Rumeurs sur le séjour à Paris de Houngbédji : Talon veut humilier le président de l'Assemblée nationale

La méthode Talon commence par se préciser peu à peu sur une grande partie du paysage politique béninois très dépendant de son argent actuellement. Une méthode qui a trouvé sa nouvelle cible, le nouveau président de l'Assemblée nationale traité de valet par des journalistes salariés de Talon. Ainsi, Malick Gomina, très menacé à son poste de Directeur général de Canal 3 depuis son rachat par le richissime homme d'affaires réfugié à Paris essaie de conditionner les Béninois à la candidature de son patron par l'entremise de l'invention d'imaginaires remerciements de Houngbédji à son employeur à Paris.

Après avoir annoncé le K.O électoral en 2011, Malick Gomina annonce à l'allégeance de Me Adrien Houngbédji à son employeur l'homme d'affaires Patrice Talon. Tout est parti d'une émission au format bien particulier sur la chaîne de télévision béninois Canal 3 où son PDG se fait invité en compagnie d'un de ses comparses, Marc TCHANOU connu pour ces genres de coups médiatiques sulfureux. Sans ambages, le DG de la télévision Canal 3 prétend savoir que le nouveau président de l'Assemblée nationale était allé à Paris remercier l'homme d'affaires réfugié en France. Des déclarations qui ont provoqué un tollé général dans les milieux PRD notamment à Porto-Novo, à Cotonou et à Paris. Les partisans de Me Hougbédji considèrent ces propos comme une humiliation à l'endroit de leur leader présenté par Gomina comme le nouveau valet de Patrice Talon comme Mathurin Nago a longtemps été celui de Yayi BONI. En clair, l'élection du bureau du parlement n'aurait rien à voir avec la mobilisation des électeurs lors des législatives du 26 avril dernier contre le projet de révision de la constitution. Encore moins avec la forte pression de l'opinion sur les députés de l'opposition afin qu'ils restent soudés derrière le candidat Houngbédji contre celui du pouvoir en la personne du ministre des Finances, Komi Koutché.
Le séjour de Houngbédji à Paris n'était un secret pour personne. Il l'avait annoncé lui-même lors de sa prise de fonction le 21 mai au Palais des gouverneurs de Porto-Novo la capitale du Bénin. Toute la presse l'avait relayé. A partir de cet instant tous les services de renseignements du Bénin et de la France sans oublier les médias étaient à ses trousses pour épier ses moindres faits et gestes durant le voyage. Houngbédji qui a l'expérience d'un homme d'Etat ne pouvait pas se permettre de se faire piéger en annonçant être parti pour des raisons de santé pour se rendre en catimini chez le magna du coton en exile, lui aussi surveiller par divers services et médias pour diverses causes. Le moindre faux pas de l'opposant le plus influent du Bénin à l'étranger allait déjà fait le tour des journaux du pouvoir Yayi a Cotonou avant même le retour de l'intéressé. Ils n'allaient pas attendre que le scoop soit livré plusieurs jours après son retour au détour d'une causerie montée de toute pièce sur la chaîne de Talon par un de ses employés en la personne de Malick Gomina. Le même qu'il avait déjà commis pour annoncer le K. O dès le premier tour de la présidentielle de 2011 alors que la Céna n'avait pas fini le décompte des voix.
De sources concordantes, Malick Gomina dont le poste de DG de Canal 3 est en ballotage incertain dès la reprise de la chaîne par le magna du coton, déborde de zèle pour plaire à son nouveau patron. Il revient d'ailleurs lui aussi de Paris où les choses ont été conclu avec son patron. Tous les moyens sont bons pour y arriver à commencer par cette idée de faire de Talon le présidentiel providentiel pour 2016. Il fallait présenter l'homme d'affaires comme le sauveur de la démocratie, l'homme dont l'argent a permis de faire échec à la révision de la constitution et à faire installer Houngbédji au perchoir. Ce qui sous entend que logiquement toute la classe politique opposée à Yayi BONI devrait lui être reconnaissante et s'engager à ses côtés au cas où il voudrait briguer la magistrature suprême. Une aventure qui ne peut prospérer sans le soutien du PRD qui est apparu comme le plus grand parti du pays à l'issue des dernières élections législatives.
