Patrice Talon: à chaque époque son messie

Jésus est entré à Nazareth sur un âne, Talon rentrera au Bénin en première classe. À chaque époque son messie. Chaque peuple mérite son roi. Au pays de Yayi, c’est par conteneurs entiers que les exilés débarquent à Cadjehoun sur

fond de propagande.  Avec Visa, sans Visa; avec passeport, sans passeport, ils étaient partis clandestinement, ils essayent de rentrer tambour battant. Des enfants prodigues, le Bénin en compte des dizaines ces derniers jours. Leur retour est vécu comme la résurrection du Christ par les Béninois avides de sensation. Dans un pays où tout est mort, où le sport et la culture sont en comas éthyliques; une jeunesse livrée à elle-même prend tout ce qui bouge comme un héros; tout ce qui brille comme de l’or. Toute une jeunesse se retrouve en déshérence, victime des ambitions mesquines, des vendeurs d’illusion, des cupidités indécentes, des paresses, des lâchetés.
Si je suis Olivier Bocco ou Patrice Talon, j’allais rentrer aussi clandestinement que je suis parti. Dans l’anonymat! En réalité, le retour de Patrice Talon ou de son garçon de course Olivier Bocco est un non-évènement. En voulant créer artificiellement le buzz, ils ont plutôt fait le lit à une polémique dont les tenants et les aboutissants ne sont pas encore connus. Pourquoi voulaient-ils être portés en héros sans vaincre? Ils ont réveillé les maux latents dont souffre une frange de la population dus à leurs choix politiques hasardeux du passé; au financement du K.O et aux arrangements financiers malsains faits sur le dos du peuple et au détriment du peuple. Les plaies qu’ils ont ouvertes par le passé sont loin d’être cicatrisées. Traumatisé par cette affaire imaginaire de tentatives d’empoisonnement, le Bénin s’en remettra difficilement. La convalescence sera difficile et longue avant que les morceaux de l’unité nationale ne soient remis ensemble.
«Le problème au Bénin est cette propension à l’amnésie collective. On est tout disposé à la tolérance. On accepte n’importe quoi, n’importe qui, pourvu que ce n’importe quoi, que ce n’importe qui ait seulement l’apparence  de quelque chose ou de quelqu’un. Nous sommes indulgents jusqu’à nous faire pitié à nous-mêmes, car nous sommes fatigués, mais fatigués jusqu’au degré où la lassitude va devenir de la rage.
Avons-nous déjà oublié 2011? Avons-nous oublié l’affaire des machines agricoles où le nom de  Bocco Olivier a été longuement cité par le député Janvier Yahouedeou? Faut-il relire l’histoire à la jeunesse béninoise? Depuis le deal nauséabond de 2006 qui a propulsé un intrus à la tête du pays, les années se suivent et se ressemblent. Crise, chômage, déficit, corruption, exilés, prisonniers politiques, trahison, assassinat etc…
Après dix ans de disette, de traversée du désert, une économie en berne, un peuple traumatisé, une jeunesse aux abois; le Bénin n’est pas prêt à ouvrir un autre chantier de haine et de règlement compte où les rôles seront inversés. Où les méchants d’aujourd’hui deviendront les bons et les bons deviendront les méchants. Yayi Boni deviendra la victime et Patrice Talon l’imposteur.  La nécessité pour notre pays de consolider l’unité nationale, de remettre le pays en marche pour le développement réduit énormément le choix pour 2016. Il faut un candidat neutre capable de tendre la main aux deux pôles de la mafia électorale de mars 2011 dans un environnement de justice apaisée. Le peuple est fatigué des pleurnichards du genre « on veut m’empoisonner» ou « on a volé mon volet Numéro 1). Le chantier est énorme, la route est longue. Le peuple n’a donc pas le temps pour des querelles d’arrière-cour; de coépouses ou d’écoliers. On ne peut pas faire tout et n’importe quoi avec un pays. Il faut siffler la fin de la recréation sur ce duel de deux élèves médiocres de la République. Des imposteurs qui ont pris le Bénin et ne savent plus ce qu’il faut en faire. Ils ont vidé le Bénin de son sang avant de l’éviscérer laissant le foie à la merci des charognards économiques qui en coupent des bouts par tranche de milliards.
Qui est prêt à voir encore le regard de Patrice Talon ou la tête de  Yayi Boni à la une des journaux les cinq prochaines années? Qui ? Pas moi en tout cas!

Jules Djossou Bonou

http://www.lesinfoplus.com

Vous aimerez aussi ...

 

Vidéo du jour

Plus d'Infos

Criminalité à Hêvié/ Adovié : Une jeune fille assassinée

Criminalité à H...

Une victime de plus dans la force crimin...

Huguette AMOUSSOU, la compétence et le professionnalisme au service du Port de Cotonou

Huguette AMOUSS...

Port Autonome de Cotonou : six (06) mois...

SUR LE NOUVEAU CODE FONCIER

SUR LE NOUVEAU ...

Certificat de Propriété Foncière (CPF) r...

Que dira le Président Patrice Talon à la tribune des Nations Unies à New-York ?

Que dira le Pré...

A la tête d’une forte délégation , le Pr...

Nos Articles

Ebola : l’irresponsabilité des dirigeants africains

Ebola : l’irres...

      L’Organisation Mondiale de la S...

Bénin : de la fonction présidentielle infantilisée

Bénin : de la f...

Le blogueur béninois Jules Djossou Bonou...

Duel entre Yayi Boni et le Bénin

Duel entre Yayi...

La farce commence à ne plus être drôle. ...

Burkina, Bénin: Prémices du printemps africain...

Burkina, Bénin:...

      Le Burkina Faso a donné ce mard...