Le choix unanime de Lionel ZINSOU entériné par la Direction Exécutive Nationale du PRD

La lucidité, la détermination des sections, sous-sections, cellules et des militants pour la mobilisation autour de la candidature de Zinsou saluée.Au cours de cette réunion, le Président Adrien HOUNGBEDJI a été invité à conserver son calme légendaire et sa stature d’homme de paix, face aux propos et injures

Le Conseil National et le Congrès Extraordinaire appelés à entériner la candidature de Lionel Zinsou et lui accorder l’investiture du parti conformément au statut et au règlement intérieur du PRD, le samedi 30 janvier 2016

Lire la suite : Le choix unanime de Lionel ZINSOU entériné par la Direction Exécutive Nationale du PRD

LA COALITION QUI S’EST FORMÉE POUR SOUTENIR LIONEL ZINSOU RENFORCE L’IMAGE D’HOMME D’ÉTAT DU PRÉSIDENT ADRIEN HOUNGBÉDJI

Le PRD est un parti qui a montré qu’il est un parti d’idées et de débats ; c’est le parti qui a donné les meilleures preuves qu’il a constamment recherché un ancrage national, car, comme pour toute formation politique respectable, son objectif est de conquérir et exercer le pouvoir d’État pour un développement harmonieux du pays.
Depuis le début de l’ère du Renouveau démocratique, les régimes qui se sont succédé ont tout mis en œuvre pour réduire l’audience du PRD ; ainsi il s’est toujours formé des coalitions pour l’empêcher d’accéder ou de participer à l’exercice du pouvoir d’État. De ce fait, ses responsables, militants et sympathisants n’ont pas eu accès aux postes de responsabilité, pire, leurs enfants n’ont jamais eu les mêmes chances que ceux des autres aux concours qui permettent d’accéder à la fonction publique.
Au lendemain du vrai faux K.O de 2011, compte tenu des contingences politiques et surtout de la spécificité béninoise qui fait qu’aucun parti n’a pu hisser un des siens à la magistrature suprême depuis le renouveau démocratique, le débat interne sur l’opportunité de continuer à rechercher l’ascension du parti à la présidence de la République a été initié, et il a été mené sérieusement au sein des instances dirigeantes du parti.
Murie dans la douleur par vingt-trois années d’opposition sur les vingt-cinq de Renouveau démocratique, la Direction exécutive du parti a décidé de changer de braquet sans rien changer aux valeurs que porte le parti dont la plus importante est la construction de l’unité nationale et, par suite, le développement harmonieux du pays.
Le fait d’avoir annoncé que le parti pourrait ne pas désigner, à l’interne, un candidat pour la présidentielle de 2016, mais soutenir soir le candidat d’un autre parti, ou un candidat indépendant, a fait de Maître Adrien Houngbédji la plus belle femme que tout le monde cherche à courtiser depuis plus de trois ans.
Le PRD avait été, entre 2008 et 2011, le fer de lance d’un regroupement politique qui a désigné son président comme candidat à la présidentielle de 2011. Des dissensions internes ont eu raison de cette coalition dont ce qui reste aujourd’hui après que nos partenaires ont déclaré que nous en étions sortis se cherche toujours un candidat à quarante-cinq jours du scrutin présidentiel. Ce regroupement a été taxé, à tort ou à raison, de regroupement régionaliste. Il faut rappeler qu’au début de la tentative du rapprochement des formations politiques ayant exprimé une forte opposition à la gouvernance de Boni Yayi en 2008, il y avait un groupe de personnalités politiques de la région septentrionale du pays associées à d’autres le G13 qui, avec le G4, formé des quatre formations de la partie méridionale, s’étaient illustrés par le séminaire le plus mémorable de la vie politique du Bénin à Abomey-Bohicon.
Mais force est de constater que dès qu’il s’était agi d’une candidature unique au sein de l’organisation naissante, les amis du Nord s’étaient purement et simplement soustraits de la coalition G13-G4. Sans craindre de trahir un secret, je dois dire que le président Adrien Houngbédji m’avait confié que ce qui en restait n’était pas viable, tant il savait qu’il serait combattu de l’intérieur et de l’extérieur rien qu’à cause de son ancrage régional, et il avait été bel et bien critiqué. Mais pouvait-il quitter le bateau alors qu’il y avait déployé beaucoup d’énergie et surtout qu’il était le plus en vue pour en porter les couleurs à la présidentielle de 2011 alors que toutes les tentatives antérieures en solitaire s’étaient révélées infructueuses ? Ce qui était arrivé arriva, et le pays en porte encore les stigmates, la classe politique s’en est trouvée bien flétrie.
Il est de notoriété publique que le président Adrien Houngbédji a de la compétence, la qualité et la rigueur un souci obsessionnel. C’est d’ailleurs cela qui a induit l’école du parti qui se manifeste par l’organisation, chaque année depuis dix ans, de l’Université de vacances du PRD. Cela a lui permis d’enregistrer des performances lors des deux dernières consultations électorales et son président est redevenu président de l’Assemblée nationale. Cette fonction l’oblige à être le chef, sous-entendu le rassembleur, de tous les députés comme il l’a dit dans son discours d’investiture, le 15 juin 2015.
Le soutien du PRD à un candidat ne pouvait donc aller qu’à un candidat de qualité, ayant fait preuve de compétence et ayant été le moins compromis possible par les contingences politique nationales. C’est à cela que répond la candidature Lionel Zinsou, un Béninois s’il était besoin de le rappeler, dont nombre de compatriotes ont entendu parler des qualités intellectuelles et des états de service. La coalition de partis qui s’est formée pour porter sa candidature est une bénédiction pour le pays au sens où elle pourrait résorber, un tant soit peu, la fracture Nord-Sud qui empoisonne l’environnement politique national et mine le développement du pays.
Si Maître Adrien Houngbédji a forgé cette coalition, il faudrait l’en féliciter, voire même le décorer. Dans tous les cas, son onction matérialisée par la présence de sa formation politique au sein de celle-ci renforce son image d’un grand homme d’État, car c’est un choix responsable à plus d’un titre. Si Boni Yayi a eu la même lecture de la candidature de Lionel Zinsou que le président Adrien Houngbédji, l’impopularité du premier ne doit pas amener le deuxième à un reniement. La coalition a pu donc se former naturellement par la conjonction de sympathies de forces politiques pour le candidat dont le profil politique cadre bien avec la "transition douce" que le président Houngbédji avait appelée de ses vœux dans son discours d’investiture le 15 juin 2015.
Je comprends très bien que les rumeurs de l’association PRD-FCBE ait pu susciter des réactions épidermiques et que la manière dont la rumeur est devenue réalité ait pu choquer nombre de militants et sympathisants du PRD compte tenu des sévices par eux endurées pendant les dix années de pouvoir FCBE, mais je me dois tempérer la passion de mes frères et sœurs de l’Ouémé pour leur dire que l’on ne fait pas la politique avec l’émotion, et que le combat politique doit être sous-tendu par un dosage intelligent de conviction et de calcul. La formation de la coalition qui soutient Lionel Zinsou répond aussi à ce postulat.
Le PRD a décidé de ne plus s’inscrire dans l’opposition au pouvoir exécutif à partir de 2016, et cela avait été courageusement annoncé à la face du monde à Ifangni en 2013. Donc participer au pouvoir exécutif en 2016 est devenu un impératif, voire même une condition de survie, ce que les militants, dans leur immense majorité, ont bien compris et accepté. Maître Adrien Houngbédji ayant vainement attendu, et le Front citoyen de Detchénou est témoin, que la coalition qui l’avait emmené au perchoir en mai 2015 puisse désigner un candidat en son sein, son staff a dû, après une analyse politique approfondie, trouver la voie optimale pour faire participer le parti à la gestion du pouvoir exécutif à partir du 6 avril 2016 et aussi construire une majorité stable au Parlement pour soutenir les actions du prochain pouvoir exécutif.
Je comprends l’amertume de nos richissimes hommes d’affaires entre lesquels il nous est bien difficile de choisir l’un au détriment l’autre, tant ils continuent, l’un et l’autre, d’avoir notre sympathie pour leur constante sollicitude vis-à-vis de la classe politique privée de financement publique de leur activité. Mais je me dois de leur dire que malgré la belle carrure et l’allure d’un athlète chevronné d’un Éric Houndété qui est un professionnel respectable et respecté de la politique, l’entraîneur de l’équipe nationale de football n’accepterait pas de le mettre dans une sélection pour livrer un match.
Maître Adrien Houngbédji, l’éternel incompris comme la plupart des élus de Dieu, reste très serein par rapport à toutes les agitations et cabales autour de l’événement politique de la nuit du mardi 12 janvier 2016, car il sait que, comme d’habitude, les faits finiront par lui donner raison. Et qui vivra verra !
Ismaël Kaffo

