Affaire FBF: le gouvernement Talon, coupable de déstabilisation du pouvoir judiciaire

Le 11 juillet 2016, le peuple béninois a découvert sur les réseaux sociaux l'existence des mandats d'arrêt émis par le juge d'instruction Issoudine IBRAHIM contre les membres de la Fédération Béninoise de Football, ceux du Conor et les deux émissaires de la FIFA/CAF.
L'équipage Talon, avait tôt fait d'indiquer, au début de cette affaire, n'être mêlé ni de près ni de loin à la violation de l'ordonnance du président du tribunal de première instance de Porto-Novo interdisant la tenue du congrès électif des membres de la FBF.

Mais les sorties médiatiques malencontreuses de Djogbénou après l'émission des mandats ont fini par révélé aux yeux de tous l'acoquinement de ce régime dans l'oeuvre de profanation du temple judiciaire. Par la suite, nous avons appris au grand dam de la population qu'une ordonnance de sursis à continuation de la procédure a été prise par le magistrat Ogoubi, président intérimaire de la cour d'appel de Cotonou. Depuis lors, les choses sont restées en l'état.
 Profitant de cette accalmie, Anjorin Moucharafou et ses acolytes exploitent l'inaction ou la passivité des gendarmes détenteurs des mandats pour circuler royalement dans Porto-Novo et Cotonou. Toutefois, ils se gardent de se rendre dans les lieux publics au risque de voir la population elle-même faire mettre en exécution lesdits mandats. Comme ce fut le cas de Orou Sè Géné avec le régime défunt, l'on apprend que lesdits gendarmes ont reçu des instruments fermes voire des menaces du gouvernement Talon notamment du ministre Djogbénou de ne point exécuter ces mandats. Dans quel pays sommes-nous pour qu'un pouvoir cherche à fragiliser un autre de manière aussi flagrante? Il est désormais à craindre de ce gouvernement de la ruse et surtout de ce Djogbénou qui a choisi de faire violer au nez et à la barbe des citoyens une décision de justice, n'aille plus loin en affaiblissant totalement le pouvoir judiciaire par des nominations controversées au sein du ministère de la justice. En attendant l'annulation des mandats qui est d'ores et déjà actée avant même l'audience au niveau de la cour d'appel de Cotonou et surtout de son Président parce qu'il aurait reçu la promesse utopique du  ministre de la justice d'obtenir un contrat de deux ans qui lui permettra de continuer à exercer son office après sa retraite, lequel se profile à l'horizon, il faudra prier ce gouvernement "voyou" de  demander à ses compères  présumés en fuite de se faire un peu plus discrets.

Honorine K. Obidé.

Vidéo du jour

Plus d'Infos

Criminalité à Hêvié/ Adovié : Une jeune fille assassinée

Criminalité à H...

Une victime de plus dans la force crimin...

Huguette AMOUSSOU, la compétence et le professionnalisme au service du Port de Cotonou

Huguette AMOUSS...

Port Autonome de Cotonou : six (06) mois...

SUR LE NOUVEAU CODE FONCIER

SUR LE NOUVEAU ...

Certificat de Propriété Foncière (CPF) r...

Que dira le Président Patrice Talon à la tribune des Nations Unies à New-York ?

Que dira le Pré...

A la tête d’une forte délégation , le Pr...

Nos Articles

Ebola : l’irresponsabilité des dirigeants africains

Ebola : l’irres...

      L’Organisation Mondiale de la S...

Bénin : de la fonction présidentielle infantilisée

Bénin : de la f...

Le blogueur béninois Jules Djossou Bonou...

Duel entre Yayi Boni et le Bénin

Duel entre Yayi...

La farce commence à ne plus être drôle. ...

Burkina, Bénin: Prémices du printemps africain...

Burkina, Bénin:...

      Le Burkina Faso a donné ce mard...