Liste des nouveaux allocataires des bourses à l'UAC : Avec 14,13 au Bac, Gnaho Nadège injustement recalée

La Direction des Bourses et Secours Universitaires du campus d'Abomey-Calavi vient de publier les noms de ses nouveaux allocataires. Mais déjà des voix s'élèvent pour dénoncer des irrégularités, preuves à l'appui.

Nous ne sommes pas encore sortis de l'auberge en ce qui concerne la lutte contre la corruption au Bénin. Les habitudes, ont à n'en point douter, la peau dure dans ce domaine et malgré les espoirs mis dans l'avènement du régime de la Rupture, rien n'a changé. Au contraire les choses s'empirent, surtout à l'Université d'Abomey-Calavi.

Elle s'appelle Gnaho Nadège Inès Mahoumè, titulaire du baccalauréat série A2 obtenu en 2017 avec 14,13 de moyenne (mention bien) . Après avoir été injustement privée, lors des études de dossier, d'inscription dans une école nationale de formation spécialisée, elle a dû s'inscrire en Sciences Juridiques (SJ). Mais cela n'a pas suffi, la voilà à nouveau brimée dans ses droits. En effet après avoir essuyé un refus retentissant et paradoxal dans sa tentative de rejoindre une école de spécialisation, elle n'a pas été non plus retenue sur la liste des bénéficiaires des bourses universitaires au titre de l'année académique en cours. Malgré qu'elle remplisse tous les critères de sélection ( âge, moyenne, inscription dans une faculté) et qu'elle ait régulièrement déposé les dossiers, elle n'a vu son nom figurer sur aucune liste affichée.

Gnaho Nadège est ainsi doublement pénalisée pour avoir eu brillamment son bac, chose curieuse dans une Nation où on dit promouvoir l'excellence. Pire, on voit plutôt que des étudiants qui ont une moyenne inférieure à celle de l'intéressée ont été retenus sans raisons valables sur cette fameuse liste. Autant d'irrégularités qui font dire que tout se fait de façon aléatoire au niveau de cette direction. Pour rappel, ce n'est pas pour la première fois qu'on observe des dénonciations du genre et qui concerne la Dbsu.

Les autorités doivent pouvoir mettre cette situation au clair et remettre Gnaho Nadège Inès Mahoumè dans ses droits. Cette injustice crève tellement l'œil que ne pas la réparer confirmerait la thèse selon laquelle la lutte contre la corruption reste encore un slogan au Bénin. La Dbsu doit cesser d'être l'apanage d'une minorité qui manipule les listes des allocataires au gré de leurs accointances ou intérêts de l'heure.

Ces allocations ont pour objectif de promouvoir l'excellence mais pour l'heure l'excellence est devenue un crime dans notre pays. La pègre semble donc prendre le pas sur l'éminence grise. Il faut que le gouvernement de Patrice Talon mette fin à cette injustice.

De nombreux talents à l'instar de Gnaho Nadège Inès Mahoumè sont ainsi sacrifiés chaque année parce qu'ils n'ont pas de parrain au sein du système. Triste réalité ! Une fois encore le régime de la Rupture doit prouver sa bonne foi et remettre de l'ordre dans cette pagaille.

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Latest Tweets

@LearnDashLMS Can you please check the message [ID: 139157]. Best Regards.
Turitor - Education WordPress theme now available on the Market. #education #lms #wordpress #themeforest… https://t.co/Y9N0ik9rDL
https://t.co/VLMm8getdq Please, grab the chance for WordPress Themes! #event #insurance #automobile #news #magazine… https://t.co/EOX8JlsT2k
Follow Themewinter on Twitter