Gouvernement de la refondation : Ils n'ont plus honte des cadavres dans les placards...

Quand de Souza s’en prend à l’"aveugle" qui aurait vu des cadavres dans les placards. C’est de notoriété publique que celui qui a parlé de cadavre au ministre du Développement Marcel de Souza n’est rien d’autre que la doyenne d’âge Rosine Vieyra Soglo lors de la séance consacrée à l’élection du bureau du parlement. Ce fut à l’issue d’un bref échange entre le ministre et la dame du perchoir au sujet de la procuration délivrée puis remise en cause par le ministre lui-même. Ce dernier semble avoir pris sa revanche à travers une raillerie insidieuse au cours de sa conférence de presse du 22 mai 2015 : "même des aveugles ont vu des cadavres dans le placard".

Oui, elle est aveugle, la mémé Rosine, et ne s’en est jamais caché. Une infirmité qu’elle a toujours affichée avec une certaine fierté et qu’elle n’a de cesse de rappeler à chacune de ses prises de parole au sein de l’hémicycle depuis plusieurs législatures. Oui, elle a parlé de cadavres dans les placards d’un gouvernement accusé par les Pays-bas d’avoir fait "évaporer" 3 milliards CFA destinés à forer des puits pour les pauvres.
Le jour de l’installation de la 7ème législature, tous les 3 ministres présumés impliqués dans le dossier des puits hollandais étaient présents à l’hémicycle ainsi que plusieurs autres ministres. Deux d’entre eux sont revenus à la séance suivante consacrée à la désignation du bureau. Or, selon l’expression consacrée, le scandale à l’origine de la suspension de la coopération entre le Bénin et les Pays-Bas est bel et bien constitutif de cadavres dans le placard ne serait-ce du gouvernement. Il en serait ainsi jusqu’au moment où toute la lumière serait faite sur l’affaire et les principaux coupables identifiés. La présence massive à l’hémicycle des auteurs présumés de ce scandale au sommet est suffisamment nauséabonde pour être perceptible par toute l’assistance y compris les aveugles. La doyenne d’âge n’avait fait que dire tout haut ce que la grande majorité de ses collègues pensaient tout bas.
Il en faut plus que la désobligeante raillerie d’un ministre pris dans une terrible crise de confiance au sein de son propre camp voire sa propre famille biologique pour écorner les louanges qui pleuvent de partout, de toutes les couches sociales, de toutes les régions du pays sur la doyenne d’âge du parlement ces derniers jours. A l’unanimité, la plupart des acteurs politiques de premier rang lui ont témoigné leur gratitude en hommage au brio avec lequel elle a conduit l’installation définitive de la 7ème législature. Même ses adversaires ont salué son coup de gueule face à la corruption au sommet de l’Etat et la paupérisation insoutenable des populations les plus fragiles notamment les femmes et les jeunes. Tous ces adversaires, à l’exception peut-être de Marcel de Souza, qui a dû reconnaître, néanmoins, que la "vieille aveugle" avait raison.
À se demander néanmoins si le ministre grogneur espérait réellement refaire son honneur en déconfiture après sa tonitruante sortie. Lui qui se dit cacique du régime devrait logiquement se reprocher des choses après l’implication de son gouvernement dans la suspension de la coopération néerlandaise pour une honteuse affaire de corruption. Surtout qu’avant cela les danois (coopération) et les américains (Mca) avaient dû hausser le ton face aux scandales du régime. Mais le digne fils de de Souza ne se souvient de son honneur que pour un sombre épisode de procuration. Son honneur n’avait pas souffert au moment de prononcer un K.O électoral qui n’a jamais existé en 2011 et qui aurait pu faire basculer le pays dans la violence. Son honneur était toujours intact lorsque sa sœur de première dame affichait sa bienveillance avec des faux placeurs d’argent dans l’affaire Icc-Services impliqués dans la spoliation des plus pauvres. Honneur également intact malgré les précisions impliquant son ministère dans l’évaporation de l’argent des hollandais. C’est démissionner du gouvernement pour aller se réfugier au parlement qui constitue pour lui un acte de bravoure d’un de Souza.
Les cadavres sont toujours dans les placards quand même...
Par Arimi Choubadé

Vous aimerez aussi ...

Vidéo du jour

Plus d'Infos

Criminalité à Hêvié/ Adovié : Une jeune fille assassinée

Criminalité à H...

Une victime de plus dans la force crimin...

Huguette AMOUSSOU, la compétence et le professionnalisme au service du Port de Cotonou

Huguette AMOUSS...

Port Autonome de Cotonou : six (06) mois...

SUR LE NOUVEAU CODE FONCIER

SUR LE NOUVEAU ...

Certificat de Propriété Foncière (CPF) r...

Que dira le Président Patrice Talon à la tribune des Nations Unies à New-York ?

Que dira le Pré...

A la tête d’une forte délégation , le Pr...

Nos Articles

Ebola : l’irresponsabilité des dirigeants africains

Ebola : l’irres...

      L’Organisation Mondiale de la S...

Bénin : de la fonction présidentielle infantilisée

Bénin : de la f...

Le blogueur béninois Jules Djossou Bonou...

Duel entre Yayi Boni et le Bénin

Duel entre Yayi...

La farce commence à ne plus être drôle. ...

Burkina, Bénin: Prémices du printemps africain...

Burkina, Bénin:...

      Le Burkina Faso a donné ce mard...