Mais cette vilaine blague est loin de pousser le PRD dans les bras d'un Patrice Talon en route pour la Marina. Dans les rangs de ce parti, la manœuvre a du mal à être digérée. "Houngbédji a déjà dépassé l'étape d'aller s'aplatir devant quelqu'un à l'étranger" déclare un député PRD fraîchement élu. Selon un autre cadre du parti : "Cela fait la troisième fois que Houngbédji est porté au perchoir sans que personne ne puisse prétendre en être le financier pour les deux précédentes fois. Pourquoi c'est cette fois-ci qu'on veut attribuer le mérite à quelqu'un qui n'a plus mis pied au pays depuis des années pendant que nous, nous nous battions tous les jours contre ce pouvoir". Il poursuit en disant que : "Le perchoir n'est pas vital pour le PRD. Par contre Talon a besoin d'un Yayi fragilisé pour réussir ses coups dans le pays".
Plusieurs observateurs de la vie politique béninoise décèle dans les pratiques de Talon et de ses amis une similitude avec les agissements de Yayi BONI. Pendant longtemps la marche de Yayi pour conquérir et conserver le pouvoir était financée par l'homme d'affaires. Une méthode basée sur les intimidations, le chantage, le mensonge et les manipulations de l'opinion. Déjà au lendemain des législatives, un autre journaliste proche de Talon avait commencé par distiller dans les médias des rumeurs selon lesquelles le PRD serait en train de négocier des portefeuilles ministériels en vue d'offrir le perchoir à la mouvance présidentielle. Des rumeurs totalement dénuées de tout fondement puisque le Prd demeure le seul parti représenté à l'Assemblée nationale et qui n'a jamais fait partie d'une équipe gouvernementale sous Yayi. Cette énième attaque contre Houngbédji risque de produire l'effet contraire puisqu'elle a particulièrement provoqué le courroux des militants du Prd. Ces derniers accusent Talon d'avoir œuvré pour l'échec de leur leader aussi bien en 2006 qu'en 2016. Le prétexte de la prétendue aide de Talon pour l'élection du bureau du parlement ne peut donc servir à tout oublier. Face à l'ampleur de la polémique il est probable que le Prd élève la voix officiellement pour faire des clarifications qui peuvent dégrader davantage les rapports entre Houngbédji et Talon.

Pamphile LOKO

Vidéo du jour

Plus d'Infos

Révision de la Constitution: « transmission du projet dans quelques jours » au Parlement

Révision de la ...

Lors de sa rencontre avec les têtes cour...

BENIN: Lutte contre la vente des faux médicaments,Sogéma soutient le gouvernement

BENIN: Lutte co...

La Société générale des marchés auton...

La voie de Vodjè  bloquée par des milliers casiers de bière

La voie de Vodj...

Des milliers de bouteilles remplies de ...

Rencontre avec les chefs traditionnels : voici le message du chef de l’Etat face aux difficultés de la population

Rencontre avec ...

Au cours de la rencontre à cœur ouver...

Nos Articles

Ebola : l’irresponsabilité des dirigeants africains

Ebola : l’irres...

      L’Organisation Mondiale de la S...

Bénin : de la fonction présidentielle infantilisée

Bénin : de la f...

Le blogueur béninois Jules Djossou Bonou...

Duel entre Yayi Boni et le Bénin

Duel entre Yayi...

La farce commence à ne plus être drôle. ...

Burkina, Bénin: Prémices du printemps africain...

Burkina, Bénin:...

      Le Burkina Faso a donné ce mard...