Le PRD a fait son choix, avançons !

Arrêtons le fanatisme, le suivisme et regarder vers l'avenir. Talon veut juste se venger, Adjavon veut préserver ses affaires et Zinsou a un carnet d'adresses qui peut aider l'économie du Benin. Vs qui insultez Houngbédji est ce que vs avez jamais fait la politique. Vs etiez les 1ers à pleurer quand Talon a financé son K.O face a ce même Houngbedji, et s'il avait l'esprit de vengeance comme d'autres on serait pas là aujourd'hui.

Lire la suite : Le PRD a fait son choix, avançons !

Adrien HOUNGBEDJI a trahi qui ?

Ceux qui font écrire et dire que le Président Adrien HOUNGBEDJI a trahi, qu'ils aient le courage de venir ici le dire eux-mêmes.

Le Président Adrien HOUNGBEDJI a trahi qui même ? Ajavon ou Talon ?

Si on devrait parler de trahison, ce ne serait surtout pas vis-à-vis de ces deux là.

Lire la suite : Adrien HOUNGBEDJI a trahi qui ?

Vidéo du jour

Plus d'Infos

Criminalité à Hêvié/ Adovié : Une jeune fille assassinée

Criminalité à H...

Une victime de plus dans la force crimin...

Huguette AMOUSSOU, la compétence et le professionnalisme au service du Port de Cotonou

Huguette AMOUSS...

Port Autonome de Cotonou : six (06) mois...

SUR LE NOUVEAU CODE FONCIER

SUR LE NOUVEAU ...

Certificat de Propriété Foncière (CPF) r...

Que dira le Président Patrice Talon à la tribune des Nations Unies à New-York ?

Que dira le Pré...

A la tête d’une forte délégation , le Pr...

Nos Articles

Ebola : l’irresponsabilité des dirigeants africains

Ebola : l’irres...

      L’Organisation Mondiale de la S...

Bénin : de la fonction présidentielle infantilisée

Bénin : de la f...

Le blogueur béninois Jules Djossou Bonou...

Duel entre Yayi Boni et le Bénin

Duel entre Yayi...

La farce commence à ne plus être drôle. ...

Burkina, Bénin: Prémices du printemps africain...

Burkina, Bénin:...

      Le Burkina Faso a donné ce mard...