Il est vraiment fini, Yindié-Yinwè ???

Quand le roi se fait dénuder en plein hémicycle par ses propres ouailles. Spectacle inédit. Pas un seul député Fcbe n’a daigné supporter le chef. L’ubuesque de la plénière du jeudi 20 août 2015 au palais des gouverneurs de Porto-Novo n’a certainement pas livré tous ses enseignements. La vérité est que même les refondés en avaient gros sur le cœur eux aussi, prêts à déverser leur bile dès que l’occasion se présente. La fougue avec laquelle certains se délectaient à tirer sur le gouvernement cache plus qu’un malaise ou une banale farce politique de circonstance. D’un côté des opposants en position de défense de l’initiative gouvernementale visant à lever l’immunité parlementaire de l’ex-ministre Barthélémy Kassa. De l’autre des suppôts du régime en rogne contre une faute impardonnable de leur chef. Les auditeurs de radio hémicycle ont même entendu des yayistes accuser Yayi d’avoir dilapidé les fonds publics en commettant une expertise approximative à près de 700 millions sur le dos du contribuable. A peine si les plus virevoltants ne réclamaient que Yayi aille remplacer Kassa dans le box des accusés devant la Haute cour de justice pour tentative de trahison à l’encontre d’un fidèle parmi les plus fidèles.

Hors du palais des gouvernements, la barque semble encore plus désorientée que jamais. Une sorte de processus de déyayitisatisation se met progressivement en place, où les amis d’hier essaient de se débarrasser peu à peu de tout ce qui peut les identifier à la refondation et à ses égarements. Il est question de liquider carrément Fcbe et de faire naître autre chose sur ses cendres. Apparemment, le débat sur la levée d’immunité parlementaire a ébranlé toutes les certitudes établies jusque-là. L’héritage de la décennie écoulée pourrait se solder par une inquisition judiciaire tous azimuts proportionnelle au nombre et à la fréquence des affaires de détournement de deniers publics. Après l’épisode des fonds hollandais destinés au forage de puits, d’autres "cadavres de placards" pourraient resurgir : machines agricoles, avion présidentiel, coton, Sbee, Pvi... Le menu est très riche. Les héritiers potentiels commencent par découvrir le danger qu’il pourrait y avoir à assumer le passif d’un pouvoir dont les rapports avec l’affairisme sont de notoriété publique.

A la lecture des explications de vote osées des supporteurs du régime dans leur ensemble, deux grands axes font jour au sein de la galaxie Yayi : l’entente sacrée autour de la préservation de l’impunité puis la déyayitisation. Sur le premier sujet, tous les Béninois ont découvert la solidarité de tous les courants gravitant autour de Yayi lorsqu’il s’agit de traduire l’un d’entre eux devant les tribunaux pour raison de mauvaise gouvernance. Dans un de ses rares instants de lucidité, Yinwè lui-même affirmait publiquement que s’il devait faire recours à la justice sur la gestion de ses collaborateurs, la plupart d’entre eux se retrouveraient en prison. D’où l’hymne en vogue dans les allées de la Marina à savoir : "jamais un des nôtres devant la justice". Ce qui s’est brillamment observé lors du vote sur la levée d’immunité manquée du député Barthélémy Kassa. Même les éléphants ont accepté composer avec la jeunesse bas de gamme au nom de la cause commune de l’impunité.

Puis survient la déyayitisation avancée qui exige de chaque dauphin présumé de se laver de tout estampillage référencé sur les avatars de la décennie Yayi. Même Fcbe est appelée à disparaître sous les coups de boutoirs des "forces nouvelles" ou des " républicains". Un visionnaire de son temps me disait encore il y a quelques jours que le temps est proche où Yayi n’aura plus aucune prise sur sa troupe. Une prémonition qui tombe bien à propos puisque personne ne connait le clan disposé à obéir désormais au leader incontesté d’autrefois. Il a connu la gloire, le plébiscite, l’adulation, le KO, la refondation et espérait un troisième mandat. Le voilà qui voit s’approcher à grands pas, la fin, la solitude voire la peur du lendemain.

Tout a une fin même le Yinwè-Yindié !!!

Arimi Choubadé

©harimi.ilemi.net

 



Vidéo du jour

Plus d'Infos

Criminalité à Hêvié/ Adovié : Une jeune fille assassinée

Criminalité à H...

Une victime de plus dans la force crimin...

Huguette AMOUSSOU, la compétence et le professionnalisme au service du Port de Cotonou

Huguette AMOUSS...

Port Autonome de Cotonou : six (06) mois...

SUR LE NOUVEAU CODE FONCIER

SUR LE NOUVEAU ...

Certificat de Propriété Foncière (CPF) r...

Que dira le Président Patrice Talon à la tribune des Nations Unies à New-York ?

Que dira le Pré...

A la tête d’une forte délégation , le Pr...

Nos Articles

Ebola : l’irresponsabilité des dirigeants africains

Ebola : l’irres...

      L’Organisation Mondiale de la S...

Bénin : de la fonction présidentielle infantilisée

Bénin : de la f...

Le blogueur béninois Jules Djossou Bonou...

Duel entre Yayi Boni et le Bénin

Duel entre Yayi...

La farce commence à ne plus être drôle. ...

Burkina, Bénin: Prémices du printemps africain...

Burkina, Bénin:...

      Le Burkina Faso a donné ce mard...