAVE et autres localités de la dixième circonscription électorale sortent victorieuses et politiquement en marche dans la nouvelle dynamique politique vers un peu plus d'éclaircies dans la pratique qui est désormais imprimée par le chef de l'État.

Mais s'ils s'obstinent à continuer dans cette dérive, pas grave la balle est ronde pour tout le monde et rendez vous bientôt sur l'aire de jeu pour le challenge car il ne sera pas question de demander aux aînés de s'éclipser pour leur permettre de s'installer mais en son temps on les aurait déjà prévenu


BASHOLA MOUSTAPHA/ Afrique Média

Ils avaient triché sur leur âge pour participer aux éliminatoires de la CAN des moins de 17 ans. La justice béninoise s'est penchée sur leur cas et a rendu son verdict ce mardi matin. Le tribunal a suivi les réquisitions du procureur.
La condamnation la plus lourde est de douze mois d’emprisonnement dont deux fermes et dix assortis de sursis, peine infligée à l’ancien et tout-puissant président de la Fédération béninoise de football, Anjorin Moucharafou, à l’entraîneur, ses adjoints et au médecin de l’équipe. Ils sont reconnus coupables de « complicité d’usage de fausse attestation ». Selon le calcul d’un avocat, ils totaliseront les deux mois d’emprisonnement le 7 novembre prochain et devront recouvrer la liberté ce jour-là.

La dizaine de joueurs concernés, ceux pour qui on a établi facilement et rapidement de faux actes de naissance, sont punis de six mois d’emprisonnement, dont un ferme. Ils sont condamnés parce qu’ils ont avoué avoir menti sur leur âge réel. Certains avaient minoré leur âge de plus de six ans parfois.

A l’énoncé du verdict, ils étaient soulagés. Ils savent qu’ils vont quitter la prison civile de Cotonou dès aujourd’hui. Ils ont séjourné plus d’un mois déjà à la maison d’arrêt. Pendant les débats, ils avaient plaidé coupables.

Quatre personnes ont été relaxées pour infraction non constituée. Parmi elles, une ancienne ministre, professeur agrégée en imagerie médicale et propriétaire de laboratoire.

Les réactions publiques sont rares, visiblement parce que le verdict semble arranger tout le monde. Et selon nos informations, il n’est pas sûr que les condamnés fassent appel du jugement. Si c’est le cas, l’affaire devrait s’arrêter là.
Dans ce dossier, dit un avocat qui a requis l’anonymat,

 le Bénin tenait à laver son honneur à l’intérieur comme à l’extérieur .

Latest Tweets

Conference Event HTML Template - New released https://t.co/vgF5mgzNoL https://t.co/aAq2DY0gNW
News Magazine #Joomla Template New release on #Themeforest https://t.co/f5w59DraSF https://t.co/QIe5KIw9Zh
@envato_help Dear ticket id: 1266898. No one answering the ticket. 2 days without a solution. Please, check.
Follow Themewinter on Twitter

Post Gallery

FIXATION DES FRAIS DE DÉLIVRANCE DU FONCIER DANS LES MAIRIES: TALON met fin à un vaste réseau d'escroquerie du siècle

Installation officielle des structures du PRD à Akpro-Missérété, pari gagné pour Michel M. BAHOU

CONGRES EXTRAORDINAIRE DU MOUVEMENT POUR UNE NOUVELLE DYNAMIQUE DE DEVELOPPEMENT DE LA COMMUNE D’AKPRO-MISSERETE (MNDD-CAM)

Le président patrice Talon reçu au parlement norvégien.

Germain Wanvoégbé lance définitivement les ''JSA'' d'Adjarra

Promotion de l’excellence en milieu scolaire:  L’ASSOCIATION AMITIE FRANCE-BENIN GRATIFIE LES MEILLEURS ECOLIERS DEMUNIS DE KITS SCOLAIRES

Aurélie Adam Soulé Zoumarou a lancé le ReFFAO le jeudi dernier

ANIMATION DE LA VIE POLITIQUE DANS LA 18ème CIRCONSCRIPTION ÉLECTORALE

Patrice TALON au 8ème sommet nordique et africain des affaires (NABA) à Norvège